PARIS EN DEUIL : LE PREMIER PRÉSIDENT DU HAUT CONSEIL DES MALIENS DE FRANCE, DIADIE SOUMARE NOUS A QUITTES CETTE NUIT.

Nous étions tous très contents de la contradiction à la fausse humeur ayant circulé la semaine dernière sur le décès de Diadié mais hélas cette fois-ci, il est parti vraiment. Quelle tristesse pour nous tous qui avons partagé avec lui cet engagement associatif pour mieux nous aider ici et contribuer au développement de nos terroirs!

Diadié Soumaré, Dieu soit loué, a au moins pu vivre près de 20 ans après une lourde opération. N’empêche, sa perte est également lourde, très lourde pour nous tous.

C’est Diadiè qui m’a intégré dans le bureau du Haut Conseil des Maliens de France pour la première fois et il me faisait très confiance. Cette confiance a créé une certaine intimité entre nous et il m’avait confié un jour son histoire de migrant. En effet, et il insistait dessus, c’est grace à un prêtre de St Denis qu’il a eu la chance d’apprendre et d’aller jusqu’à l’expertise-comptable dans la formation.

En 2002, il m’a proposé comme Président de la Commission Administrative pour la Révision de la liste électorale de la juridiction de Paris qui comprenait la France, l’Espagne et le Portugal. Je fus reconduit en 2003 aussi à cette présidence.

Diadié avait un réseau solide en France ici, ce qui ouvrait beaucoup de portes pour les différents financements de nos projets. Il a avec la Fondation Abbé Pierre, initié dans la région de Kayes le projet de logements sociaux.

Diadié était aussi très versé dans la promotion de la langue Soninké car Président de l’APS, l’association dédiée et il était également le Président du Festival Soninké..

Très engagé politiquement pour le Mali, il a milité dans l’ADEMA et on se souviendra de ses interventions, en mars tout près sur le problème sécuritaire du Mali : « Point d’aventure ! La grande nation malienne dans sa pluralité doit s’unir autour d’un seul mot d’ordre : LE SURSAUT POUR SAUVER LA NATION», a déclaré le responsable de la communauté Soninké.

Ainsi, dira-t-il, nos enfants et petits enfants ne braveront plus les éléments, parfois au prix de leur vie avec l’idée d’aller chercher ailleurs ce qu’ils trouveront chez eux, au Mali, qui deviendra alors non plus un pays d’émigration mais un pays d’accueil où tout un chacun, à la condition qu’il s’en montre digne par son travail et ses efforts trouvera sa place.

Selon le président de l’Association pour la Promotion de la langue et la culture Soninké, les rédacteurs de l’Hymne National du Mali ne s’y sont pas trompés : « Devant chaque danger un réflexe immédiat : Si l’ennemi découvre son front, au-dedans ou au dehors, debout sur les remparts, nous sommes résolus de mourir

Diadié Soumaré était aussi membre du Conseil des Sages des maliens de France dont le siège se trouve à Bagnolet sous la Présidence de notre grand frère Moussa Coulibaly.

Nous perdons tous en Diadié ou un ami ou un père ou un collegue. Il a très épaulé les jeunes de la deuxième génération qui a vu l’émergence du groupe de Ali Soumaré son neveu, Mams Yaffa, Aminata Bouné pour ne citer que ceux-ci.

A sa famille Soumaré et surtout à toute la grande famille Soninké de toutes les diasporas, nous présentons nos condoléances les plus émues. Diadié nous quitte avec un lourd héritage et en sa mémoire, nous nous devons de le porter.

Nous vous communiquerons les autres informations plus tard pour ce qui est de l’organisation des funérailles.

CONTACTS: Pour plus d’informations ou pour présenter des condoléances, voici des contacts.

La famille reçoit dans la journée de ce dimanche 23 juin à la Maison des Associations au 111 Rue Danielle Casanova 93200 SAINT DENIS, Bus 170 arrêt Bergerie Franc Moisin.

Domicile: 0142434145
Diadie Traore: 0684628901,
Douloureux FOFANA : 0758509643
DIABY GANDEGA: 0671008169
Hamedy DIARRA 06 18 49 32 97

Dors en paix Diadié et que la terre te soit légère. Nous ne t’oublierons jamais.

Source: Bamada.net