À l’aube de la nouvelle année, le Président de la République avait appelé à l’observation d’une trêve sociale, une grande partie des ressources nationales étant absorbée par l’investissement dans la guerre contre le terrorisme. Alors que la mise en place d’un cadre formel d’échanges entre le gouvernement et les partenaires sociaux tarde à se concrétiser, les revendications vont grandissant. La trêve est donc pour l’heure encore lointaine.

 

« Je ne saurais terminer cette adresse sans une fois de plus en appeler à l’esprit civique, toutes et tous, quant à l’impérieuse nécessité d’une trêve sociale. Garant du bien-être individuel et collectif de nos concitoyens, je ne suis pas en train, ce faisant, de mettre en cause la légitimité ni la légalité des revendications matérielles, car aucune misère n’est acceptable, ni matérielle, ni morale, ni spirituelle », disait le Président Ibrahim Boubacar Keita, le 31 décembre dernier.

« Je sais que le Dialogue national inclusif a débattu de la question de la trêve sociale. Mais je vous soumets de nouveau la demande. Je vous la soumets en toute déférence, mais je vous la soumets avec insistance. Une conférence sociale est nécessaire ? Alors, allons-y ! Faut-il s’entendre sur un nouveau pacte de croissance et de solidarité, revu à la lumière de la nouvelle donne qui conditionne la survie du Mali ? Alors, allons-y ! », avait-il ajouté.

Malgré cet appel pressant aux différentes centrales syndicales et syndicats autonomes, le front social ne s’est pas pour autant apaisé. Les revendications touchent de plus en plus de secteurs. Éducation, santé, finances, administration publique, transports, sécurité intérieure, les annonces et mouvements de grève se multiplient.

Grèves incessantes

Réclamant depuis plusieurs mois l’application de l’article 39 de la Loi N°2018-007 du 16 janvier 2018 portant statut du personnel enseignant de l’enseignement secondaire, fondamental et de l’éducation préscolaire et spéciale, les syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016 (SYPESCO, SYNEB, SYNEFCT, SYNESEC, SYLDEF, FENAREC, COSES, SNEC) ont de nouveau entamé un débrayage de 20 jours, soit 480 heures, du lundi 17 au vendredi 21 février 2020, du lundi 24 au vendredi 28 février 2020, du lundi 2 au vendredi 6 mars 2020 et du lundi 9 au vendredi 13 mars 2020.

« Aujourd’hui, nous demandons l’application d’une loi. Cela n’a rien à avoir avec une quelconque trêve sociale. Cet appel du Président ne nous concerne pas. Nous ne sommes pas en revendication, nous demandons simplement l’application d’une loi », déclare Adama Fomba, porte-parole de ces syndicats.

Les travailleurs des collectivités territoriales menacent également de se faire entendre par une grève de 5 jours, à partir du 24 février prochain, si leurs doléances ne sont pas satisfaites. Et, dans un préavis en date du 6 février 2020, le Syndicat national des travailleurs des collectivités territoriales du cadre de l’administration générale (SYNTRACT) exige l’amélioration des conditions de vie et de travail des agents, évoquant 13 mois d’arriérés de salaires à la date du 31 janvier 2020.

De leur côté, les agents financiers de l’État, regroupés dans la Coordination des comités syndicaux des DAF, des DRH, des CPS et des DFM de la Primature et des départements ministériels, sont aussi mécontents et envisagent d’observer 19 jours de grèves, du lundi 2 mars 2020 à 7h30 au vendredi 20 mars à 18h, pour la non relecture des décrets N°2018-0451/P-RM du 5 juillet 2018 et N°2018-0653/P-RM du 8 août 2018,  dont ils réclament l’élargissement en intégralité à leurs corps.

Et suite aux échecs des négociations avec le gouvernement, le Syndicat national des chauffeurs et conducteurs routiers du Mali (SYNACOR) a également maintenu son mot d’ordre de grève de 72h, du 19 au 22 février, sur toute l’étendue du territoire, réclamant entre autres le respect de l’arrêté N°006/M6-DB portant régularisation de la circulation et du stationnement des gros porteurs dans le District de Bamako, la protection des personnes et de leurs biens par l’aménagement de parkings de stationnement des gros porteurs aux frontières du Mali et la création de conditions d’accessibilité des chauffeurs aux logements sociaux.

Des préalables fondamentaux

Si la demande de trêve du Président de la République ne semble pas pour l’heure freiner les syndicats et créer des conditions d’apaisement du climat social, cela est dû à plusieurs facteurs.

« Je pense qu’il y a un préalable à remplir. C’est d’appeler les partenaires pour que chacun étale ses préoccupations. En fonction des échanges, on pourra aboutir à une trêve ou non. Mais il est fondamental que cette première rencontre ait lieu », dit Hamadoun Amion Guindo, Secrétaire général de la Confédération syndicale des travailleurs du Mali (CSTM).

« Il ne s’agit pas d’accepter ou de rejeter la demande du Président de la République. Il faut un cadre formel d’échanges. On n’annonce pas une trêve sur une antenne sachant qu’il y a beaucoup de demandes sur la table du gouvernement non satisfaites.  L’approche choisie n’est pas la meilleure », ajoute-t-il.

À l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM), dans un communiqué daté du 6 janvier 2020, la centrale s’est dite disposée à observer une trêve pour permettre à l’État de faire face aux exigences de mise en condition des forces de défense nationale, dans l’intérêt suprême du peuple malien. Mais elle n’a pas manqué de poser certaines conditions.

« Accepter une telle trêve suppose évidemment une trêve aussi dans la violation des droits et des libertés reconnus aux citoyens, dont la liberté syndicale, le droit à un emploi, à une vie matérielle et morale décentes. Elle signifie aussi une trêve au train de vie ostentatoire de l’État, d’une catégorie de citoyens, et non l’acceptation vile des injustices sociales, des inégalités et discriminations ».

À en croire Karimou Diarra dit Togola, 1er adjoint au Secrétaire général de l’UNTM, si les mouvements continuent, cela s’explique par deux faits principaux. « D’abord, la trêve ne veut pas dire un arrêt total des activités syndicales et la renonciation totale à l’ensemble des acquis. Ensuite, bien souvent l’État ne respecte pas certains de ses engagements. Il y a des acquis qui ne nécessitent pas forcément des décaissements financiers, mais qui ne sont pas respectés ».

Une pacification durable ?

« La demande du Président de la République est un appui de taille à un programme de travail du département. Il s’agit de la Stratégie de pacification durable du climat social. L’exécution de cette stratégie, qui se fait de concert avec les partenaires sociaux, a déjà commencé », assure Oumar Hamadoun Dicko, ministre du Dialogue social, du travail et de la fonction publique.

Selon lui, après la non tenue du Dialogue social en 2018 et de la Conférence sociale en janvier 2019, qui a également avorté à cause du calendrier du gouvernement, notamment la tenue du référendum, et du fait qu’il fallait avoir l’adhésion de toutes les parties prenantes, les préparatifs pour la tenue de cette conférence ont à nouveau repris, mais cette fois-ci dans un cadre plus global.

« Une trêve ne se décrète pas, elle se négocie. Elle passe par un processus qui peut prendre du temps »,  conclut le ministre Dicko.

 

Quelques dates et Chiffres 

 

31 décembre 2019 : Proposition de trêve sociale faite par le Président IBK

6 janvier 2020 : Communiqué de l’UNTM acceptant la proposition de trêve, mais sous certaines conditions

20 : Nombre de jours de grève annoncé par les syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016

: Nombre de jours de grève annoncés par le SYNTRACT

3 : Nombre de jours de grève annoncés par le SYNACOR

19 : Nombre de jours de grève annoncés par la Coordination des comités syndicaux de la DAF, des DRH, des CPS et des DFM de la Primature et des départements ministériels

24% : Pourcentage du budget national consacré à l’investissement dans la guerre

Germain KENOUVI

Journal du mali