Malijet.co

Pour une histoire de TF, Amadou Boubacar Sidibé veut démunir 4500 chefs de familles pour ses intérêts

Installés sur les lieux, précisément à Sébenicoro « Dangan Bada Loge », ils sont au total près de 4500 chefs de familles qui s’attèlent à survivre au quotidien à travers l’exploitation et le commerce du sable au bord du fleuve. Cela, pour certains, depuis maintenant plus de 40 ans sans avoir de souci que ce soit. A  leur grande surprise,  les exploitants de cette zone de servitude, se voient imposer un bras de fer entre eux et un entrepreneur très puissant  au nom de Amadou Dicko Sidibé qui, mine de rien et pour ses intérêts personnels, veut les mettre à la rue.

Amadou Boubacar Sidibe architecte ingenieur

Cet homme se soucie peu du sort de ces milliers de riverains surtout s’ils étaient déguerpis de  ces lieux. Migrants potentiels, rallongement du nombre de jeunes chômeurs ou encore moins, voleurs par circonstances ?

vendeur sable gravier

En tous cas,  une chose est sûre, de l’enquête que nous avons menée sur le terrain, après le cri de cœur des exploitants de la servitude « Bada Loge », il nous est révélé clairement  pour des exploitants, l’évidence qu’il suit : « Ici, c’est le lieu où nous venons chercher de quoi à nourrir la famille et subvenir aux petits besoins. Cela, pas dans des conditions qui nous mettent dans tous les luxes du monde, mais souvent, dans des conditions pénibles. Voir aujourd’hui que Amadou Dicko Sidibé qui se vante la propriété du site « Dangan Bada Loge », veut nous chasser de là, franchement, cela nous a atteint dans notre chair et nous ne savons plus ce que nous allons faire si ce n’est devenir des jeunes chômeurs qui auront la dernière alternative de tenter la méditerranée contre notre gré », a déclaré un jeune exploitant qui a préféré se fier à notre micro sous anonymat.

Mieux que lui, plus loin,  Lassana Diakité est l’un des doyens des lieux, que nous avons joint sur place. Le sexagénaire meurtri par la nouvelle, laisse entendre par sa voix, une désolation inconsolable suite à cette nouvelle. Sa présence sur cet endroit remonte dans les années 1980 et il parvient avec cette tâche quotidienne à vente du sable, à gagner le prix du pain pour la famille. Il y a  37 ans de cela, du haut de ses Soixante-quatre ans, le vieux subvient aux besoins de sa famille. Comme lui, ils sont des milliers d’hommes dans cette

situation infâme. Ces  chefs de familles qui seront laissés à eux-mêmes et au mauvais sort d’une vie plus que difficile qu’ils bravent plus ou moins au quotidien.

Cependant, de cette situation qui est  plus qu’alarmante, des problématiques méritent d’être relevées : pourquoi après tant d’investissement et de réalisations sur les berges de « Bada Loge », le versatile, principal sujet à querelle, Amadou Dicko Sidibé vient réclamer le site ? Ne serait-il pas pire qu’un prédateur de chasser les pauvres exploitants qui sont sur le site ? Est-ce judicieux  pour son seul intérêt, d’hypothéquer la vie de 4500 chefs de familles ? En tous cas, selon les réponses à ces questions, il serait séant pour l’architecte, opérateur économique,  de revenir sur terre et privilégier le dialogue avec les concernés. Car ceux-ci n’entendent pas se laisser faire dans une lutte plus que soutenable et juste.

Nous y reviendrons.

SOURCE: LE DENONCIATEUR

Vous allez aimer lire ces articles

Réconciliation nationale : AHMED SANGARÉ PARCOURT 1282 KM JUSQU’À DAKAR POUR LA RÉCONCILIATION AU MALI

22 mars 1991 au Mali : Les étudiants affrontent les forces de l’ordre: cent cinquante manifestants sont tués à Bamako

Cartes NINA quatre ans après, quel constat ?

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct