L’histoire donne finalement raison à Dr Moussa SANOGO, l’ancien président Directeur général sur l’incompétence de son équipe de Comptabilité. Tenez vous bien.

Les comptes annuels de 2018 de la PPM ont été rejetés par son nouveau commissaire aux comptes et la non fourniture de certains documents justificatifs des charges au Bureau du Vérificateur Général.

La dernière réunion du comité de gestion des cadres de la Pharmacie Populaire du Mali s’est tenue du 13 au 14 mars 2020 à la PPM à Bamako. Lors de cette réunion, le PDG  M. Mamady SISSOKO à la grande surprise de l’ensemble du personnel a annoncé que le nouveau Commissaire aux Comptes de la PPM a rejeté les comptes annuels de 2018 contrairement à ce que lui-même avait annoncé lors de la dernière session du Conseil d’Administration de la PPM indiquant que les exercices précédents de la PPM avaient été contre performants pour nuire à l’image du Docteur SANOGO et de son équipe. Le mensonge a beau couru, il est toujours rattrapé par la vérité. Autrement dit, le grand bluff du PDG et de son équipe n’a pas réussi. On se rappelle également que l’actuel PDG de la PPM, juste après sa prise de service, a limogé tous les responsables techniques dans les postes de Départements Centraux de la PPM en commençant par son chauffeur, pour mieux nuire à l’image de ce haut cadre du Mali, Dr Moussa SANOGO.

Il faut rappeler qu’il est très rare et difficile qu’un commissaire aux comptes va jusqu’au rejet des comptes dans l’exercice de ses fonctions. Le rejet des comptes signifie en terme profane que les comptes produits ne sont pas régulés ni sincères et qu’ils ne représentent pas l’image fidèle d’une entreprise.

Il est également difficile sinon impossible qu’un département financier et comptable n’arrive pas à fournir les documents justificatifs de ses dépenses aux services de contrôle, tel est le cas à la PPM par rapport au Bureau du Vérificateur Général.

Pour ceux qui se rappellent de l’histoire de la Pharmacie Populaire du Mali, Dr Moussa SANOGO avait relevé le Directeur Financier M. Guédiouma DAO et son homme de main M. Bakary TANGARA pour incompétence et inculpés aux yeux de la justice. L’histoire remonte de juin 2017, lorsque Dr Moussa SANOGO a mandaté son auditeur interne pour effectuer une vérification financière du fonds social de la PPM. Le rapport déposé par l’auditeur interne a donné entièrement raison à Dr Moussa SANOGO pour sa méfiance avant de procéder au paiement de la dotation de l’exercice 2016. Ainsi, le rapport a relevé des falsifications de certaines factures qui ont servi de décaissement ; le démembrement du bureau du fonds social, le mandat d’exercice avait également expiré ; absence de traçabilité des fonds, et le non respect du règlement intérieur du fonds social de la PPM.

Le syndicat en complicité avec les agents relevés a fait sortir une note demandant à ces derniers de ne pas procéder aux différentes passations, un acte qui fut refusé par le syndicat national de la santé et également par le Ministère de la Santé. Alors pour créer des problèmes à Dr Moussa SANOGO, ils ont monté un bilan déficitaire de plus de neuf cent millions de francs CFA à son insu et de le faire certifier par l’ex Commissaire aux Comptes avec quelques réserves, sans encore un mot au PDG sortant. C’est après avoir monté les comptes annuels comme ils veulent que le syndicat réclame  publiquement la tenue du Conseil d’administration sur les états financiers de 2017.

Mais comme on dit toujours, la vérité finit toujours par éclater, le syndicat depuis 2018 réclamait la tenue du Conseil d’Administration sur les états financier de 2017.  Depuis que l’actuel PDG Mamady SISSOKO a pris la tête de l’entreprise, personne n’a réclamé la tenue du Conseil d’Administration ni  sur les états financiers de 2018 encore moins sur ceux de 2017.

D’autre part, Dr Moussa SANOGO avait bien raison de mettre en doute la compétence des cadres de la comptabilité et aujourd’hui il n’est pas dans l’entreprise mais Dieu a tranché en sa faveur.

Il est à noter que le nouveau commissaire aux comptes vient d’enlever le doute en refusant les comptes de 2018 ainsi que le rapport du bureau du vérificateur général montre surtout la non justification des dossiers comptables. A la PPM aujourd’hui, tous les cadres se posent la question comment un Département Financier et Comptable ne peut pas faire certifier son bilan ?  Aujourd’hui l’ensemble des cadres de la PPM sont édifiés que les comptes ont toujours été montés par la Direction Financière et Comptable de la PPM.

Pourtant, le règlement de compte de l’actuel PDG M. Mamady SISSOKO a commencé par la mise en place de cette ancienne équipe que Dr Moussa SANOGO avait relevée pour incompétence. On rappelle que Dr Moussa SANOGO a été le premier à l’appel à candidature au poste du Président Directeur Général de la PPM en 2016 suivi de Dr Adama DEMBELE.

Pour ensuite s’attaquer à l’ex-Directeur Général Adjoint par Intérim Dr Adama DEMBELE, connu par sa grande performance, ses compétences, sa disponibilité, son sens de partage et son amour pour la boite et qui a également occupé tous les postes techniques et stratégiques de la PPM. Malgré ces grandes expériences et la maitrise de la boite, l’actuel PDG de la PPM a demandé en violation des textes au Ministre de le remplacer par Dr Zoumana FANE qui est connu par ses contreperformances en 2018 et 2019.  En plus de cela, le nouveau DGA n’a jamais occupé un poste de Directeur de Département Central. Après l’ancien DGA par intérim de la PPM, les autres Directeurs de Départements Centraux commencent aussi à se poser la question par rapport aux critères de nomination au poste de DGA à la PPM.

Aujourd’hui, c’est le tour de M. Ibrahim S.O. KEITA, chef Division Audit Interne de la PPM, appelé « M. incorruptible » qui a même fait un inventaire inopiné chez l’actuel DGA au moment de sa gestion dont ce rapport accablant reste toujours bloquer chez le PDG. Cela confirme davantage le lien entre le PDG et le DGA avant cette nomination. C’est ainsi que la Direction de la PPM vient de créer un nouveau Département de Contrôle de Gestion et Audit Interne et confier à M. Gaoussou COULIBALY avec ses moins de 2 ans de service à la PPM et son master 1 en Comptabilité Audit et Contrôle. Imaginez que M. Ibrahim S.O. KEITA, malgré ses 6 ans à la PPM, ses 5 ans d’expérience à son poste par appel à candidature, ses masters 2 (Comptabilité Audit et Contrôle, Fiscalité et Droit des Affaires), ses grandes expériences Comptabilité Audit et Contrôle dans les cabinets d’expertise comptable reconnus ; ses résultants probants au niveau de cette division n’a pas été promu à ce nouveau Poste.  Comment le PDG peut parler d’une équipe en faisant encadrer les meilleurs par les moins performants ? Et où en sommes-nous aujourd’hui avec ce projet des entrepôts modernes ? Quelles dispositions sont prises pour éviter des ruptures de stock ? Quelles dispositions sont-elles prises par rapport à la pandémie de coronavirus  comme l’avait fait Dr Abdrahamane TOUNKARA  par rapport à la maladie à virus Ebola? Ce qui est sûr les travailleurs de la PPM ne sont pas optimistes pour l’avancé de la PPM.

Modibo L FOFANA

Source: mali24