Malijet.co

L’imam Mahmoud Dicko au procès de Moussa Guindo : “La charia dit quand tu tue un homme, tu dois être aussi tué…”.

Le procès tant attendu de la 2ème session de la Cour d’assise de Bamako, s’est tenu ce mardi 19 novembre dans une salle bondée de monde ainsi que la devanture de la Cour d’Appel. Il s’agissait du procès de Moussa Guindo qui a ôté la vie à l’Imam Abdoul Aziz Yattabaré, il ya bientôt un an. Etaient présents plusieurs leaders religieux dont Mahmoud Dicko qui a condamné cet acte barbare.

Ce mardi 19 novembre, des centaines de fidèles musulmans avaient pris d’assaut les devantures et la salle d’audience de la Cour d’appel de Bamako.

Le procès de Moussa Guindo l’assassin de l’Imam Abdoul Aziz Yattabaré, ex-directeur de l’Institut islamique de Missira, était inscrit à l’ordre du jour.

Rappel des faits ! Le 19 janvier dernier, Moussa Guindo, âgé de 26 ans s’attaqua à l’Imam qui se rendait à la mosquée aux environs de 5 heures du matin en lui poignardant à plusieurs fois. Avant de se rendre au commissariat du 3ème arrondissement de la police, après sa forfaiture pour échapper à un lynchage.

Poignardé à plusieurs reprises, l’Imam rendra l’âme à la Polyclinique Pasteur.

Au cours de l’audience, la thèse selon laquelle Moussa Guindo serait un débile mental a été réfutée par la partie civile et confirmé par l’intéressé lui-même.

“Les rapports d’expertises n’ont précisé à aucun moment que Moussa Guindo n’était pas sain d’esprit au moment où il commettait son crime. Ce matin, les débats ont démontré qu’il était lucide que son discernement n’était pas abolit”, a affirmé Me Kalifa avocat de la partie civile.

Après une audience qui a durée plus de 4 heures, le ministère public a requis la peine de mort contre l’accusé Moussa Guindo. Un verdict qui a été salué par les soutiens de la victime.

Mais, ce sentiment de joie d’une justice bien rendue n’a pas empêché la mise en garde de la justice par les soutiens de la famille du défunt.

“Moussa Guindo, l’assassin de notre frère et collaborateur vient d’être condamner à mort conformément à la loi après avoir été auditionné. Il a 3 jours pour se pouvoir en cassation. Nous nous remercions Dieu pour la justice rendue. Surtout nous ne baisserons pas la garde, parce qu’il ne faut pas qu’on vienne nous dire un jour qu’il s’est évadé. Nous ne voulons pas de moratoire, il faut que la loi soit appliquer”, a insisté Mohamed Kimbiri membre la commission de suivi de l’affaire Imam Yattabaré.

Etaient présents à ce procès plusieurs leaders religieux dont l’imam Mahmoud Dicko qui a salué ce verdict en conformité avec la charia qui dit que “quand tu tue un homme, tu dois être aussi tué…”….Lire la suite sur Aumali

Balla Soumaila Traoré/stagiaire

 

Source: L’Indicateur du renouveau

Vous allez aimer lire ces articles

Suspension des services AMO : A quoi jouent les syndicats des pharmaciens ?

JEUX DE HASARD ILLICITES : PMU -Mali dénonce les machines à pièces !

Déclaration de l’Assemblée Nationale suite au discours du Chef de Bureau de la MINUSMA à Kidal lors du 4ème Congrès du MNLA

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct