Malijet.co

Malversation du Fonds destinés à la révision des listes électorales: le SYNAC et le SYLTMAT saisissent le MATD

Les secrétaires généraux des comités exécutifs nationaux du Syndicat libre des travailleurs du ministère de l’Administration territoriale (SYLTMAT) et du Syndicat autonome des administrateurs civils (SYNAC) dénoncent une escroquerie sur les fonds destinés à la révision des listes électorales 2019, dans la région de Mopti. Les deux comités syndicaux, dans une lettre conjointe adressée au ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation, dont nous nous sommes procuré une copie, exigent toute la lumière sur cette affaire aussi ténébreuse que malveillante qui met en cause des responsables l’administration aux niveaux régional et local. Que s’est-il réellement passé ?

 

Cette affaire, qui fait de plus en plus de vagues au sein de l’administration publique, met en cause le gouverneur de la région de Mopti ou son entourage et les préfets des cercles concernés. En effet, selon nos sources, c’est au total la somme de 28 330.000 francs CFA qui a été remise au gouverneur de la région de Mopti, le général Abdoulaye CISSE pour les commissions de révision des listes électorales, les préfets et les sous-préfets. Au lieu de remettre l’intégralité des sous aux bénéficiaires, il nous revient que le gouvernorat aurait effectué des retenues sur lesdits fonds avant de les convoyer à destination. Ainsi, si chez certains, c’est une ponction de 500 000 francs, 400 000 francs, chez d’autres, c’est 350 000 francs CFA. Au bout du compte, c’est environ 3 000 000 de francs CFA qui manquent à l’appel, selon les sources. Le pot aux roses n’allait pas être découvert si des bénéficiaires mécontents de leur part ne s’étaient pas mis à parler. Face aux murmures et autres pressions sur des militants, les deux comités syndicaux ont décidé de jouer toute leur part de responsabilité pour tirer l’affaire au clair.
Toutefois, selon nos sources, il est difficile pour les préfets de remettre en cause le gouverneur, même si beaucoup sont unanimes qu’il y a eu ponction. En effet, ces derniers auraient accepté de signer avoir reçu la totalité des montants destinés respectivement à eux-mêmes, aux sous-préfets et aux commissions administratives chargées de la révision des listes électorales.
« Il nous est revenu de sources militantes et persistantes que les fonds destinés aux opérations de révision des listes électorales dans la région de Mopti ont fait l’objet de malversation de la part de certains représentants de l’État au niveau régional et local. En effet, selon nos sources, le gouverneur de la région le général Abdoulaye Cissé aurait procédé à des retenues injustifiables sur lesdits fonds comme suit :
Centre de Bandiagara : 500.000 ; Centre de Koro : 400 000 ; Centres de Douentza, Bankass, Mopti, Youwarou, Ténenkoun et Djenné : 350 000 francs CFA » indique la lettre des deux comités syndicaux adressée au ministre de l’Administration territoriale.
Pour combler le manquant causé par cette ponction illégale, irresponsable que malveillante, il nous revient que les préfets auraient décidé de renoncer tous à leur part en complétant celle de sous-préfets consentants dans certaines circonscriptions ou sur les fonds à allouer aux commissions administratives dans d’autres.
Décidés à aller jusqu’au bout, les dirigeants des comités SYNAC et SYLTMAT rejettent cette solution de facilité et expriment leur désaccord total, dans leur lettre adressée au ministre de l’Administration territoriale. Et pour cause : « pour qui connaît l’importance et la stabilité des opérations de révision des listes électorales, il n’est pas tolérable qu’elles soient troublées par des incidents créés par une telle forfaiture qui ne peut qu’effriter la confiance entre autorités administratives et agents chargés du processus ».
Si par lâcheté, certains ont opté pour la compromission, les deux comités syndicaux n’entendent pas tergiverser sur les principes et demandent des enquêtes pour faire triompher la vérité.
« C’est pourquoi les comités exécutifs nationaux du SYNAC et du SYLTMAT vous demandent de procéder à des investigations sur ces allégations et en tirer toutes les conséquences », invitent-ils dans leur lettre conjointe.

Par Sidi DAO

Source : Info-Matin

Vous allez aimer lire ces articles

Mali : Assemblée nationale du mali: Un sans-emploi touche plus d’un million de salaire mensuel

Affaire foncière: Interpellation du chef de village de Ouezzindougou et deux de ses conseillers au tribunal de la commune IV

Communication des politiciens à l’ère du numérique : Entre information et manipulation

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct