Mali: Muso Kunda, un musée de la femme unique en son genre à Bamako

Édifié au cœur de Bamako, le musée de la femme a rouvert en mars 2019, mais reste en chantier. Sa fondatrice, l’ancienne Première dame du Mali et historienne Adame Ba Konaré, dote son projet, exemplaire, d’un étage supplémentaire et d’un hôtel à thème. Reportage.

« Muso Kunda », « du côté des femmes » en kassonké, est devenu une institution à Bamako. Abrité dans un bâtiment du quartier populaire de Korofina Nord, au cœur de la ville, ce musée unique en son genre a rouvert en mars 2019.

Situé en face d’une grande place de la Commune 1 qui sert de terrain de football, sa façade ocre est décorée par une œuvre d’artiste Burkinabè. L’adresse est aussi connue pour son pain frais et les pâtisseries de son salon de thé, dénommé « Faro », du nom d’une divinité féminine des eaux, liée au fleuve Niger.

Abrité par une villa qu’Adame Ba Konaré avait d’abord louée lorsqu’elle était première dame du Mali, de 1992 à 2002, le Muso Kunda a ouvert en 1995. À cette époque, il se voulait le prolongement d’un livre écrit par l’historienne et épouse du président Alpha Oumar Konaré, le Dictionnaire des femmes célèbres du Mali (Éditions Jamana, 1993). Ce lieu était aussi la matérialisation d’une vision, lancée comme un manifeste dès l’entrée du bâtiment, avec les portraits et les noms des femmes tombées durant la sanglante répression du 26 mars 1991, le jour de la chute du régime dictatorial de Moussa Traoré. Cette galerie correspond à l’un des quatre piliers thématiques du musée : la « marche de la femme », outre son « image », son « quotidien » et son « cycle ».

Portraits de femmes du temps des colonies

En matière d’images, le musée est généreusement servi. La visite commence par deux salles de portraits. On part des débuts de la photographie sous l’ère coloniale avec des portraits de femmes censées représenter des ethnies, sous des légendes telles que « Type bambara », « Femme arabe » ou « Soudan français : groupe de femmes indigènes ». On passe ensuite aux poses plus joyeuses des Indépendances, avec des photos de styles de coiffure dont les noms renvoient à l’euphorie des années 1960 : « Samedi soir », « Jeux Olympiques », « Mami Wata ». En cherchant bien, on y retrouve le profil d’Adame Ba Konaré elle-même, en 1974, avec des tresses, « Année de la femme ».

Autre clou du spectacle en fin de visite : une salle des costumes entièrement dédiée aux tenues traditionnelles. « Nous sommes passés par des correspondants et des connaissances, précise Adame Ba Konaré, pour commander des tenues, qui viennent de Ségou pour la femme bambara, de Mopti pour la femme peule, etc. Des bijoux nous ont été donnés, notamment par une femme sénoufo centenaire ».

Les mannequins, originaux, présentent des profils différents – et particulièrement réussis – de femmes maliennes. Leur histoire mérite le détour. « J’ai fait le tour des ruelles des quartiers périphériques de Paris, raconte Adame Ba Konaré, en suivant des adresses que l’on m’avait conseillées, mais sans trouver de mannequins. Au final, une entreprise nord-coréénne installée à Bamako avec un savoir-faire particulier dans les statues, m’a sculpté les mannequins. Le culte de la personnalité qui prévaut dans leur pays donne un savoir-faire particulier dans les statues et les mannequins. J’ai présenté des photos de femmes pour que les artisans se rapprochent des canons du Mali. Pour deux des figures présentées dans la salle des costumes, je me suis amusée à demander la réplique de deux personnages d’une chanson célèbre, Yayoroba la femme opulente, et Pèguèlè la maigrichonne. »

À l’entrée du musée, un mur d’hommage aux femmes tombées en 1991 pour la démocratie au Mali. © RFI/Sabine Cessou

Réouverture en 2019

Lorsqu’Alpha Oumar Konaré termine son second mandat en 2002 et se voit nommer président de la Commission de l’Union africaine, le couple part pour cinq ans à Addis-Abeba. Le musée, qui se sent déjà à l’étroit, ferme alors et ses collections sont mises à l’abri. Une seule pièce manquera à l’appel lors de la réouverture : la statue géante de la divinité Faro, commandée elle aussi aux ouvriers nord-coréens. Installée sous une cascade en extérieur, elle a été cassée lors des travaux de rénovation.

De retour à Bamako en 2008, Adame Ba Konaré revoit les plans et agrandit l’espace en achetant la villa et la maison qui lui est mitoyenne. Elle leur fait prendre de la hauteur, mais les travaux, importants, prennent du temps. C’est avec l’aide très discrète de son fils Birama Konaré, patron de l’agence de communication Binthily et fondateur de la radio-télévision Djoliba, qu’Adame Ba Konaré aura la bonne surprise d’en venir à bout, pour enfin rouvrir en 2019.

Plusieurs salles invitent à explorer les instruments du quotidien : ustensiles de cuisine, moule à galettes en bois, calebasses, etc. Dans une pièce à part, une salle à manger « moderne » a été reconstituée, qui rappelle les années 1980, avant de retourner dans la tradition et passer aux rituels du mariage, ajoutés à la collection initiale. Le rôle de la « marraine » du mariage est expliqué et une chambre nuptiale reconstituée, sous la forme d’une petite tente de coton de format carré.

Tradition et modernité

Le mélange de féminisme et de tradition est justifié en termes clairs par Adame Ba Konaré : « Les savoir-faire de la femme dans la vie quotidienne relèvent d’un plus, d’une avance qu’elles ont. C’est mon choix d’en parler, et ma pensée profonde de vouloir mettre la tradition en valeur ».

Ce qui n’empêche pas le musée d’épouser la modernité et de porter un discours frappant pour dénoncer les violences faites aux femmes. Une petite salle de projection présente des films contemporains de grande qualité, sur les droits des femmes et les violences qui leur sont faites. Trois jeunes cinéastes, sélectionnées sur concours, présentent des films forts qui brisent les tabous. Le musée, conçu pour être aussi la « maison » de la femme, dispose d’une salle « d’écoute » pour celles qui en éprouvent le besoin.

Aujourd’hui logé sur trois étages avec une salle de documentation, le musée va s’adjoindre un restaurant, un projet qui va permettre de mettre en valeur l’art culinaire du Mali, avec 11 recettes typiques. Sous sa nouvelle forme, Muso Kunda sera aussi un hôtel, avec une vingtaine de chambres décorées au goût des ethnies du Mali et de l’Afrique. Sa salle de spectacles, dénommée « Miriam Makeba », abrite déjà des cérémonies ou des séminaires, ce qui lui permet deux autres salles de conférence et son salon de thé de se financer en toute indépendance. Dans la boutique du musée, on trouve divers objets, bogolans et coussins touaregs, ainsi que du beurre de karité, des produits de beauté et les encens préparés par Adame Ba Konaré elle-même. Bref, ce lieu représente un modèle, dont on sort en se prenant à rêver qu’il soit répliqué partout et pas seulement dans les capitales africaines.

RFI

Vous allez aimer lire ces articles

Comprendre la crise malienne en 10 dates

Tension et répression à Bamako, le président malien fait un nouveau geste

Mali: le président IBK annonce une «dissolution de fait» de la Cour constitutionnelle

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct