L’hôtel Amitié de Bamako a servi de cadre, du lundi 2 au vendredi 6 septembre dernier, à  un atelier  de formation sur les techniques d’enquêtes  et la nécessité de coordination  de lutte contre les stupéfiants. Organisée par l’Office Central des Stupéfiants et l’INL en partenariat avec l’Ambassade de France, EUCAP SAHEL et la MINUSMA, cette session visait à amener les participants à une meilleure coordination dans la lutte contre le trafic de drogue.

 

Cet atelier qui est le premier du genre d’une longue série, a un double objectif. Le premier est d’amener les enquêteurs à disposer d’un réflexe proactif afin d’être capables d’anticiper sur la commission de l’infraction. Il s’agit aussi de les amener à percevoir l’importance de la collaboration en matière du trafic de drogue et surtout  la synchronisation avec les autres acteurs intervenants dans la lutte contre la criminalité, le terrorisme, le blanchiment, les armes légères…

Parmi les participants à cet atelier, outre les représentants de l’Office Central des Stupéfiants, on peut citer la présence de représentants de la Police, de la Gendarmerie et des Douanes.

La cérémonie d’ouverture a été co-présidée par le Directeur de l’Office Central des Stupéfiants, le colonel Adama Tounkara et le conseiller à la Formation de l’Ambassade des USA Jean Marc Behar. Dans son d’introduction liminaire, le Directeur de l’OCS, Colonel Adama Tounkara a insisté sur la nécessité d’une plus grande coordination, avec le partage d’information pour mieux lutter contre ces crimes, et une synergie entre tous les acteurs intervenant dans la lutte contre le trafic de drogue.

Par ailleurs, il a mis l’accent sur le rôle des partenaires sans lesquels il sera difficile de tenir ce genre de session nécessaire pour les enquêteurs. Il a aussi salué les recommandations auxquelles sont parvenus les participants estimant qu’elles permettront de lutter efficacement contre le trafic de drogue au Mali.

Il convient de préciser qu’en marge de la cérémonie de clôture, des attestations ont été remises à des participants afin de les encourager à persévérer dans leur mission de lutte contre les crimes. La tenue de cet atelier a été rendue possible grâce à l’engagement de l’INL (Département d’Etat des Etats-Unis chargé de la Lutte contre les Stupéfiants et de l’Application des Lois) d’assister l’OCS du Mali dans la lutte contre le trafic de drogues et la criminalité transfrontalière. Une autre session qui regroupera les participants de plusieurs pays africains est également prévue en octobre prochain grâce au soutien de la France.

Massiré DIOP

Source: l’Indépendant