San, 21 février (AMAP) Le Secrétaire Général du Bureau Exécutif de l’Union Nationale des Travailleurs du Mali (UNTM), Yacouba Katilé,  accompagné de certains membres de son bureau,  est arrivé, mercredi à San, a constaté l’AMAP.

Yacouba Katilé a rendu une visite de courtoisie aux autorités administratives locales et aux chefferies traditionnelles avant de  tenir une rencontre à  la préfecture avec les travailleurs locaux des cercles de San et de Tominian, sous la présidence du préfet de Cercle, Amadou Dicko.

Le Secrétaire général a abordé les questions de l’augmentation de la valeur du point d’indice, de la diminution de l’impôt sur le traitement des salaires (ITS), du relèvement du salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG), de l’augmentation de  l’âge  de départ à la retraite, de la révision à la hausse de la grille indiciaire et de l’augmentation substantielle de plus de 100% du taux des allocations familiales.

Yacouba Katilé a déclaré que ces différentes revendications étaient basées sur la convention de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) ratifiées par notre pays pour corriger les inégalités et les discriminations entre les travailleurs d’un même pays titulaires du même diplôme et appartenant à la même catégorie.

Le Camarade Katilé a enfin abordé d’autres sujets notamment, la relecture des conventions collectives minières et l’extinction du dossier de l’Usine Malienne des Produits Pharmaceutiques (UMPP).

Le Secrétaire général a précisé que la convention n° 100 de 1951 de l’OIT impose l’égalité de rémunération des hommes et des femmes pour un travail de valeur égale,  une égalité entre les mains d’œuvres masculines et les mains d’œuvres féminines.

«  Il a été constaté dans la fonction publique d’État la disparité entre les grilles indiciaires surtout dans la catégorieA où les travailleurs qui ont les mêmes diplômes et qui sont engagés la même année dans les mêmes services d’État et certains ont une grille salariale fixée à 920 et admis à la retraite à seulement 62 ans, et d’autres, ont une grille salariale  plafonnée à 1200 et vont à la retraite à 65 ans parce qu’ayant un statut dit particulier, avec la seule volonté de l’État et sans aucun support juridique universel. L’injustice avérée et intolérable est qu’ils sont sortis des mêmes écoles  et ont fait les mêmes filières de formation », a souligné Katilé.

Les participants ont posé des questions sur  l’uniformisation des grilles salariales des travailleurs conformément à leurs catégories, les rapports  entre l’union nationale des travailleurs et la synergie des Syndicats de l’Éducation Signataires du 15 Octobre 2016 et à la situation des enseignants des écoles communautaires qui ne sont pas toujours intégrés dans la fonction publique des collectivités territoriales.

La délégation du Bureau Exécutif de l’UNTM a donné des éclaircissements avant  d’inviter la Synergie et les enseignants communautaires à rejoindre la grande famille, l’UNTM.

Le secrétaire général de l’union locale des travailleurs de San,  Soussoro Aly Traoré, il a profité de cette rencontre pour présenter au Bureau Exécutif de l’UNTM le rapport moral de son organisation.

NC/KM (AMAP)