Malijet.co

Marchandage : Pourquoi les hommes se font toujours avoir dans les marchés ?

Seydou Koné, fonctionnaire à Bamako, ne sait pas marchander lorsqu’il s’agit d’acheter des cadeaux au bord de la route ou dans les marchés. «Au marché, les femmes trouvent les choses à un prix beaucoup inférieur à celui des hommes. J’ai l’habitude, en revenant du bureau d’apporter des fruits chaque soir à ma famille », raconte-t-il. De façon générale, les hommes ont la difficulté d’acheter des articles à un prix bas, contrairement aux femmes.

«Dernièrement, j’ai remarqué que le kilo chez une vendeuse n’est pas au complet. Grande remarque, à chaque fois que je veux acheter des fruits, je ne vois jamais la balance quand elle pèse le kilo », poursuit Seydou Koné. Il n’avait pas découvert la tricherie de la vendeuse jusqu’au jour où il a acheté 3 kilos de bananes.

Arrivé à la maison comme par hasard, il dit à sa femme qu’il a acheté trois kilos de bananes, chose qui n’est pas dans ses habitudes. «C’est ainsi que j’ai découvert que c’était 2 kilos, car ma femme a trouvé trop petit le sac. Dès lors je n’achète plus régulièrement des fruits en rentrant », explique-t-il.

Selon Anna Traoré, une vendeuse de poissons frais au bord de la route dans le quartier de Garantiguibougou, l’une des explications est que les femmes sont solidaires entre elles. «Les femmes sont d’abord solidaires entre elles. A force de vérifier les choses, même si le kilo est au complet, elles préfèrent te demander d’en rajouter », raconte-t-elle.

Mais Anna affirme qu’elle a plus de clients hommes que femmes, parce que eux au moins ils ne discutent pas beaucoup. «Ils m’appellent juste pour me dire de mettre un certain kilo dans les sachets et de passage ils le récupèrent sans vérifier. Et c’est dans ces cas qu’on a un peu de bénéfice car dans notre travail il y a plus de fatigue et moins d’argent», ajoute-t-elle.

Par ailleurs, Anna jette la faute sur les vendeuses de fruits comme les bananes, les oranges, les pommes et les mangues. «Surtout qu’on est dans une période où elles font beaucoup plus de bénéfices par rapport à nous. Beaucoup d’hommes achètent les fruits en rentrant chaque jour», raconte-elle.

Mieux que les hommes, dans le domaine du marché, les femmes ont tendance à vérifier beaucoup les choses et ne négligent jamais les détails. Elles sont les mieux indiquées pour s’y prendre dans la mesure où elles sont beaucoup plus courageuses dans la discussion afin de vérifier ces choses.

Kadidiatou Diakité

Stagiaire

Source: Le Républicain

Vous allez aimer lire ces articles

Dialogue politique inclusif : CRI 2002 apporte sa contribution

Lettre ouverte à Mamadou Kassogué, Procureur de la République : On réclame tout notre argent, y compris les “3,5 milliards de l’hôtel des finances”

Atelier sur les termes de référence du DPI : La satisfaisante restitution du CSDM à ses adhérents.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct