La plupart des banques ont observé, jeudi dernier, un sit-in, devant le siège de leur établissement, à la mémoire du défunt Directeur général adjoint de la BNDA à Gao, Aly Sissoko. Devant la BICIM, on lisait sur les pancartes, à l’effigie de leur confrère : « Dors en paix, camarade Aly Sissoko ; le SYNABEF et la FENPECAB  condamnent cet acte ignoble et demandent que la lumière soit faite. » A l’occasion, nous avons interrogé Hamzata Ag Hamid, le secrétaire général du Syndicat de la BICIM.

 

Hamzata Ag Hamid, secrétaire général du Syndicat de la BICIM, SYNABEF
L’objet du sit-in, c’est par rapport à l’assassinat de notre collègue, le Directeur adjoint de la BNDA, à Gao, qui a été tué lâchement par des forces inconnues, obscurantistes, donc aujourd’hui, après cette triste nouvelle, nous avons décidé d’entamer certaines actions pour pouvoir alerter les autorités et nos  patrons pour qu’on puisse sécuriser, au maximum, nos collègues qui sont amenés à travailler dans  ces zones d’insécurité. Nous devons forcément être là-bas pour servir les populations et les travailleurs, par rapport à leurs salaires, par rapport  aux activités économiques qui sont dans ces zones. Sans nous, sur ces sites, les salariés n’auront plus leurs salaires, ou ils les auront en retard, ce qui montre l’importance de ces banques et établissements financiers, qui sont restés ouverts, malgré l’insécurité, notamment au centre et au nord.

B.D.

Canard dechaine