Je ne vois pas de points communs entre Amadou Kouffa, Iyad ag Ghaly et le gouvernement malien. Tous ces mouvements djihadistes sont des khawarij. Ces derniers ont une idéologie qui se base sur certains versets du Saint Coran. La question a été posée à Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine: «Celui qui ne juge pas d’après la loi d’Allah»: «Quelle est la position de l’islam concernant celui qui ne juge pas d’après ce qu’Allah a révélé (la Loi d’Allah) ?». (Fatwa de cheikh Otheimine tirée de son recueil de fatwas-Chapitre la croyance page 208 à 212).

Il y a deux catégories de versets qui sont consacrées dans le Saint Coran
La première catégorie de versets:
«N’as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu’on a fait descendre vers toi (ô Muhammad) et à ce qu’on a fait descendre avant toi ? Ils veulent prendre pour juge le Taghût alors que c’est lui qu’on leur a ordonné de ne pas croire. Mais le Diable veut les égarer très loin dans l’égarement. Et lorsqu’on leur dit: ‘‘Venez vers ce qu’Allah a fait descendre et vers le Messager, tu vois les hypocrites s’écarter loin de toi. Comment agiront-ils quand un malheur les atteindra à cause de ce qu’ils ont préparé de leurs propres mains ? Puis, ils viendront alors près de toi jurant par Allah: «Nous n’avons voulu que le bien et la réconciliation ». Voilà ceux dont Allah sait ce qu’ils ont dans leurs cœurs. Ne leur tiens donc pas rigueur, exhorte-les et dis-leur sur eux-mêmes des paroles convaincantes. Nous n’avons envoyé de messager que pour qu’il soit obéi, par la permission d’Allah. Si, lorsqu’ils ont fait du tort à leurs propres personnes, ils venaient à toi en implorant le pardon d’Allah et si le Messager demandait le pardon pour eux, ils trouveraient certes Allah Très Accueillant au repentir, Miséricordieux * Non !… Par ton Seigneur ! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu’ils ne t’auront demandé de juger de leurs disputes et qu’ils n’auront éprouvé nulle gêne pour ce que tu auras décidé, et qu’ils se soumettent complètement à ta sentence.» (Les Femmes, v. 60-65).
Allah a qualifié ceux qui prétendent croire alors qu’ils ne sont que des hypocrites de la manière suivante:
– Premièrement: qu’ils veulent prendre pour juge le Taghût, ce qui signifie tout ce qui contredit le jugement d’Allah et de Son Messager, et qui est un dépassement et une transgression du jugement de Celui à Qui appartient et à Qui revient l’ordre tout entier : Allah, gloire et pureté à Lui, Qui dit:
«La création et le commandement n’appartiennent qu’à Lui. Toute gloire à Allah, Seigneur de l’Univers. » (Al-A’râf, v. 54.)
– Deuxièmement: lorsqu’on les appelle vers ce qu’Allah a révélé et vers le Messager, ils s’écartent et s’éloignent.
– Troisièmement: quand un malheur les atteint à cause des péchés qu’ils ont commis, ils viennent en jurant par Allah qu’ils ne voulaient que le bien et la réconciliation. C’est le cas de celui qui ne veut pas juger par la Loi islamique et qui juge par les lois humaines en contradiction avec l’islam, prétendant que c’est ça, le bien et ce qui convient le mieux à la situation actuelle.
Puis, Allah, gloire et pureté à Lui, a mis en garde ceux qui prétendent croire alors qu’Il connaît parfaitement ce qu’ils ont au fond de leur cœur, et qui est en opposition avec ce qu’ils disent.
Il a ordonné à Son Prophète de les exhorter et de leur dire des paroles convaincantes. Puis Allah, gloire et pureté à Lui, a montré le but pour lequel Il a envoyé le Messager.
En effet, c’est pour qu’il soit suivi et obéi, lui, et non les autres personnes quel que soit la force de leurs idées et le degré de leurs connaissances. Puis, Allah a juré par Sa Rububîyya, confirmant au passage la véracité du Message du Prophète, pour certifier que la croyance n’est valable qu’avec ces trois choses:
– la première: prendre pour juge le Messager d’Allah dans toutes les disputes et divergences;
– la deuxième: approuver et se réjouir de son jugement et n’éprouver aucune gêne pour ce qu’il a décidé.
– la troisième: se soumettre complètement à sa sentence en l’acceptant et l’exécutant sans tarder et sans dévier.

La deuxième catégorie de versets
À titre d’exemple, la parole d’Allah: «Et ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a fait descendre, ceux-là sont les mécréants. » (La Table Servie, v. 44.).
Et Il dit aussi: «Et ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a fait descendre, ceux-là sont les injustes » (La Table Servie, v. 45.)
Et Il dit : «Et ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a fait descendre, ceux-là sont les pervers.» (La Table Servie, v. 47.)
Est-ce que les trois attributs cités dans ces versets concernent la même personne ?
Autrement dit, est-ce que toute personne qui juge d’après autre que ce qu’Allah a révélé est considérée comme mécréante, injuste et perverse ?…
Car Allah, gloire et pureté à Lui, a attribué aux mécréants les qualificatifs d’injustice et de perversité selon Sa parole (traduction rapprochée) :
«Et ce sont les mécréants qui sont les injustes» (La Vache, v. 254.)
Et Il dit: «…Parce qu’ils n’ont pas cru en Allah et en Son Messager et ils sont morts tout en étant pervers.» (Le Repentir, v. 84.)
Alors tout mécréant est injuste et pervers, [est-ce cela l’interprétation juste ?]… ou ces trois attributs désignent des personnes différentes selon la cause qui les a poussés à juger d’après autre que ce qu’Allah a révélé ?
Mon avis est la dernière solution et Allah est Plus Savant !
Nous disons donc que celui qui juge d’après autre que ce qu’Allah a révélé par indifférence, mépris ou croyant que les lois humaines sont meilleures et plus bénéfiques pour l’humanité que le jugement d’Allah, est considéré comme mécréant sortant de la religion islamique ; également, ceux qui légifèrent des lois qui contredisent la Loi islamique pour que les gens les prennent comme juge. Ces hommes ont établi ces lois contredisant la Loi divine car ils croient que ces législations sont meilleures et plus bénéfiques pour l’humanité.
En effet, la nécessité rationnelle et le bon sens veulent que l’homme ne délaisse une législation en faveur d’une autre que s’il croit à la supériorité de celle qu’il adopte et à la déficience de celle qu’il a délaissée.
Par contre, celui qui juge d’après autre que ce qu’Allah a révélé non pas par indifférence, mépris ou croyant que les lois humaines sont meilleures et plus bénéfiques pour l’humanité que le Jugement d’Allah, mais plutôt, il a jugé d’après les lois humaines pour opprimer celui qui est sous son autorité, se venger de lui ou pour d’autres raisons, celui-ci est considéré comme un injuste (Dhâlim) et non un mécréant.
Et les degrés de son injustice diffèrent suivant la sentence proclamée et les moyens de jugement utilisés.
De même, celui qui juge d’après autre que ce qu’Allah a révélé non pas par indifférence, mépris ou croyant que les lois humaines sont meilleures et plus bénéfiques pour l’humanité que le Jugement d’Allah, mais, il juge d’après ces lois pour favoriser celui qui est sous son autorité ou pour obtenir des pots-de-vin ou d’autres jouissances de la vie d’ici-bas, celui-là est considéré donc comme pervers (Fâssiq) et non comme mécréant.
Et les degrés de sa perversité diffèrent suivant la sentence proclamée et les moyens de jugement utilisés.
Cheikh ul-Islâm Ibn Taymiyya, qu’Allah lui soit clément, a dit à propos de ceux qui ont pris leurs rabbins et leurs moines comme Seigneurs en dehors d’Allah qu’ils se divisent en deux catégories :
– La première: ceux qui savent que les rabbins et les moines ont substitué la religion d’Allah et malgré cela, ils les ont suivis. Ils croient également qu’est licite ce que leurs rabbins et leurs moines ont rendu licite alors qu’Allah l’a rendu illicite, et qu’est illicite ce qu’ils ont rendu illicite alors qu’Allah l’a rendu licite; ils suivent ainsi leurs moines et leurs rabbins [ou leurs dirigeants] tout en sachant qu’ils ont contredit la religion des Messagers. Ceci est de la mécréance et Allah et Son Messager ont considéré cela comme de l’association.
– La deuxième: ceux qui croient qu’est licite ce qu’Allah a rendu illicite, et illicite ce qu’Allah a rendu licite, c’est la phrase d’Ibn Taymiyya reprise textuellement ! Mais, ils ont obéi [à leurs dirigeants] en désobéissant à Allah, comme le cas du musulman qui fait des péchés en sachant qu’ils représentent une désobéissance à Allah. Ceux-là et ceux qui leur ressemblent font donc partie des gens du péché et de la désobéissance [et non pas des mécréants]. (Fatwa de cheikh Otheimine tirée de son recueil de fatwas. Chapitre: la croyance page 208 à 212.Copié de fatawaislam.com.Cheikh Mouhammad Ibn Salih Al-’Outheymine).
L’histoire des khawarij: «Le premier et le plus mauvais des Khawarij était Thul-Khuwaisarah. Le Sahabi Abu Sa’id al-Khoudri (qu’Allah soit satisfait de lui) a dit: «’Ali Ibn Abi Talib envoya du Yémen de l’or enveloppé dans du cuir teint au Messager d’Allah (salut et bénédictions d’Allah sur lui), qui l’a partagé entre quatre personnes: Zaid al-Khail, Al-Aqra Ibn Habis, Uyainah Ibn Hisn et Alqamah Ibn Ulathah. Une personne parmi les compagnons a fait remarquer qu’elle était plus en droit de recevoir cette richesse que ces personnes. Quand cette remarque parvint au Prophète (salut et bénédictions d’Allah sur lui) il dit : «Ne me faites-vous pas confiance à qui Celui au-dessus des cieux a fait confiance ? La révélation vient à moi des cieux matin et soir.» Alors un homme avec les yeux enfoncés, les pommettes hautes et élevées, un front saillant, la barbe épaisse et le crâne rasé se redressa et dit: «Muhammad! Craint Allah». Le Prophète (salut et bénédictions d’Allah sur lui) s’est tourné vers lui et a répondu : «Malheur à toi. Ne suis-je pas la personne qui craint Allah le plus ?» L’homme s’en alla alors et Khalid Ibn al-Walid (Qu’Allah soit satisfait de lui) se précipita et dit: «0 Messager d’Allah, puis-je lui trancher la tête?» Mais le Prophète (salut et bénédictions d’Allah sur lui) dit : « Peut-être observe-t-il la prière ». Khalid (Qu’Allah soit satisfait de lui) dit alors: «Peut-être est-ce un homme qui observe les prières et dit avec sa langue ce qui n’est pas dans son cœur». Le Prophète (salut et bénédictions d’Allah sur lui) répondit: «Je n’ai pas été ordonné de percer le cœur des gens ou de fendre leurs ventres.» Alors il jeta un coup d’œil sur l’homme qui s’en allait et dit: «Il surgira de la progéniture de cet homme un peuple qui récitera le Qur’an, mais qui n’ira pas au-delà de leurs gorges; ils traverseront la religion comme une flèche traverse sa cible».
Cet homme s’appelait Thul-Khuwaisarah at-Tamimi et il est considéré le premier Khariji à surgir dans l’Islam. La racine de son mal est qu’il a préféré sa propre opinion à celle du Prophète (salut et bénédictions d’Allah sur lui). S’il avait attendu pour entendre ce que le Prophète (salut et bénédictions d’Allah sur lui) avait à dire, il se serait rendu compte qu’aucune opinion ne peut avoir la priorité sur celle du Messager d’Allah (salut et bénédictions d’Allah sur lui). Et, c’est la tribu de cet individu qui plus tard a levé les armes contre le Calife Ali Ibn Abi Talib (Qu’Allah soit satisfait de lui).
Quand la lutte entre Mu’awiyah et Ali (Qu’Allah soit satisfait d’eux) s’est dessinée, les partisans de Mu’awiyah (Qu’Allah soit satisfait de lui) ont levé des copies du Qur’an au bout de leurs lances et ont invité les partisans de Ali (Qu’Allah soit satisfait de lui) à l’arbitrage basé sur lui (le Qur’an). Ils ont suggéré qu’un homme représentant chaque côté se rencontrent et en viennent à une solution basée sur le Qur’an. Les deux côtés ont accepté de négocier et les partisans de Mu’awiyah (Qu’Allah soit satisfait de lui) ont envoyé Amr Ibn al Aas (Qu’Allah soit satisfait de lui) pour les représenter. Quand les partisans de Ali (Qu’Allah soit satisfait de lui) ont choisi Abou Moussa (Qu’Allah soit satisfait de lui) pour les représenter, Ali (Qu’Allah soit satisfait de lui) a exprimé qu’il ne le pensait pas approprier et a proposé Ibn Abbas (Qu’Allah soit satisfait de lui) à la place. Cependant, ses partisans ont dit qu’ils ne voulaient personne qui soit de la parenté de Ali (Qu’Allah soit satisfait de lui), et ils ont envoyé Abu Moussa (Qu’Allah soit satisfait de lui).
L’arbitrage a été plus tard retardé jusqu’au mois de Ramadan. Pendant cette période, la validité même des hommes décidant quelque chose se trouvant dans la juridiction d’Allah, a été remise en cause par un des partisans de Ali (Qu’Allah soit satisfait de lui) du nom de Urwah Ibn Uthainah qui a dit: «Le jugement appartient seulement à Allah». Quand ‘Ali (Qu’Allah soit satisfait de lui) a détourné son armée de la plaine de Siffin et est entré dans Koufah, environ douze milliers de ses partisans ne sont pas entrés dans la ville avec lui. Au lieu de cela, ils ont campé dans la ville de Harourat, ont élevé leurs voix à l’unisson récitant le slogan: «Le jugement appartient seulement à Allah!» Cet incident marque l’apparition des Khawarij comme mouvement sectaire. Ils ont plus tard nommé Shu’aib Ibn Rib’i at-Tamimi comme leur Amir pour la bataille, et Abdullah Ibn al-Kawwa al-Yashkari comme leur Amir pour la prière. Ces Khawarij étaient au début très pieux et méticuleux au sujet de l’exécution des divers actes du culte. Cependant, leur croyance qu’ils étaient plus bien savants que le compagnon du Prophète (salut et bénédictions d’Allah sur lui), Ali Ibn Abi Talib (Qu’Allah soit satisfait de lui), est devenue la base d’une terrible maladie qui les a affligés et les a menés vers l’égarement».(In: Les Khawarij ou la ruse du diable. Extrait de Talbis Iblis de Ibn Jawzy).
«Le Prophète (S&BSL) avait déjà mis en garde contre les Kharijites et leur prochain avènement. Il a par ailleurs encouragé de les combattre. D’après el-Boukhârî et Mouslim en effet, selon Alî (radiya Allahou `anhou), j’ai entendu dire le Messager d’Allah (S&BSL): «À la fin des temps, il y aura des hommes qui seront jeunes en âge et faibles d’esprit. Ils auront les meilleures paroles qui puissent être mais leur foi ne dépassera pas leur gosier et ils sortiront de la religion comme la flèche transperce sa proie. Combattez-les où qu’ils soient car il y aura une récompense le Jour de la Résurrection pour celui qui les aura combattu». Bon nombre de Hadîth blâment les Kharijites selon plusieurs aspects.
D’après el-Khallâl, l’Imâm Ahmed a affirmé: «Les Kharijites sont des gens mauvais; je ne connais pas de gens plus mauvais qu’eux sur terre. Certains Hadîth authentifiés du Prophète (S&BSL) leur sont consacrés et ils les blâment selon dix aspects». Chaykh el-Islâm ibn Taymiya a fait savoir en commentaire à cette annale: «Ces Hadîth sont rapportés par Mouslim dans son recueil Sahîh, Boukhârî en a aussi rapporté quelques-uns».
Les Kharijites sont donc les premiers adeptes de l’Islam, connus pour «excommunier» les musulmans en raison de leurs simples péchés et pour taxer injustement leurs coreligionnaires de mécréants.
Les Khawarij sont de différents groupes:
1. Ceux qui font sortir les gens pour marcher contre le pouvoir,
2. Les imams ou hommes de culte musulman qui prêchent pour maudire les gens du pouvoir,
3. Ceux qui taxent de négateurs tous ceux qui ne sont pas avec eux: ceux ne prient pas derrière un imam qui n’est pas un des leurs, ne mangent la chair d’une bête qu’ils n’ont pas égorgée. Ceux –ci prennent les femmes des autres qui ne sont pas leurs adeptes et marient sans observer la période d’attente qui est de trois mois prescrite par l’Islam et qui est révélée dans le Saint Coran, ceux qui jugent sans le Saint Coran et la sunna de l’Envoyé de Dieu, etc.
Amadou Kouffa n’a jamais été empêché et inquiété dans ses différents prêches par les différents gouvernements maliens. Il a fait l’école coranique dans le Macina, il a fait de la poésie peulh auprès des jeunes filles et femmes peulhs. Il est rentré dans le Tidjania. Il est sorti pour faire la Dawa. C’est là qu’il a fait la connaissance de Iyad ag Ghaly. Son passeport était prêt pour la Pakistan et il l’a abandonné pour prendre le fusil pour faire le djihad auprès d’Iyad ag Ghaly au nom de l’Islam. Il a dit qu’à partir de maintenant, la Dawa se fait avec le fusil. Il doit comprendre que faire la Dawa avec les prêches est plus profitable que par les armes en termes d’adhésion, de préservation de vies humaines et de la cohésion sociale. C’est ce qu’ils doivent comprendre. Il vient d’ouvrir une boîte de pandore aux conséquences incalculables.
D’après le professeur Dioncounda Traoré, ce n’est pas une guerre ethnique. Mais quand la lutte est territoriale, cela va forcément aboutir à une guerre ethnique entre agriculteurs et éleveurs qui sont deux ethnies différentes. Les gens l’avaient remarqué dans le débat entre Me Hassan Barry de Tabital Pulaaku et Marcelin Guenguéré de Dana Ambassagou). Dans «Le Point.fr» du 23 juin 2019, cette question a été posée à Marcelin Gunguéré:
«Vous parlez d’agenda, comme si tout cela était planifié, qu’elle serait l’agenda de ces Peuls autrefois au côté des Dogons, selon vos affirmations ?»
Réponse: «Ils veulent un lieu de pâturage propre à eux, c’est pourquoi ils ont planifié de chasser tous les Dogons qui sont sur la plaine qu’ils appellent Seno pour les faire monter sur la falaise et réoccuper toute la plaine. Cette plaine conduit jusqu’au Macina où il y a la zone d’Amadou Kouffa, et ça continue dans le nord du Mali pour aller finir vers le Tchad et le Soudan, c’est une zone qu’ils veulent dégager pour leurs activités. Nous, nous sommes un peuple qui vivons sur nos terroirs et nous n’allons pas accepter de nous faire déplacer comme ça, car c’est nous qui les avons accueillis, c’est nous qui les avons installés et nous leur avons donné une partie de nos terres pour cohabiter avec nous, mais, maintenant, ils sont en train de faire croire qu’ils sont minoritaires et qu’ils sont là-bas depuis longtemps, que nous sommes devenus très nombreux et que l’on veut leur retirer tout ce qui leur appartient, tout ça est fait pour créer de fausses pistes et masquer leur agenda».
Dans une interview réalisée par «Le Point.fr», dont le titre est: «Mali: Peuls et Dogons, histoire d’une longue relation ambivalente», M. Dougoukolo Alpha Oumar Ba-Konaré (chargé de cours à l’Institut national des langues et civilisations orientales), dit ceci: «En 2015, l’irruption du Front de libération du Macina».
La présence de l’État malien est restée précaire, malgré la reconquête de ce territoire. En 2015, la situation sécuritaire de la région n’était toujours pas stabilisée, tout comme les antagonismes récents, nés durant l’occupation de la zone par les djihadistes.
Un nouveau mouvement djihadiste émerge, en 2015, le Front de libération du Macina. Il est commandé pour un Peul, Amadou Kouffa. Considérant les Peuls comme étant des alliés naturels des djihadistes, du fait de l’histoire fondatrice du Macina au XIXe siècle (dont il s’approprie l’héritage), Kouffa invite tous les musulmans à le rejoindre et à lutter contre l’État malien. Cependant, il indique bien dans des prêches qu’il ne mène pas cette guerre de régénération sociale au nom d’une communauté particulière, mais dans une certaine forme d’égalitarisme inclusif.
Ce discours résonne au sein des communautés peules appauvries, mécontentes de l’ordre social dans lequel elles vivent, et victimes d’exactions répétées par des membres de l’armée malienne ».
C’est le même Amadou Kouffa qui appelle tous les peulhs du Sénégal au Nigéria au djihad «Jeune Afrique». Les gens ont toujours en mémoire les déclarations du professeur Ali Nouhou Diallo, de Mme Adam Ba Konaré, etc.
Il y a une autre déclaration de l’écrivain Amadou Hampaté Ba. Une question lui a été posée: «Qu’est-ce- qu’il pense de la colonisation ?». Réponse: Comment poser une question de colonisation à un colonisateur ?
Le même Hampaté Ba avait répondu à une question par rapport au livre de Yambo Ouologuem, «Le devoir de violence», voir Wise, Christopher (2003). Préface de Yambo Ouologuem. Le Devoir de violence. Paris : Serpent à plumes. On l’a fait remarquer que le livre de Ouologuem parle du conflit entre dogons et peulhs. Il a répondu en ces termes en parlant de Yambo Ouologuem: «Ce petit forgeron».
«La naissance d’une idéologie de nettoyage ethnique
C’est dans ce contexte que naît la milice dogon Dan Na Ambassagou («Les chasseurs se confient à Dieu») en décembre 2016. Dès sa création, ses leaders annoncent leur volonté indéfectible de s’attaquer à tout ennemi des Dogons. Leur bellicisme est présenté comme nécessaire et héroïque, contribuant à la «guerre contre le terrorisme» qui capte tant l’attention de l’État malien et de ses alliés. Les attaques contre les villages peuls s’intensifient.
En réaction, des groupes de Peuls organisent des expéditions punitives contre des localités dogons. De nombreux civils se voient donc doublement attaqués par ces groupes et par les djihadistes, accentuant le sentiment que Peuls et djihadistes mènent bien un combat commun». (Dougoukolo Alpha Oumar Ba-Konaré).
Dans une publication de Malijet qui date de juillet 2019 intitulée: «Ali Nouhoum Diallo parle à IBK: Quelques suggestions à mon cadet, mon ami, mon camarade », un internaute peulh que j’appelle par les sigles de son nom S.Y. a dit: «Dr Diallo, c’est bien de donner des leçons aux autres. Mais c’est toujours mieux d’être soit même un exemple.
En tant que Président de l’Assemblé nationale, te rappelles-tu avoir permis voir imposé le vote de la loi sur la création des cliniques privées au Mali qui autorise les médecins fonctionnaires à travailler dans les cliniques privées ? Et depuis, les hôpitaux nationaux sont devenus des lieux de passage temporaire pour les médecins fonctionnaires, où ils viennent pour capter les malades qu’ils invitent dans leurs cliniques privées.
C’est toi qui as invité dernièrement les jeunes peuhls à la vengeance dans les cercles de Koro, Bankass et Bandiagara.
La réalité est que dans ces localités, c’est Guina Dogon et Tapital Pullaku qui s’affrontent au travers des pauvres populations. Vous êtes parmi les soutiens de ses actes. Les irresponsables démocrates dont vous parlez sont les causes de toutes les déchirures au Mali et cela à commencer par l’ADEMA.
Depuis 1992, l’ADEMA n’a jamais accepté aller à l’opposition même battu dans les urnes. L’ADEMA s’accommode avec tous les pouvoirs pour continuer son sport favori (la destruction planifiée du Mali à travers le vol organisé en système, la liquéfaction de l’État, le non-respect des lois du Mali). Pour mémoire, depuis l’indépendance il existe une loi (non abrogée) qui interdit la création des associations à caractère ethnique. L’ADEMA a autorisé la création de Tapital Pullaku et Guina Dogon qui sont des associations qui encouragent le repli identitaire, le rejet des autres. Et comme le bon Dieu est juste, il le fait payer à ces ethnies dans les zones qui encouragent ces replis identitaires. Sachez que les Peuls existent dans toutes les régions du Mali (Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou et autres) mais là ils se sont intégrés dans l’ensemble national, d’où leur force et leur chance d’échapper à ces carnages ciblés (Wassoulou, Ganadougou, Fouladougou, etc.).
Tu es parmi les personnes à répondre de ce qui est arrivé au Mali (acteur, depuis 1991, de la mauvaise gouvernance construite sur l’esprit partisan et non la compétence, obligeant les cadres faibles à se prostituer professionnellement). Tu fais donc bien de donner les conseils à ton ami, ton camarade de l’ADEMA avec lequel vous avez construit ensemble tous les plans sordides sur le dos du peuple et de la nation malienne. Tu feras pire si tu avais été président. Vous êtes tous sortis du même moule ADEMA. Qui se ressemblent, s’assemblent. Tu feras mieux de te taire.
Le peuple malien vous attend tous pour le jugement qui n’est plus loin.
Aux Maliens de s’ouvrir enfin les yeux pour regarder autrement leur avenir, leur pays, le Mali».
Le journal malien «L’Aube» du 1er avril 2019 a titré après l’attaque d’Ogossagou: «L’impéritie de l’Etat nous fend le cœur». (Par Professeur Adam Ba Konaré). Mme Konaré de poursuivre: «Ogossagou, plus qu’un symbole, plus qu’un village décimé, plus qu’un amas de désolation où l’indicible et l’horreur ont tressé les terrifiantes lanières de la monstruosité ! Ogossagou, le pire de ce dont la haine ethnique est capable ! Un programme démoniaque, un projet sordide de massacres en masse, un nettoyage ethnique, avec des effets collatéraux cyniquement ciblés : bestiaux tués, maisons et greniers incendiés».
«…..pour que soit proscrits à jamais au Mali « Morts pour avoir été Peuls.»»
Pour Dioncouda Traoré, «le djihadisme s’est incrusté sur de vieilles rancœurs entre éleveurs et agriculteurs. Ces vieux ressentiments étaient exacerbés par les agents de l’Etat (gendarmes, gardes et agents des Eaux et Forêts) qui rançonnent les populations dans les villages. Ce qui fut un terreau fertile pour les djihadistes d’exploiter ces conflits locaux en recrutant des combattants au sein de chaque communauté ethnique. «Pour attaquer des Dogons, ils utilisent des Peuls pour faire croire que ce sont les Peuls qui les attaquent. Pour attaquer des Peuls, ils utilisent des Dogons. Malheureusement, certaines communautés sont tombées dans le piège»». Il dit vrai ici, mais il doit ajouter la justice aussi qui est mal rendue. Et c’est ce qui est essentiel.
C’est le même Dioncounda qui rencontre au Centre international de Conférence de Bamako (CICB) «les organisations de la société civile et les diplomates pour les informer des missions à lui confiées par le président de la République Ibrahim Boubacar Keïta. Il leur a demandé de se mobiliser et d’aider les Forces armées maliennes (FAMAs) pour sauver le Mali. La propagande pour chasser les forces du Mali ne profite qu’aux terroristes. La propagande pour chasser les forces du Mali ne profite qu’aux terroristes». Quel paradoxe ! Car la présence des forces extérieures n’ont rien servi. Leur présence a même profité aux terroristes d’occuper des zones qu’ils ne tenaient pas avant.
Le Professeur Dioncounda Traoré n’a aucun profil pour discuter avec les khawarij. Aucun intellectuel fantoche ou politicien fantoche au Mali et au Sahel n’a pas le profil pour discuter avec les khawarij. Qu’est- ce- qu’il faut négocier avec les khawarij ? Des gens qui veulent instaurer la charia islamique dans l’immédiat et pour cela: il faut changer tout le système judiciaire, changer le système bancaire car l’Islam est contre le crédit usuraire, changer le système éducatif scolaire au Mali et obliger l’enseignement uniquement en langue arabe, obliger toutes les femmes à porter la Bourka, obliger les homme à porter des pantalons qui ne dépassent la cheville, interdire la consommation des boissons alcoolisées, interdire la fornification, Il faut voir sur Lefaso.net, l’article suivant: «Burkina Faso: Un rescapé du massacre de Silgadji témoigne», comment le 25 janvier 2020, trente-neuf (39) hommes ont été froidement tués. Leur seul tort est de ne pas. Voici les propos d’un rescapé: «Lors d’un précédent passage, ils avaient en effet ordonné aux hommes de ne plus porter des pantalons qui couvrent tout le pied. Ils doivent porter des pantalons courts et laisser la barbe pousser. Aux femmes, ils avaient exigé le port du voile. Ils avaient prévenu qu’ils reviendraient et ceux qui ne se seraient pas pliés à leurs exigences n’auront pas accès au marché et subiront des représailles.
Lors d’un précédent passage, ils avaient en effet ordonné aux hommes de ne plus porter des pantalons qui couvrent tout le pied. Ils doivent porter des pantalons courts et laisser la barbe pousser. Aux femmes, ils avaient exigé le port du voile. Ils avaient prévenu qu’ils reviendraient et ceux qui ne se seraient pas pliés à leurs exigences n’auront pas accès au marché et subiront des représailles».
Le Professeur Dioncounda ignore que lui-même et tous ceux qui portent des foulards blancs à leurs cous, ceux qui portent des bagues sur lesquelles il y a des inscriptions de chiffres et de différents noms en arabe(la plupart des fonctionnaires), les confréries tidjanes, chiites, les féticheurs (marabouts et pratiquants de la magie noire), les bars, les maisons closes, les voleurs, etc. sont tous des cibles des khawarij
Quand le professeur Dioncounda Traoré de dire: «Ces djihadistes sont financés par des moyens orientaux qui ont choisi de semer la terreur, la misère et la désolation au Mali au nom de l’Islam». Il oublie que ces «djihadistes» sont partout dans le monde. Ils sont ce qu’on appelle DAECH.
Il n’y a rien à discuter avec ces terroristes Khawarij qui ont fait les crimes les plus abominables sur les populations civiles sans défense. Les récoltes dans les champs, dans les greniers ont été brûlées dans la zone de Bandjagara, des animaux morts intentionnellement dans les incendies. «Maudit celui qui prend comme cible un animal domestique » (Hadith de l’Envoyé de Dieu (S&BSL). Des terroristes qui ont donné naissance à tous les bandits qui ont pillé tout le bétail de toutes les communautés du Mali : peulhs, dogons, sonrhaïs, touaregs, bambaras, etc. Les militaires, les civils qu’ils taxent de collaborateurs des forces de sécurité et de défense sont aussi des cibles. Les maliens doivent aller à la mobilisation générale au lieu de tenir des discours stériles dans les grandes villes. Pourquoi les forces étrangères doivent quitter le sol malien ? Parce qu’elles sont les premières qui ont jeté la rage des terroristes sur les populations et l’armée Le régime d’IBK doit se souvenir des propos d’AQMI lors de son investiture: «Il est un fonctionnaire au service de la France et il sera à bout de lui».
Le meilleur profil d’hommes à envoyer chez les khawarij pour entamer des discussions avec eux sont des érudits sunnites pris dans toutes les communautés du Mali. Ce sont eux qui peuvent argumenter contre eux à partir des textes du Saint Coran et des hadiths de l’Envoyé de Dieu. D’ailleurs, je ne vois rien à discuter avec des gens criminels, qui sont sourds et aveugles. La seule solution est la mobilisation générale pour les réduire au silence. Pour cela, l’armée et les forces de sécurité doivent changer de stratégie de combat. Il faut se détacher en petits groupes de commandos pour traquer tous les faux prêcheurs sans niveau intellectuel dans les différents villages de tout le Mali. Pour prêcher, il faut être habilité de le faire.
Ceux qui disent de discuter avec les khawarij ne les connaissent pas. C’est ça le défaut des cadres maliens. Ils discutent des problèmes qu’ils n’ont pas étudiés. Ils confondent les wahhabites et les khawarij. Ces derniers sont combattus même en Arabie saoudite. Ils sont avec les chiites, les pires en Islam sunnite. «Les Kharijites ont croisé par hasard Abdullah Ibn Khabbab (qu’Allah soit satisfait de lui), ils l’ont emmené au bord d’un fleuve et lui ont tranché la tête. Son sang a jaillit comme un jet dans le fleuve comme le lacet d’une sandale. Ensuite, ils se sont tournés vers son épouse enceinte, lui ont ouvert son estomac et renversé son contenu, ils ont égorgé son fœtus malgré que la femme leur disait qu’elle est une femme enceinte».
Pourquoi c’est maintenant qu’il faut discuter avec eux ? Les politiciens français qui avaient allumé le feu au Mali par le canal de leur compatriote Mr Nicolas Sarkozy par le canal de leur machin, le MNLA, avaient demandé de discuter avec tout le monde sauf les djihadistes. C’est le MNLA qui a accouché tout ça. Il faut combattre tous les groupes armés qui ont pris les armes injustement contre leur pays. Le seul politicien malien qui a une position crédible sur la rébellion du nord Mali est Mr Choguel K. Maïga.
Dans l’édition du 26/01/2020 de TV5 Monde, il a dit toute la vérité. Seulement, il a oublié de dire la vérité sur la politique de Moussa Traoré, son parrain politique qui a imposé les minorités touaregs et arabes sur la majorité à partir du concept «cooptation» dans sa politique CMLN-UDPM. Ce concept «cooptation, il l’a eu de l’US-RDA dont ses textes ont été utilisés pour rédiger les textes de l’UDPM.
Quel que le prix à payer, si les forces internationales surtout les forces de barkhane ne veulent pas combattre avec sincérité les forces du mal au Mali, qu’elles partent. Au finish, les maliens auront une solution. Mais d’ici là, les maliens doivent changer de comportements. Dieu ne donne jamais la victoire à un peuple pervers. Allah a dit: «vous qui avez cru ! Craignez Allah. Que chaque âme voit bien ce qu’elle a avancé pour demain. Et craignez Allah, car Allah est Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites». (Sourate 59, verset 18).
Les Maliens doivent s’éloigner de ces politiciens à la base de l’impérialisme européen pour développer des théories à connotations communautaires. Les forces européennes particulièrement françaises sont là pour leurs propres intérêts comme sous les temps de l’esclavage et le colonialisme
Maliens, levez-vous pour défendre votre existence dans la dignité !

Brin COULIBALY

L’Inter de Bamako