TOMINIAN ET BANKASS : les communautés s’engagent pour la paix

Après huit (8) mois de médiation du Centre pour le Dialogue Humanitaire, les représentants des communautés peulhs, Daffing et dogon des cercles de Bankass et de Tominian dans le centre du Mali, viennent de se donner la main.

L’approche porte le sceau des leaders religieux chrétiens, afin de ramener la stabilité et la cohésion sociale entre les différentes populations durement éprouvées par la crise. Les communautés qui s’entretuaient hier, se pardonnent aujourd’hui. Ce qui augure un message fort d’espoir et surtout de volonté pour les populations de cheminer ensemble pour la stabilisation des régions. Pour Seydou Traoré, Préfet de Tominian, les objectifs de cette initiative qui a abouti à un accord, ont été largement atteints dans la mesure où la démarche a été marquée par une forte implication des populations.

Le Rapporteur de la médiation, l’Abbé Paulin Dembélé, a déclaré que par cet accord, les communautés s’engagent entre autres, désormais à faciliter l’accès de la population aux foires hebdomadaires, aux centres de santé et aux écoles de la zone. Elles s’engagent aussi à accompagner le retour des déplacés de toutes les communautés et assurer leur sécurité au besoin.

Autre fait notable de ce processus, il s’agit de l’engagement des parties, à œuvrer désormais pour la non-prolifération des armes dans les villages et villes, de s’opposer aux vols de bétail et faciliter les recherches des biens et animaux volés afin qu’ils soient restitués à leur propriétaire. Aussi, se sont-elles engagées, à faciliter la libre exploitation des ressources naturelles et foncières par toutes les communautés, œuvrées pour le développement socioéconomique des communes en facilitant le retour progressif des services publics et la circulation des ONG

Pour un suivi rigoureux de ces engagements, un comité de suivi a été convenu et opérationnalisé

Afin d’encourager le processus. Ce comité veillera à l’application correcte du contenu de l’accord pour la paix et la cohésion sociale dans les zones. « Nous, en tant que leaders communautaires, nous avons le devoir d’accompagner ce processus en veillant à ce que les engagements soient respectés de part et d’autres », a indiqué Idrissa Sankaré, porte-parole de la communauté peule.

Quant à Baba Dieudonné Kamaté, porte-parole de la communauté Bwa, il a souligné que les discussions fraternelles et sociales ont permis de traiter les goulots d’étranglement de cette crise qui ne cessent de rendre la vie difficile voire impossible aux populations locales.

Andiè A. DARA

Source: Bamakonews

Vous allez aimer lire ces articles

Excision: Djoba, une vie brisée par un coup de lame

Communiqué du ministère du travail, de la fonction publique et du dialogue social: Les journées du mardi 19 octobre et lundi 25 octobre 2021 ( Fête du Maouloud) sont chômées et payées sur toute l’étendue du territoire national

Mali : Orange innove avec deux nouveaux services

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct