Une vague de contestation générale semble s’emparer des populations de plusieurs localités du pays, réclamant à cor et à cri la réhabilitation des réseaux routiers ou encore de certaines infrastructures publiques, la restauration de la sécurité, entre autres.

 

Cette contestation, qui avait été enclenchée à travers la levée de boucliers de la population de Kayes, Kita ou encore Tombouctou, s’amplifie et semble désormais gagner la région de Ménaka.

Lire la suite dans l’Indépendant

Source: l’Indépendant