L’heure de la prudence !

En faisant la lecture de l’arrêt  N° 2021-02/CC/VACANCE  DU 28 Mai 2021 dans son avant dernier et dernier considérant mais aussi des articles 1 à 3 du même arrêt, j’ai  des interrogations sur l’opportunité de la cérémonie d’investiture du colonel Assimi comme président de la république. Le vice-président n’a-t-il pas été investi au même moment que le président déchu ? Était-il nécessaire de remettre en marche le protocole pour l’organisation ? L’absence de la diplomatie internationale ne s’explique-t-elle pas par l’inopportunité de cette action ? L’arrêt de la cour constitutionnelle est-elle erronée au vue de cette investiture ? Cette investiture dévoile quels secrets ? Que retenir de cette investiture en quelques points?

Le nouveau président doublement investi n’a pas dérogé au principe du protocole des

Salutations des autorités, mais il faut retenir que c’était juste des autorités nationales et quelques missions diplomatiques. Les chefs d’Etats absents  ne reconnaissent-ils pas  le Colonel Goita comme le désormais Chef d’Etat du Mali ? Les relations bilatérales seront-elles maintenues comme avant ? Ensuite, il revient sur les épreuves traversées par le peuple malien et donne sa solution, qui est l’Union sacrée. Ici,  il veut montrer qu’il connait et vit les mêmes problèmes que le peuple malien, jusque-là,  il est dans un rôle citoyen malien pour qui rien ne compte si ce n’est le Mali.

-Une nouvelle dynamique : une opportunité pour redresser sinon rectifier la transition, selon l’aspiration du peuple malien … Alors de quel peuple ? , Celui du M5 ou vraiment tous les maliens. Donc un rôle purement politique pour avoir la confiance et le soutien du peuple, j’ose espérer qu’il ne sera pas déçu. Pour continuer, le militaire refait surface pour dire qu’il va relever les défis avec ferme détermination (expression purement militaire).

Réussite de la transition : pour garder la dynamique du début de la défunte transition, il

veut garder la feuille de route de la transition mais ici il faut surtout retenir que sa priorité reste l’organisation d’élections transparentes… Le reste des priorités sera juste de toucher à certains points comme des rencontres autour de l’accord d’Alger, dotations des militaires, actions sociales. Au-delà de cela, nous irons au-delà de la période de la transition initiale.

Le politique continue en parlant de réduction du train de vie de l’État. Le citoyen ne parle

que de cela donc,  il faut le mettre dans le discours, ça fait marqué des points dans certaines circonstances mais pour les “politiciens” maliens cette décision sera le premier problème du prochain président (maintenir la dynamique ou maintenir son fonds ?).  Et si on analysait autrement,  c’est un fonds de souveraineté et non le salaire donc pas trop d’applaudissements. Ce fonds servirait à quoi si ce n’est pour aider le président à agir pour le peuple de son  propre chef au-delà de toute programmation étatique. C’est du marketing politique déguisé en acte de charité.

Le politico-militaire continue en félicitant les Famas et promettant de les doter en

fonction des moyens de l’État, une question pertinente, la sécurité, donc pas trop de commentaire de sa part car le militaire ne parle pas trop des choses militaires.

L’épineuse question du climat social : il joue la carte d’un homme politique qui veut le

juste milieu. Jouer pour l’équité dans l’équilibre budgétaire et avec dialogue et cohésion sociale. Ne dit-on pas : « Qui veut  aller loin,  ménage sa monture ».

La diplomatie : Même si la diplomatie internationale n’était pas trop au rendez-vous de

la cérémonie, il a tenu à rappeler que le Mali reste actif et répondra à tous les rendez-vous au nom du peuple.

La fameuse application de l’accord d’Alger n’est pas trop sa priorité mais le protocole l’obligeait à

toucher la question. Les conclusions du DNI ne serviront que d’outils de propagande politique pour le gouvernement de la transition.

L’espoir pour le nouveau :

L’espoir est permis pour lui et il fera tout pour réussir surtout dans la cohésion et l’union sacrée. Apres de tels  propos, la nomination d’un PM issu du M5 n’est pas une surprise pour personne surtout qu’il l’avait déjà souhaité. Ce souhait prématuré du choix a-t-il joué pour la qualité du discours ? La vision du M5, ignorée par « eux » dans un passé récent, n’a-t-elle pas  été la pierre angulaire de ce nouveau départ ? Tous les espoirs émis dans ce discours, reposent sur la nature du gouvernement à venir.

Ce gouvernement serait sans doute plus autour de l’union sacrée avec toutes les forces vives de la nation dans un consensus et surtout avec la méthode. Il faut retenir que ce discours est un style mélangé, il est beaucoup plus écrit  et lu dans un style militaire avec une touche politique et celle de la communication. Les objectifs de la communication politique y sont utilisés à savoir : l’affectif, il se fait aimer; le conatif, il pousse à agir ensemble ; le renouveau, il propose une nouvelle dynamique tout en utilisant la propagande et enfin le cognitif (on découvre un colonel avec d’autres talents).

Pour moi,  ce discours restera celui d’un politique qui veut rester militaire mais hélas,  c’est politique car à un certain niveau, le titre commande sur le grade. Un bon politico-militaire est surement plus promoteur une fois devenu politique ! vivement ce jour et félicitations au Président pour son discours d’espoir

Gabriel Annaye Togo, Politiste

Source: Journal Le Pélican

Vous allez aimer lire ces articles

QUATRE MEMBRES DU GOUVERNEMENT CHEZ LE CHÉRIF DE NIORO : CES VOYAGES À NIORO PROFITENT-ILS AU PEUPLE MALIEN ?

Arbres à palabres de Tombouctou et Gao : Les résultats de ses rencontres présentés

Kabala : Seydou Keita dit ‘’Namara’’ sommé de fermer son bar, « Espoir » !

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct