Malijet.co

Marginalisation des professionnels dans les opérations de construction : L’Ordre des Architectes du Mali tire sur la sonnette d’alarme

C’est à la faveur d’une conférence de presse organisée hier, mardi 8 octobre, à l’occasion de la journée mondiale de l’Architecture, dans les enceintes du Musée national, que l’Ordre des Architectes du Mali a sonné du cor. Un appel à la raison lancé non seulement aux Autorités, mais aussi aux populations dans les différentes opérations de construction qui ne respectent plus les normes.

 

Officialisée depuis 1985, la journée mondiale des Architectes qui se célèbre chaque premier lundi du mois d’octobre n’est pas passée inaperçue cette année encore au Mali. L’Ordre des Architectes du Mali avec à sa tête Cheick Sadibou Moussa Kanté a organisé une rencontre avec la presse, les étudiants et les différents organes collaborateurs pour une séance d’échange sur le thème retenu qu’est « L’Architecture …logement pour tous ». Dans sa brillante exposée, le Président de l’Ordre des Architectes du Mali, M. Kanté, a invité les Décideurs politiques à la professionnalisation des différentes opérations de construction dans notre pays.  «Cette année, l’Union internationale des Architectes a choisi comme thème: ‘’L’Architecture…logement pour tous’’. C’est un thème très important  parce que si tous les États du monde ont un problème en commun c’est l’accès au logement. On a essayé de passer en revue le logement,  mais qu’on ne peut pas aborder sous un angle isolé. Le problème que les populations expriment c’est un besoin d’être habité. «Il faut que les uns et les autres notamment les Autorités fassent la différence entre habiter quelqu’un et lui loger. Je peux dire que je loge dans la maison N°2 à Kalaban coura mais j’habite à Kalaban coura. Il y a une nuance», a-t-il rappelé avant d’enchaîner que « Quand on prend aujourd’hui les opérations des logements sociaux c’est la réponse de l’État malien par rapport au besoin que les populations ont exprimé. C’est à saluer. Mais on peut faire mieux que ça. Il y a beaucoup d’États qui nous ont devancés par rapport à ce genre d’opérations. On doit noter que c’est une opération pluridisciplinaire. On ne doit pas négliger ces opérations». Toujours, selon le conférencier principal, M. Kanté, ces plans doivent être validés par le Ministère de la Culture au-delà des aspects techniques. «Il y a d’autres aspects qui sont prédominants notamment les aspects socioculturels. Un logement est fait pour un Homme et un Homme ne peut pas échapper à l’emprise de sa Culture. On ne fait pas un baptême à Gao comme on le fait à Kangaba. Il y a beaucoup d’aspects dont on doit tenir compte par rapport à ces opérations pour qu’elles répondent aux besoins de la population», a souligné le conférencier.

À en croire M. Kanté, les constructions aveugles et la non-association des professionnels dans les différentes opérations de construction sont à la base des embrouillages, des inondations dramatiques. « Il y a aussi d’autres dimensions qui doivent précéder ces opérations notamment la viabilisation. Le temps qu’une personne fasse  le trajet entre Ségou et Niamana est souvent le même ou le double qu’il fait  entre Niamana et la Tour d’Afrique. Cela n’est pas normal. Ça passe inaperçu alors qu’il y a une cause. Le Mali a la chance d’avoir des Professionnels (des Urbanistes, des Architectes et des Ingénieurs), il suffit simplement de les associer aux opérations pour qu’elles soient bien faites», a-t-il conclu.

Seydou Konaté

LE COMBAT

Vous allez aimer lire ces articles

Sogoniko : Inauguration du bureau rénové de la Poste du Mali

Kati – Polyclinique des armées: Visite aux blessés de guerre

Accord pour la paix: les enfants plaident pour leur prise en compte

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct