Me Hassane Barry, président d’honneur de Tabital Pulaaku

Interrogé par un organe privé, après le drame d’Ogossagou, Me Hassan Barry a répondu : « J’ai vécu ces évènements avec beaucoup d’amertume et d’indignation. Ce drame qui rappelle étrangement celui de Koulongo survenu le 1er Janvier 2019 était du reste prévisible.

Mais le manque de vision et d’anticipation de l’Etat, en dépit des alertes et des appels de détresses, ont rendu possible ces massacres d’une amplitude dépassant tout entendement, sur le village peul d’Ogossagou. » Me Hassan Barry parle de manque de vision et d’anticipation, alors qu’un hebdomadaire privé l’avait sollicité, bien avant les drames de Koulongo et d’Ogossagou pour une interview, sur la sécurité au centre du pays, qu’il avait refusée. Par manque d’anticipation.
B.D.

Source: Canard Déchainé

Vous allez aimer lire ces articles

Frappes aériennes de Bounty: condamnations de la Coordonnatrice humanitaire

L’Armée de l’Air dotée d’un hélicoptère Mi-35

Koro : Attention aux explosifs de guerre restants !

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct