Nioro du Sahel, vastes et luxuriants pâturages aux portes du désert où s’abreuvaient les caravaniers arabes venus du Sahara et de la Méditerranée, a été fondée vers 1332. La cité doit son nom  » Noor  » (l’auréole du désert) aux caravaniers arabes. Grande cité réputée pour avoir abrité plusieurs saints et érudits de la  » tarigua Tijaniyya,  » la ville, située à 435 km de Bamako, la capitale, est peuplée de paysans bambara / massasis et de soninkés, d’éleveurs peuls et des maures auxquels se sont ajoutées plusieurs autres ethnies qui s’adonnent toutes au négoce, favorisé aujourd’hui par la Nationale 5 qui la relie à la Mauritanie à l’Ouest, au Sénégal au Sud-ouest et à la capitale Bamako, plus à l’est. C’est cette cité qui est actuellement prise de fièvre électorale au grand étonnement des observateurs.

Lire la suite dans l’Indépendant

Source : l’Indépendant