Il s’agit,  à travers ce projet, de renforcer l’offre de formation technique et professionnelle, pour faire face aux défis de la gestion  des ressources naturelles dans les régions de Mopti et Gao.

L’atelier de lancement du projet dénommé « OKP-MLI-103666 doit prendre fin aujourd’hui. Tenu du 17 au 19 de ce mois au Mémorial Modibo Keita, il a été consacré au passage en revue des activités d’une formation professionnelle dont doivent bénéficier  les Centre de formation agro-sylvo pastorale du Mali (CFASPAM), dans la région de Mopti et le Centre de formation professionnelle pour la promotion de l’agriculture au Sahel (CFP/PAS) à Gao.

Pour une durée de deux ans, le projet est financé par  le Royaume des Pays-Bas, à travers son organisation NUFFIC. C’est pourquoi, après les mots de bienvenue du directeur national du projet, Sory Samassékou, l’honneur est revenu à Gérard Banissan de prendre la parole pour évoquer les raisons ayant concouru à la mise en oeuvre du projet.

Le consortium d’exécution du projet est composé : de deux centres de formation technique et professionnelle au Mali ; de quatre institutions européennes, à savoir : Institut royal des tropiques (KIT), ICRA fondation, le centre for pour le développement des innovations de  l’université de Wageningen et la haute école de Charlemagne de la Belgique a expliqué Gérard Banissan.

Le projet vise un impact sur l’amélioration de l’offre de formation des centres de formation professionnelle des régions citées. Cela, en prenant en compte des enjeux et contraintes et des spécificités desdites régions. Celles-ci peuvent être, entre autres, : le marché du travail et l’employabilité des diplômés ; les questions du genre ; le changement climatique ; l’insécurité… a t-il souligné

Par rapport aux résultats attendus, le projet pourrait faciliter, entre autres, : l’offre de formation technique et professionnelle des CFP ; les compétences techniques et pédagogiques des enseignants ; l’accès à l’emploi des jeunes et des femmes de Mopti et Gao etc.

Le représentant de l’ambassade des Pays-Bas au Mali, Moumouni Damango, de son côté, a soutenu que le programme OKP sur le renforcement des  capacités de formation professionnelle à Mopti et à Gao entre dans la vision d’une approche intégrée de EKN. Celui-ci devrait concentrer ses efforts de coopération en cohérence avec les programmes centraux pour répondre au désarroi de l’insécurité, de la mal-gouvernance, de l’explosion démographique, du sous-emploi et des effets liés au changement climatique.

La participation effective de l’ensemble des parties prenantes, dénote de l’importance qu’elles accordent audit projet a t-il ajouté.

Quant aux défis d’utilisation efficiente et durable des ressources  naturelles, Moumouni Damango dira qu’ils relèvent de la précarité des moyens d’existence et systémiques de production, tant en terme de pratique que d’accès au marché.

L’ouverture des travaux dudit atelier de lancement, a enregistré, la présence des représentants des différents ministères concernés par la mise en œuvre de ce projet. Il s’agit du ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle et du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

Diakalia M Dembélé

Source: Le 22 Septembre