Office malien de l’habitat : en quête de financement adapté

Les administrateurs de l’Office malien de l’Habitat (OMH) ont examiné hier le rapport d’activités et d’exécution du budget 2020, avant d’analyser les projets de programme d’activités et de budget 2021. La 44ème session ordinaire du conseil d’administration tenue, à cet effet, a été présidée par le ministre des Affaires foncière, de l’Urbanisme et de l’Habitat, Dionké Diarra. C’était en présence du directeur général de l’OMH, Sékou Demba.

 

Concernant le programme d’activités 2021, l’accent sera mis essentiellement sur la recherche de solution à l’endettement de l’OMH, la poursuite de la cession directe de 1.200 logements suivant de nouvelles approches plus efficaces, la recherche de solutions innovantes et pérennes au financement des logements sociaux afin de limiter la pression sur les ressources publiques, a annoncé le ministre, président dudit Conseil. Pour Diarra, la modernisation, la digitalisation des activités à travers la formalisation des processus, seront également au cœur des activités à réaliser en 2021.

Au plan budgétaire, le projet de budget 2021 est équilibré en recettes et en dépenses à 22,197 milliards de Fcfa, contre 37,110 milliards de Fcfa en 2020, soit une baisse de 40,19 %. Cette réduction est liée essentiellement à la nouvelle stratégie adoptée dans le cadre de la cession directe des 1.200 logements.

De l’analyse des documents soumis aux administrateurs, il ressort que sur une prévision de 37,110 milliards de Fcfa, l’Office a pu générer 16,060 milliards de Fcfa de recettes au 31 décembre 2020, contre 15,958 milliards de Fcfa pour les dépenses.

Pour le ministre des Affaires foncière, de l’Urbanisme et de l’Habitat, ces résultats qui sont largement en deçà des attentes, s’expliquent essentiellement, entre autres, par la baisse des recettes de la Taxe de logement (TL). Cela suite aux réductions d’impôt accordées par l’état aux entreprises du secteur privé dans le cadre des mesures d’accompagnement visant à atténuer les conséquences de la Covid-19.
L’application de cette mesure implique, selon lui, la renonciation au produit de la TL pendant la période d’avril à décembre 2020. S’y ajoutent la non mise à disposition de la totalité de la subvention de l’état, le report de la date du démarrage des prélèvements des mensualités de la première tranche des 5.928 logements sociaux réalisés et la vente timide des 1.200 logements en cession directe, a noté Dionkè Diarra.

Toutefois, a constaté le ministre en charge des Logements, des chantiers se rapportant notamment au renforcement des dispositifs de contrôle, à l’amélioration de l’efficacité opérationnelle et la relance des activités, comme l’opérationnalisation du dispositif du prêt acquéreur, ont été amorcés. Il a exhorté la direction générale de l’OMH à accélérer les actions pour l’élargissement et la diversification de l’offre de logements à travers notamment la rénovation du tissu ancien de notre capitale ainsi que l’implémentation du dispositif du prêt acquéreur.

 

A. G

Source : L’ESSOR

Vous allez aimer lire ces articles

« Mon corps m’appartient » : la revendication de plus d’autonomie pour les femmes

CENTRE : L’armée reste présente à Farabougou

Graves accusations de l’ONG Human Rights Watch sur les tueries survenues dans la région de Mopti: « L’armée malienne mise en cause dans la mort de 34 civils au centre du pays… »

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct