Médias publics : L’ORTM et la SMTD projettent une grève de 48 heures

L’Office de radio et télévision du Mali (ORTM) et la Société malienne de transmission et de diffusion (SMTD-SA) vivent des jours difficiles. Cette situation a été exacerbée par la crise sociopolitique et la pandémie de la Covid-19 avec lesquelles aucune entreprise n’échappe à la tension de trésorerie.

 

Les comités syndicaux des deux entreprises ont déposé un préavis de grève sur la table du ministre du Travail et de la Fonction publique, le 16 octobre dernier. Si rien n’est fait pour satisfaire leurs revendications qui datent de 2018, les deux structures publiques observeront une grève d’avertissement de 48 heures (les 5 et 6 novembre 2020).

La question était au cœur d’une conférence de presse animée, le week-end dernier à la Cantine de l’ORTM, par le secrétaire général du comité syndical de l’ORTM, Abdourhamane Hinfa Touré et son collègue du comité syndical de la SMTD-SA, Cheickné Diallo.

Les doléances cumulées des deux structures portent sur 9 points. Il s’agit, entre autres, de l’extinction du protocole d’accord du 3 décembre 2019, de l’application des acquis obtenus en 2018 par l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) et de l’annulation du réajustement du salaire accordé aux directeurs de la SMTD-SA.

L’amélioration des conditions de travail par la dotation du personnel en véhicules d’intervention, l’octroi de la prime de risque et de celle du panier à tout le personnel figurent aussi parmi les points de revendications des deux comités syndicaux.

À ces revendications s’ajoutent également l’élaboration d’un plan de formation et de carrière du personnel de la SMTD, le payement des heures supplémentaires au personnel et l’indemnisation de toutes les victimes de l’ORTM des évènements de mars 2012 et de juillet 2020.

Le secrétaire général du comité syndical de l’ORTM, également secrétaire général du Syndicat national de l’informatique, de la presse et de l’industrie du livre (SNIPIL), a rappelé que les doléances datent de 2018. Abdourhamane Hinfa Touré a fermement déploré l’occupation des espaces de l’ORTM par certains magistrats et militaires, notamment des hauts gradés.

Sollicitant le soutien des confrères, le secrétaire général du comité syndical de l’ORTM a expliqué la détermination des siens à se battre pour récupérer ce qui leur appartient.

«En cas de non satisfaction de nos doléances dans les délais impartis, nous comités syndicaux de l’ORTM et de la SMTD, nous nous réserverons le droit d’enchaîner avec un autre débrayage de 72 heures les 23, 24 et 25 novembre 2020», ont déclaré Abdourhamane Hinfa Touré et Cheickné Diallo.

Aux différentes questions relatives aux revendications catégorielles des syndicalistes, au statut de l’ORTM, de ses agents et aux missions assignées à l’ORTM, Abdourhamane Hinfa a apporté des réponses claires.

Sidi Y. WAGUÉ

Source : L’ESSOR

Vous allez aimer lire ces articles

Ramadan : Le compte à rebours dans la douleur mais avec espoir

Fermeture de tous les lieux de loisirs : L’espace Original est-il au-dessus de la loi ?

Camp militaire de Goma Coura : Où vont les primes des éléments sur le terrain ?

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct