Malijet.co

Mariage précoce: l‘Afad ouvre le débat

L’Association des femmes pour des actions du développement a organisé successivement en VI et III du district de Bamako, les 11 et 12 septembre, une conférence-débat sur le thème : ‘’Les mariages des enfants compromettent le bien-être de la fille, protégeons les filles’’.

L’étape de la commune VI était présidée par la conseillère municipale, Mme Aminata Traoré, accompagnée de son adjoint Abdallah Diarra. Outre ces personnalités politiques communales, il y avait également des responsables d’associations de femmes ainsi que des leaders religieux.
L’objectif de cette journée d’échanges avec des leaders, les pères éducateurs étaient de sensibiliser les participants sur les conséquences du mariage précoce.
« Nous sommes ce soir avec les leaders politiques pour leur faire part de ces résultats. Que faut-il faire pour aider les jeunes », a expliqué Yoro Diakité, consultant. Dans son intervention, M. Diakité a insisté à rappeler que l’objectif de la rencontre n’est nullement pas contre le mariage. Pour lui, il s’agit de trouver un mécanisme de protéger les filles qui n’ont pas l’âge de se marier.
« Une fille mariée précocement est confrontée à une diminution de sa capacité physique et biologique. Il joue également sur l’évolution de sa mentalité. C’est pourquoi nous devons faire extrêmement attention. Nous voulons que les filles aient les mêmes chances que les garçons », a soutenu le consultant devant l’assistance avant de plaider pour le respect de certains principes sociaux éducatifs dans nos écoles. Selon ses constats, les établissements d’enseignement deviennent de plus en plus des lieux de déperdition sociale.
De son côté, l’ancienne ministre de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, Mme Sangaré Oumou Bah, a ajouté qu’au-delà de la sensibilisation sur les méfaits du mariage des enfants, l’association œuvre pour la formation des femmes pour leur épanouissement, leur émancipation.
« On aide les femmes à faire des activités génératrices de revenus, à suivre des formations sur les droits des femmes et également sur les droits des enfants. Donc, ce projet est un petit projet à court terme, mais très important, en matière de sensibilisation, d’information et d’éducation. Un appui que nous avons eu avec le CISP et qui s’occupe des questions de mariage précoce, de grossesses précoces, d’abandons scolaires », a détaillé l’ancienne ministre également membre de ladite association.
Pour sa part, la présidente de l’Association, Oumou Diallo, a rappelé les objectifs de leur association qui vise, entre autres, à sensibiliser, à faire comprendre, à échanger avec la population dans le respect mutuel sur le mariage précoce de la fille dans notre société.
« Nous échangeons avec nos cibles, cherchons à connaitre leur avis sur le mariage précoce de la jeune fille dans la société », a affirmé la présidente de l’association.
Au cours des débats, les participants étaient divisés à propos des raisons du mariage des enfants et de la dépravation de nos mœurs. Si certains pensent que c’est l’éducation en général qui a échoué, d’autres, par contre, estiment que le problème est beaucoup plus lié à la mondialisation qu’à la pauvreté.
À l’issue des échanges, les acteurs et participants ont formulé des recommandations, à savoir : renforcer la communication entre les parents et les enfants sur tous les sujets, de trouver une meilleure stratégie pour l’éducation de l’enfant, de mettre en place des stratégies pour lutter contre le mariage précoce, tout en combattant la dépravation des mœurs chez les enfants ; d’impliquer davantage l’autorité dans la gestion de l’école ; de donner plus de force à l’école.
Hier jeudi, l’Association a tenu le même cadre d’échanges en CIII du District de Bamako.
Pour rappel, cette association a été créée en 2002. L’exécution de ce projet a été rendue possible grâce au soutien financier de la commission de l’Union européenne.

Par Bossouan DEMBELE
(Stagiaire)

Source: info-matin

Vous allez aimer lire ces articles

Développement des communautés soninkés: la FESO lance ses activités le 28 septembre prochain

Insécurité alimentaire au Mali: un concours d’œuvre médiatique pour alerter

Présidence du CNJ: Gousno se lance dans la course

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct