Messages de plaidoirie des membres de la Plateforme Handicap et VIH Sida à l’endroit du MSAS et du MSLP.

Les membres de la Plateforme Handicap et VIH Sida ont adressé des messages de plaidoirie à l’endroit du Ministère de la Santé et des Affaires Sociales ainsi qu’au Ministère de la Solidarité et de Lutte contre la Pauvreté afin que la question du handicap et VIH et la promulgation de la loi 2018-027 du 12 Juin 2018 relative aux droits des personnes vivant avec un handicap soient prises en compte par les autorités.

Selon les membres de la Plateforme Handicap et VIH Sida, le Rapport mondial OMS & Banque Mondiale sur le handicap, publié en 2011 démontre que  les personnes handicapées représentent plus d’un milliard vivant avec une forme ou une autre d’handicap soit environ 15% de la population mondiale et 15,5%  (plus de 2 000 000) au Mali. Cette prévalence est susceptible d’augmenter dans des contextes particuliers : pays en voie de développement avec des problèmes de santé maternelle & infantile, catastrophes naturelles, pauvreté, immunisation défaillante ; zones de conflit ou de post-conflit, etc.

La question du Handicap et VIH suscite une réelle prise en considération depuis l’étude mondiale sur le VIH et le Handicap en 2004 qui affirme que les personnes handicapées sont reconnues comme étant une population à risque de l’infection à VIH. Des données probantes sur l’épidémiologie de l’infection à VIH dans ce groupe sont indispensables à un ciblage efficace et efficient. C’est ainsi que ARCAD Sida en collaboration avec Humanité & Inclusion a réalisé une étude bio comportement chez les personnes handicapées en 2011 dans le District de Bamako et dans la région de Koulikoro qui a révélé une prévalence de 2,4%  contre 1,3 au niveau national.

Aussi une autre étude similaire a été  réalisée par  Humanité & Inclusion en collaboration avec le Secrétariat Exécutif du Haut Conseil National de Lutte contre le Sida (SE/HCNLS), avec l’appui de la Cellule Sectorielle de Lutte contre le Sida, la Tuberculose et les Hépatites virales du Ministère de la Santé et des Affaires Sociales (CSLS-TBH/MSAS); la Cellule Sectorielle de Lutte contre le Sida du Ministère de la Solidarité et de la lutte contre la Pauvreté (CSLS/MSLP) et la Fédération Malienne des Associations de Personnes Handicapées (FEMAPH) et  démontre que  sur les 1051 personnes handicapées testées pour le VIH, 25 étaient infectées par le VIH soit une prévalence de 2,38%.

“Malgré ces taux interpellateurs, elles ne sont pas encore prises en compte dans les outils nationaux de collecte de données sur le VIH/Sida tenus aux niveau des formations sanitaires.”

“Au Mali, en tenant compte de la précarité des conditions de vie des Personnes Handicapées, le document stratégique de réduction de la pauvreté et la croissance qui englobe le cadre stratégique de lutte contre le VIH et le sida au Mali a retenu les personnes handicapées comme groupe spécifique vulnérable qui doit  bénéficier des projets et programmes en matière de lutte contre la pauvreté et de lutte contre le VIH et le sida.

Si la vulnérabilité est établie par des études, la prise en compte de cette couche dans les outils nationaux de collecte de données n’est-il pas une nécessité.” ont-ils adressé au Ministre de la Santé et des Affaires Sociales.

Pour ce qui est du Ministère de la Solidarité et de Lutte contre la Pauvreté, les membres de la plateforme Handicap et VIH Sida souhaitent  vivement l’adoption du présent décret pour une réelle prise en compte des droits des personnes vivant avec un handicap. Toutefois, ils reconnaissent que depuis des décennies, grâce à la bonne volonté des plus hautes autorités des régimes qui se sont succédés, le Mali est une référence dans la sous-région en matière de promotion des personnes handicapées.

Ont signé le 14 Mai 2020, Madame Djikiné Hatouma Gakou, Présidente FEMAPH, Madame Kady Barry, 3e Vice-Présidente FEMAPH, Monsieur Modibo Kané, Directeur Technique du RMAP+, Mme Kouyaté Fanta Kamissoko, Coordinatrice de la CSLS/MSLP, Présidente de la Plateforme Handicap et VIH/Sida et Monsieur Seydou Alassane Maïga, HI.

AFANOU KADIA DOUMBIA, stagiaire 

Source: Malijet

Vous allez aimer lire ces articles

Mali : l’ONU et ses partenaires condamnent les violences et appellent au dialogue

Après la mort d’une vingtaine de jeunes par Forsat : Qu’espérons-nous désormais d’IBK ?

Mahmoud Dicko sur France 24 hier : “ Il n’en est pas question que nous parlions du gouvernement d’union tant que…’’

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct