Le M5-RFP face à la repression judiciaire: capitulation en téléchargement

Ce 6 août 2020, 4e jour de reprise des actions de désobéissance civile par le M5-RFP, Bamako a semblé retrouver calme. En tout cas, un tour dans la capitale permettait de constater l’absence de barricades ni de traces de pneus brûlés sur les voies. De part et d’autre du Fleuve la circulation était fluide et les services publics et privés ont normalement repris leurs activités. Mais les forces de l’ordre sont toujours présentes sur les grands axes, et à l’entrée des trois ponts de Bamako. La nouvelle importante du jour a été la capitulation des plus radicaux des jeunes du M5-RFP qui ont appelé les jeunes à renoncer à toute action de désobéissance.

À l’intérieur aucun incident majeur n’est à signaler, sauf à Gao où les jeunes ont remis la revendication de la route. À Ségou, la fermeté du maire Nouhoum Diarra a rétabli l’apaisement dans le Cité des Balanzans.
Par contre à Bamako, après les condamnations du mercredi dernier, au tribunal de la CI du district, nous apprenons que le même jour, d’autres jeunes manifestants ont été condamnés à un an de prison par le Tribunal de la commune IV pour «entrave à la liberté de travail, attroupement et trouble à l’ordre public». Dans le même cadre, il nous revient qu’hier jeudi, un des jeunes leaders du M5-RFP du nom de Ousmane M. Traoré plus connu par ses initiales OMT, a été également condamné à 180 jours de prison, soit 6 mois.
Ousmane M Traoré dit OMT avait été interpellé en Commune II du District de Bamako par la Gendarmerie du camp I. Avant son interpellation, il avait témoigné sur Media A, qu’un véhicule de la police avait roulé sur le crâne d’un manifestant à terre.
En réaction à ces interpellations expéditives, mais légales, le Comité stratégique du Mouvement du 5 juin exprime sa colère et exige leur « libération immédiate ».
Au même moment, un calme relatif règne dans la ville les rencontres se multiplient à Bamako entre les acteurs pour une sortie de crise.
C’est dans ce cadre d’ailleurs qu’une rencontre de haut niveau s’est tenu ce jeudi 6 aout 2020 à l’hôtel de l’amitié entre la majorité présidentielle dirigée par le Dr Bokary Tréta et le réseau des femmes leaders du Mali.
La rencontre avait seul objectif : trouver des solutions de sortie de crise définitive à la crise sociopolitique du pays.
Le réseau des femmes leaders se dit inquiet de la situation actuelle du pays et exhorte la majorité présidentielle à privilégier le dialogue.
Aussi, à Nioro, nous dit-on, une délégation de leaders religieux est attendue chez le « le chérif » pour échanger sur la crise.
Par ailleurs, la remarque notable de la journée a été la capitulation des plus radicaux des jeunes du M5-RFP qui ont appelé les jeunes à renoncer à toute action de désobéissance notamment à ne plus perturber le fonctionnement normal des services publics. C’est le cas de Mamary Biton Coulibaly dit Lélé qui faisait office de Chef d’État-major de l’armée du M5-RFP, qui établissait les plans d’opération et les cibles à attaquer et s’affichait fièrement dans les vidéos.
Face aux interpellations et emprisonnements, M. Coulibaly qui disait qu’il fallait partir jusqu’au bout a appelé les jeunes de tout arrêter en attendant une accalmie.

RASSEMBLÉS PAR SIDI DAO

 

Source: info-matin

Vous allez aimer lire ces articles

Surfacturation sur les tarifs des éclairages publics et la publicité illicite : L’ALCOM porte plainte contre l’EDM et la SONATAM

Affaire Birama Touré : Les nouvelles révélations de Papa Mamby Keita

Restitution des véhicules de l’État : Dr. Boulkassoum Haidara, président du CESC est-il au-dessus de la loi ?

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct