Malijet.co

Pratiques de l’esclavage au Mali : Studio Tamani renforce les connaissances de ces journalistes et radios partenaires sur le traitement de la question

Studio Tamani,  avec  le soutien  financier  de  l’Ambassade du Royaume Uni au Mali, organise du 10 au 12 février 2020, à la Maison de  la Presse de Bamako, dans  le cadre  du projet « Studio Kalangou ET Studio Tamani : traitement journalistique du phénomène  de l’esclavage moderne », un atelier  de formation des journalistes  de studio Tamani et des journalistes  des radios partenaires des zones concernées par  le phénomène,  sur le thème préoccupant : « Pratique  de l’esclavage moderne au Mali : connaissances de base  sur les concepts  et cadres juridiques  relatifs  à l’esclavage moderne, la réalité  quotidienne de l’exploitation  des  enfants, l’exploitation des adultes  et les différentes réalités  des groupes socioculturels au Mali ».

L’ouverture  des travaux de cette importante session formation dont l’objectif est des sensibiliser les journalistes  de studio Tamani aux différentes formes  d’esclavage moderne au Mali et à la manière  de traiter  ces thématiques  dans le respect    des personnes  concernées, a été faite  par Me Kadidia Traoré Doucouré de la Commission  Nationale  des Droits  des Humains (CNDH), en présence  de Mme Jenny Jones, de l’Ambassade du Royaume Uni au Mali et du président  de la Fondation Hirondelle, Martin Faye. Près d’une vingtaine  de correspondants  radios partenaires  et des journalistes  de Studio Tamani  prennent part à la formation.

De manière spécifique, il s’agit  de fournir  aux journalistes  et correspondants  les connaissances  de base  leur permettant  d’avoir un esprit  critique  sur les concepts  et cadres juridiques  relatifs  à l’esclavage moderne  mais également  des informations factuelles  sur les réalités quotidiennes  de l’exploitation  des enfants, l’exploitation  des adultes  et les différentes  réalités des groupes  socioculturels présents au Mali ; mettre  en pratique  ces initiations  à travers  la réalisation  de magazine  pour  la rédaction.  « Il s’agit  à travers  cette formation de développer  une campagne  de masse chez les hommes  de médias  pour sensibiliser les Maliens  sur les questions liées à l’esclavage familial. Lancée en décembre dernier pour prendre fin en pars prochain, il s’agit durant les trois jours, de voir comment  insérer dans les programmes la question afin de diffuser  dans  les langues nationales. Autrement dit, vous permettre de mieux cerner, maitriser les concepts  pour convaincre  les populations », a déclaré Martin Faye, président  de  la Fondation Hirondelle.

Mme Jenny Jones de l’Ambassade du Royaume  Uni au Mali, d’ajouter qu’il s’agit  à travers  cette formation de lutter  contre une pratique  ancrée  au Mali et au Niger. C’est un sujet sensible, dit-elle, mais qui mérite  d’être  traité  car les questions  de droit  de l’homme  s’appliquent à tous.

Me Kadidia Traoré Doucouré,  d’indiquer  que l’organisation de cet atelier  répond à l’i préparatif  de sensibiliser les journalistes  de studio Tamani  et des ceux   des radios partenaires  de l’intérieur concernées par  la problématique  de l’esclavage  sur la question.

Hadama B. Fofana

Source: Le Républicain

Vous allez aimer lire ces articles

Covid-19 et couvre-feu au Mali : Les professionnelles du sexe livrent à domicile

’BAYA’’ OU « PERLES DE REINS » : un véritable arsenal de séduction de la femme africaine

Législatives 2020 : dans la circonscription électorale de Diéma, le taux de participation s’élève à 37,61% au 1er tour

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct