La Rentrée des Cours et des Tribunaux est l’activité phare de la famille judiciaire, et se signifie par l’évaluation de l’année écoulée et la projection sur l’année à venir.

A cet effet, trois interventions se sont succédées, respectivement, l’allocution du Vice-président de la Cour Suprême, le rapport du Procureur Général de la Cour Suprême, la plaidoirie du Bâtonnier de l’Ordre des Avocats suivies du discours de clôture de la cérémonie par le Président de la Transition, SEM Bah N’DAW, Chef de l’État, Président du Conseil Supérieur de la Magistrature.
A travers cette judicieuse programmation, la nécessité de la restriction des libertés publiques dans le contexte actuel, s’impose à plus d’un titre, et les débats autour de la liberté d’expression, l”impunité, les concepts et notions de garde à vue, de promptitude de mandat de dépôt, du respect des dispositifs de la Constitution, des lois et droits de l’Homme étaient le centre d’intérêt de cette Rentrée des Cours et des tribunaux dont la thématique fût chaleureusement accueillie par le Président N’DAW.
Dans son intervention, le Chef de l’État conforte et consolide le respect des droits de l’Homme et des libertés fondamentales, pour la nécessité de bâtir un véritable État de droit pour le bonheur du peuple Malien.

Vous allez aimer lire ces articles

Décryptage : Les règles du jeu de la démocratie

Mise en place du CNT sans Chato

“Être une femme ambitieuse au Mali” de Sadya Touré : Un plaidoyer pour l’émancipation de la femme

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct