Bamako, 15 juillet (AMAP) La première activité du projet « Enfants et Médias au Mali », à travers un atelier national sur « Le journalisme sensible aux enfants et au genre », a été inaugurée, lundi, dans la salle de conférence de l’Agence malienne de presse et de publicité (AMAP).

Le ministre de la Communication, qui avait à ses côtés le Directeur général de l’AMAP, Bréhima Touré, le Représentant résident de l’UNICEF au Mali, Mme Lucia Elmi, et le Coordinateur de l’Association pour la promotion des jeunes et enfants communicateurs (APJEC) a présidé l’ouverture de cet atelier

Cette session de formation a marqué le lancement du projet « Enfants et Médias au Mali », dont la signature du protocole a été couplée à la cérémonie d’ouverture des travaux.

« Depuis un certain temps, des manquements déontologiques ont malheureusement été observés, notamment dans le traitement de sujets impliquant des enfants associés à des groupes armés et des filles victimes de violences basées sur le genre’, a déclare le Représentant résident de l’UNICEF au Mali.

Pour Mme Lucia Elmi, « il est extrêmement important pour l’UNICEF et ses partenaires du domaine de l’enfance que les médias continuent à couvrir ces sujets critiques et continuent à appuyer le plaidoyer commun pour mettre fin à ces violations des droits de l’enfant. En couvrant ces sujets, il est essentiel que le principe ‘Ne pas nuire’ s’applique en toutes circonstances, afin que les enfants victimes de ces graves violations ne courent aucun risque d’être stigmatisés ni exposés à d’éventuelles  répercussions. Il s’agit donc de s’assurer que le meilleur intérêt de l’enfant est préservé en tout temps ».

Cet atelier contribue, ainsi donc, de manière importante, à renforcer la vision d’un paysage médiatique qui reflète l’importance et l’immense potentiel des enfants au Mali, et qui le fait, en assurant la pleine protection et dignité des enfants concernés.

Tout en souhaitant la bienvenue aux participants (correspondants de l’AMAP) venus de Kayes, Koulikoro, Ségou, Sikasso, Mopti, Tombouctou et Gao, Bréhima Touré a, pour sa part, remercié le Représentant Résidant de l’UNICEF au Mali, Mme Lucia Elmi. Cela, pour sa volonté de relancer le partenariat avec l’AMAP à travers la mise en œuvre du projet : « Enfants et Médias au Mali », en collaboration avec l’APJEC. « Par ce projet, a-t-il dit, l’AMAP, l’UNICEF et l’APJEC entendent promouvoir les questions relatives aux droits des enfants en leur donnant la possibilité de s’exprimer dans les médias ».

Il a aussi assuré de la détermination de l’AMAP pour la réussite du projet « qui va sans nul doute contribuer à la promotion des droits des enfants ». M. Touré a exhorté les journalistes « à profiter pleinement de l’opportunité qui les aidera à traiter convenablement les problématiques liées aux droits des enfants dans les médias ».

Selon Mme Lucia Elmi, l’UNICEF croit fermement que les médias ont un rôle critique à jouer dans l’atteinte des résultats pour les enfants. « Notamment pour assurer leur droit à la survie et au développement, leur droit à l’hygiène et à l’eau propre, leur droit à une éducation de qualité inclusive ou encore leur droit d’être protégé contre toutes formes de violences, y compris les violences  basées sur le genre ».

« Mais ce rôle critique peut uniquement être pleinement accompli à travers un journalisme sensible aux enfants et sensible au genre : un journalisme qui donne à l’enfant toute la place qu’il mérite dans les médias du Mali et qui le fait avec sensibilité et dignité », a précisé Madame Elmi.

Pour sa part, le ministre Yaya Sangaré, a promis que son département accordera un intérêt tout particulier à la mise en œuvre de ce projet. Il a, en plus, félicité et encouragé les initiateurs tout en les appelant à sensibiliser davantage le grand public et les autorités sur la situation des Enfants dans notre pays.

« Puisse ce projet contribuer substantiellement à faire connaitre les avis, les préoccupations, les suggestions des enfants sur leur propre situation en leur donnant la parole à travers des articles de presse qu’ils rédigeront eux-mêmes, sous la supervision et l’œil vigilant des professionnels de l’AMAP », a souhaité le ministre de la Communication.

OD/MD (AMAP)