Bamako, 21 janvier (AMAP) «Mon grand souci, c’est la protection des hommes, la vie du soldat malien», a déclaré, lundi, à Kati, le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, à la fin du défilé commémorant le 59è anniversaire de l’Armée.

Les toutes dernières acquisitions de l’Armée, des véhicules Mengshi, Typhoon, BRDM 2 et Maraudeur, ont défilé. Ces véhicules blindés sont destinés à améliorer la protection des soldats au front contre les mines et les Engins explosifs improvisés (EEI).

Avec ces engins blindés, « nos enfants ont des chances de s’en sortir et de vaincre”, a dit le président de la République qui a ajouté : «C’est cela qui m’importe et cela est en œuvre aujourd’hui de manière fabuleuse».

Ibrahim Boubacar Keïta s’est dit ému par l’hommage rendu aux Forces alliées. «Leurs sacrifices, a-t-il indiqué, nous imposent le devoir de décence et de gratitude”. Et de marteler : «Dès lors, tout discours contraire est antinational, antipatriotique et anti-malien». Le chef de l’Etat a insisté sur le soutien utile de ces alliés, auxquels le Mali ne cessera jamais d’exprimer sa reconnaissance.

Parlant des terroristes, le président Keïta a, une fois de plus, expliqué que ces «marchants de chaos et de haine n’ont rien à voir avec le Mali» qui a toujours été un pays de paix.

C’est une foule des grands jours qui a assisté, sur la Place d’armes du camp Soundjata Keïta de Kati, au défilé militaire et a rendu hommage aux Forces de défense et de sécurité. Les populations sont venues, massivement, pour témoigner leur soutien aux forces de défense et de sécurité qui font face à une guerre asymétrique.

La cérémonie s’est deroulée devant de nombreuses personnalités et des centaines d’anonymes qui ont rendu hommage à nos vaillants soldats. Outre le Premier ministre, Dr Boubou Cissé, et les membres du gouvernement, plusieurs chefs militaires et d’Institutions de la République, ainsi que des forces étrangères et des représentants de missions diplomatiques étaient présents à la cérémonie.

Depuis le début de la guerre, ce sont plusieurs centaines de soldats maliens et étrangers qui sont tombés au champ d’honneur. En leur mémoire, une minute de silence a été observée par la foule, après que le président de la République a déposé une gerbe de fleurs sur le monument du «Soldat inconnu». Pour commencer la fête, tambours, trompettes et clairons ont donné le ton. Debout à bord de son véhicule de commandement, le chef suprême des armées a fait la revue des troupes. S’en est suivie la parade de plus de 2000 militaires, composés de gendarmes, gardes, policiers, douaniers, d’élèves du Prytanée militaire, d’anciens combattants… Un ballet parfaitement chorégraphié qui a tenu en haleine le chef suprême des armées et la foule.

ID/MD (AMAP)