Place de l’Indépendance : les manifestants dispersés, la jeunesse du M5 dit « se réorganiser »

Les militants du Mouvement du 5 juin dispersés à coup de gaz lacrymogène. Après le rassemblement de ce mardi 11 août, les manifestants ont décidé d’assiéger la Place de l’Indépendance « jusqu’à la démission du président IBK et de son gouvernement ». Certains y ont passé la nuit. Mais les forces de l’ordre les ont délogés tôt ce matin. En ville, les activités reprennent progressivement leur cours normal. La jeunesse du M5-RFP dit « se réorganiser et entreprendre de nouvelles actions » jusqu’à la démission demandée.

 

Les populations des quartiers environnants de la « Place de l’Indépendance » se sont donc réveillées ce mercredi matin sous l’odeur des gaz lacrymogènes. Sur le site du rassemblement d’hier, où des manifestants ont passé la nuit, les forces de sécurité viennent d’opérer une descente pour disperser les occupants. Quelques heures après, la ville reprend son rythme normal.
Ce mercredi dans la ville de Bamako, le trafic dans la circulation est très fluide en ce milieu de journée. Sur les deux ponts, les habitants vaquent librement à leurs occupations, sans être bloqués dans les embouteillages ou par des barricades. Plusieurs boutiques ont ouvert, notamment au grand marché. Les services publics et privés ont repris également les activités. Les banques ont aussi travaillé cette journée.Des éléments des forces de sécurité étaient perceptibles dans plusieurs endroits à travers Bamako.

Ces manifestations du M5-RFP se sont déroulées au moment où une délégation de la CEDEAO séjourne au Mali. Elle est revenue pour « suivre de la mise en œuvre des recommandations issues du dernier sommet extraordinaire des Chefs d’État de l’Organisation sur la situation au Mali ».

Goodlock Jonathan, médiateur de la CEDEAO dans cette crise, est attendue aujourd’hui chez « le Chérif de Nioro » pour demander son implication à trouver une solution.
« Nous allons nous réorganiser et entreprendre d’autres actions. La désobéissance civile va se poursuivre », c’est ce que déclare la jeunesse M5-RFP . Selon le chargé de communication de la CMAS, « l’action répressive des agents de sécurité n’entame en rien » leur détermination

Source : STUDIO TAMANI

Vous allez aimer lire ces articles

Mali: le musicien Sidiki Diabaté accusé de menaces et violences par son ancienne compagne

Koulikoro: le maire de la commune dément l’information sur la saisie des biens de la mairie par l’INPS

Sans Tabou: une double crise financière et alimentaire

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct