Ainsi parlait Toumo-le-soupçon, afin de distiller le doute dans l’esprit d’Hammadi… Et nous reviendrons à cette histoire, après avoir pris connaissance d’éléments nouveaux quant à la découverte récente d’importantes réserves sous-terraines d’or, de la Mauritanie au Soudan, en complément des ressources de Kayes, de Sikasso ou de Koulikoro.

 

Un récent rapport menée par International Crisis Group (publiée le 13 novembre 2019) donne précisément des détails sur les quantités d’or sous le sol du Mali. Indéniablement, l’orpaillage peut contribuer à donner du travail à de nombreux Maliens. Si l’on considère que 20 tonnes d’or par an représentent près de 700 000 emplois directs, et 3 fois plus d’emplois indirects, nul doute que cette manne créera beaucoup d’emploi, notamment chez les jeunes.

Cet or doit donc profiter à tout le monde. « Si le pauvre n’a point une part dans la fortune, la fortune fondra et retournera dans la terre.» Ce fut d’ailleurs le cas pour Hamtoudo, qui voulut garder pour lui l’or de Kaïdara, pour le faire encore fructifier par le commerce. Il fut englouti dans le fleuve, victime de son avidité sans bornes. Et que dire de Dembourou, qui voulut utiliser son or à des fins de puissance, et qui finit dévoré par un lion ?

L’or peut profiter aux Maliens, à condition que la sécurité des sites soit bien assurée.

Or, que se passe-t-il ? Parfois, c’est l’Etat qui s’en charge, parfois ce sont des milices locales, parfois ce sont des groupes armés. Certains payent cher cette sécurité, comme les 40 personnes tuées à bout portant au Burkina-Faso, en novembre dernier. Mais qui sont les assaillants ? A qui profite le crime ?

La réponse est simple : ce sont les groupes terroristes, qui se posent en pseudo défenseurs de l’Islam et bandits de grands chemins et qui n’hésitent pas à dévaliser les orpailleurs sous prétexte de la Zakat. Ils profitent d’être armés pour extorquer un bien qui devrait être partagé !

J’entends des voix qui accusent les puissances étrangères, au premier rang desquelles la France, de piller cette ressource. Mais, la France est puissante, la France est riche. Si quelqu’un affirme qu’il a vu des français ramasser de l’or à Kidal, qu’il en donne les preuves irréfutables. La France investit à fonds perdus dans la sécurité au Mali et paye le prix du sang mais ce n’est pas elle qui tire les bénéfices.

Les sources bien informées vous diront que c’est plutôt le groupe terroriste Ansar Eddine qui exploite en toute sérénité les réserves d’or du nord Mali sans être importuné en aucune façon. Cette mainmise sur les sites aurifères lui permet de s’enrichir et ainsi d’acheter des armes et des munitions. Mais cet or ne suffit pas malgré les liens d’Ansar Eddine avec le JNIM, ce dernier participe ensuite, contre nouvelle rémunération, aux attaques de prédation de l’Etat Islamique dans le Centre du Mali et aux frontières avec le Niger. Sa cupidité l’emportant  sur les valeurs religieuses qu’il clame pourtant haut et fort dès lors qu’il en a l’occasion.

Ne nous laissons pas embarquer dans les magouilles des terroristes et réagissons au mensonge.

Rappelons-nous comment fini l’histoire : Hammadi a donné tout son or à un bossu pour connaître les symboles du pays des nains, et il est rentré chez lui riche de sa connaissance.

Mamadou Bare

Contribution

Malivox