En marge de son débat public « Benbere Benkan » à Diré, Benbere a rencontré dans la cite du blé une jeune slameuse, Aminata Wallet. A travers cette poésie, la lycéenne, journaliste radio à ses heures libres, chante le Mali, qu’elle rêve de ne plus voir tendre la main.

 

 Ma patrie

Que t’arrives-tu?

L’insécurité bat son plein

Notre vie quotidienne est menacée

Le Centre est témoin

Ogossagou a vécu un drame de sang inexpliqué

Des villages dévastés

Des populations horrifiées

L’axe Goundam-Tombouctou n’est pas épargné

Des braquages répétés

Les élèves-maitres dépouillés

Je pleure ma patrie

Connue à travers ses armoiries

Signifiant son harmonie

Entre ses ethnies

Peulh, Dogon, Tamasheq, Songhoy, Arabe, Bamanan…

Sachant qu’un peuple n’est fort que lorsque ses fils sont unis

Visent le même but

Celui du développement et de l’attachement

A nos cultures et valeurs

A quand un Mali stable?

Avec une paix durable

Un Mali d’une économie enviable

En travaillant pour la construction

L’entente, la paix et la cohésion

Pour devenir une grande nation

Sans corruption, ni discrimination

Avoir la liberté pour sortir de l’obscurité

Un Mali uni et fort

Sans les forces onusiennes, ni Barkhane

Avec une seule armée pour notre  défense

Des hôpitaux de concurrence

Une éducation de référence

Une justice de compétence

Bref un Mali de tolérance

Et de bonne gouvernance

Une nation indépendante

Au sommet d’une vie émergente

Source : benbere