Le capitaine Moussa Maïga

Il est né le 21 janvier 1989 à Bamako. Étudiant de l’École de médecine, il suivra ensuite sa passion pour le métier des armes. Il fut ainsi incorporé dans l’armée de l’air comme engagé volontaire le 1er février 2010 à l’issue d’un test psychotechnique.
C’est au Cameroun, à Garoua, qu’il entama sa formation pour le brevet de pilote-observateur et des ultras légers motorisés. L’année suivante, dans le même pays, il obtient le brevet élémentaire de premier degré sur les ultras légers motorisés.

 

En 2016, en Russie, le jeune Maïga est lauréat du diplôme de pilote de chasse. À peine rentré au pays, il est reparti pour le Brésil en 2017 d’où il revint auréolé de la qualification sur le Super Tucano. Affecté de la Base aérienne 101 à la Base aérienne 102 de Sevaré, il est nommé chef du centre de direction des opérations, le 24 juillet 2018. Son savoir-faire et son enthousiasme lui valurent ensuite d’être déployé comme pilote de chasse dans le théâtre d’opération Maliko.

Le sous-lieutenant Mamadou Boubacar Traoré

Il a été arraché à notre affection à seulement 25 ans. Né le 27 octobre 1995, il n’aura pas eu la chance et la joie de fêter son 25è anniversaire. Pour assouvir sa passion pour le métier des armes, le jeune Traoré passa d’abord son diplôme de l’École nationale d’ingénieurs (ENI). À l’issue d’un test psychotechnique concluant, il fut lui aussi incorporé le 22 février 2016 comme soldat de 2è classe.

En République tchèque où il a suivi les formations initiales de pilotage, il décrocha le brevet de pilote professionnel en 2017. De l’EMIA qu’il intégra à son retour au pays, Mamadou Boubacar Traoré est reparti pour le Brésil pour une formation de qualification sur le Super Tucano sanctionné par le brevet de commandant de bord en 2018. Il réintégra ensuite l’EMIA pour un cycle spécial en 2019 aux termes duquel il obtient le diplôme du chef de section avec la 39è promotion de l’école.

Jeune pilote et très intelligent, cet officier est déployé comme pilote de chasse dans le cadre de l’opération Maliko. Il effectue ainsi le 6 février 2020 à Dinangourou sa première mission suite à l’attaque des FAMa qui lui a valu également des félicitations de ses supérieurs.
En hommage aux deux vaillants militaires décédés, le Conseil des ministres de mercredi dernier a décidé de mettre en berne les drapeaux du jeudi 9 au samedi 11 avril 2020.

OD

(AMAP)