Bafoulabé signifie littéralement en français «rencontre de deux fleuves». En effet, le village fut créé à l’endroit où deux rivières, Bafing et Bakoye, se rejoignent pour former le fleuve Sénégal dans la Région de Kayes. Bafoulabé est surtout connu pour la légende de Mali Sadio. A ce propos, plusieurs versions existent.
D’aucuns disent qu’un hippopotame (mali en bambara) aurait passé un pacte avec une femme enceinte. Après la naissance, l’hippopotame et la petite fille Sadio seraient devenus amis qui se fréquentaient régulièrement. Mais un jour, le pachyderme aurait été tué, par des habitants du village par jalousie.


D’autres racontent que l’hippopotame, ami des villageois et notamment des enfants, aurait été tué par le colon français Cauchon. La légende de Mali Sadio est racontée et chantée par les griots depuis belle lurette.
On retient aussi de Bafoulabé, qu’il est le premier cercle créé au Soudan français (actuel Mali) en 1887 et placé sous le commandement du colon français Cauchon. Les Français y installèrent une des premières écoles coloniales. Dans cette école furent formés plusieurs hauts responsables du Soudan français ayant œuvré pour l’indépendance du Mali. Il s’agit notamment de Fily Dabo Sissoko et Mamadou Konaté, deux amis qui sont devenus de vrais adversaires politiques. Le cercle de Bafoulabé est peuplé essentiellement de Malinkés, de Soninkés, de Khassonkés et de Peuls.
À 90 km de Bafoulabé, sur le Bafing, se trouve le barrage hydroélectrique de Manantali, un patrimoine de l’OMVS (Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal). Le réseau hydrographique comprend également des rivières, des marigots et des mares. La végétation est composée d’arbustes et d’arbres (rônier, baobab, raphia, karité, duguto, néré). Le relief est, lui, constitué de plaines, de plateaux, de collines et de montagnes.
La Commune de Bafoulabé a été créée par la loi du 4 novembre 1996. Elle regroupe les 28 villages qui constituaient l’ancien arrondissement de Bafoulabé.

Madiba KEITA

Source: L’Essor- Mali