Ségou : La fermeture de la COMATEX -SA

Une vive émotion, une grande tristesse s’est abattue sur la ville de Ségou suite à l’arrêt ou du moins la fermeture de la COMATEX SA. Cet arrêt vient après la mise en chômage technique depuis le mois d’Août 2020. Donc, depuis cette date jusqu’à ce jour, les ouvriers et leurs familles vivent dans la galère parce que les salaires ne sont plus payés. La mise en chômage technique qui découle des difficultés économiques financières n’a pas permis aux différents actionnaires de trouver une solution fiable pour la sortie de crise jusqu’à la date de son expiration le 31 janvier 2021.

Conséquemment à cet échec, le Directeur Général de la COMATEX – SA a adressé aux syndicats à savoir l’Union Nationale des Travailleurs du Mali « UNTM » et la confédération Syndicale des Travailleurs du Mali  « CSTM » de la société une lettre d’information pour leur notifier, leur faire part le récépissé de cessation de paiement. En clair donc, il faut comprendre que la COMATEX- SA est fermée. A la suite de cette information, c’est un froid glacial qui s’est emparé de la ville des balanzans. Tout le monde est désemparé. Derrière les 1500 travailleurs de la COMATEX-SA, ce sont leurs  familles, époux et enfants, proches et alliés  qu’il faut considérer aussi .Le marché du château  où les femmes  de ces travailleurs se rendent tous les matins pour leurs achats se désempli terriblement. Même si les prêts alloués aux travailleurs domiciliés dans les banques sont assurés, il n’en demeure pas moins que ces établissements financiers eux aussi pâtissent de cette fermeture qui s’éternise et les met à mal. C’est triste de voir la COMATEX-SA fermée car elle faisait la fierté des ségoviens et partant de tous les maliens car les ouvriers de la COMATEX-SA, c’est tout le Mali. Mais au juste, qui sont ceux qui sont responsables de cette situation ? Est-ce due  à la  mauvaise gestion,  aux charges trop élevées de la société ? Dans tous les cas, il faut situer les responsabilités parce que cela ne devait pas du tout arriver. Les ouvriers ne savent plus à quel saint se vouer. L’espoir était placé dans le déplacement du Ministre de l’Industrie, du commerce et de la promotion des investissements monsieur Arouna Niang ici à Ségou. Hélas, la montagne a accouché d’une souris parce que ce ministre-là n’a rien dit qui puisse apaiser les travailleurs. En attendant le salut qui vient d’en haut, tout est au rouge pour les ouvriers. Sept mois sans salaire, inimaginable dans le Mali d’aujourd’hui. Certaines catégories de travailleurs du Mali ne diront pas le contraire, eux qui faisaient trois mois sans salaire sous le régime de  feu Moussa TRAORE. Nous en sommes maintenant à plus du double et l’horizon est toujours assombri.

Que Dieu ait pitié de la COMATEX -SA et assiste tous les ouvriers perdus dans le désespoir.

Abdoulaye Yérélé

Source: Ségou Tuyè

Vous allez aimer lire ces articles

Ramadan 2021 : les Maliens entre canicule et cherté de la vie

1ère édition du forum d’intelligence économique et de la prospective au Mali : L’institutionnalisation de l’intelligence économique au Mali en objectif

Pour ses efforts dans la lutte contre le trafic de drogue en commune II : Sadio en charge du 3ème arrondissement primé “Meilleur Commissaire de police du Mali 2020”

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct