Triste sort pour un jouisseur au sommet de sa gloire : Les Maliens sortent des griffes du bourreau de Sébénikoro

Celui qui, alors Premier ministre, a fait molester des fidèles dans la mosquée, pour récidiver par des tueries en sa qualité de Président de la République, celui qui a fait de son logement un Palais en édification interminable au gré de ses rêves mondains, l’arrogant et l’insouciant sultan est tombé du ciel pour s’écraser dans les ténèbres d’un puits aussi profond que traumatisant. Tous les jours appartiennent au voleur, mais un jour revient au propriétaire. Dieu a fait résonner la vérité (Allah yé tignè dèmè) entre les oreilles du cruel pharaon qui était sourd aux appels du pied de ses souverains. Gloire à Dieu !

 

Eh oui, le soleil s’est levé là où nous avions pointé le doigt. En 2013, nous avions alerté l’opinion publique sur dix raisons pour lesquelles il ne faudrait pas élire IBK. Des électeurs ont cru bon de faire le contraire, nous avons récolté ce qu’ils ont semé : un Mali sens dessus-dessous contrairement à un Mali libéré pour l’honneur du Mali et le bonheur des Maliens. Au constat général, si IBK mourait juste après avoir prêté serment, beaucoup de Maliens allaient faire de sa tombe un lieu de culte, tant il était adulé en 2013. Sur du faux. Le soulard deviendrait le regretté à vénérer, tant ce menteur a dribblé les naïfs. Ainsi, militaires et civils, particulièrement les prêcheurs et les imams, ont-ils tout mis en œuvre pour son élection : l’achat de conscience, la propagande, le mensonge, la fraude massive… Les uns ont plus tard avoué publiquement leur forfait, d’autres ont tout fait pour le destituer afin de soulager le peuple meurtri par leur faute. Finalement, le bateau ivre qui emportait les Maliens est arrivé à bon port. De « Boua ta bila », nous sommes à « Bou ya fili ». Alléluia !

Quid des dix raisons pour lesquelles il ne fallait pas élire IBK ?

– IBK est un fainéant.

– IBK ne connaissait pas le Mali profond.

– Alpha, qui le connait bien, avait averti qu’il ne peut pas diriger le Mali.

– Félix Houphouët Boigny avait refusé de l’accréditer comme Ambassadeur du Mali en Côte d’Ivoire car il a mis son amitié avec Laurent Gbagbo au-dessus de sa mission pour le Mali.

– IBK fut « le conseiller qui dérange à Koulouba » selon un article de presse qui expliquait qu’il piétinait les règles protocolaires de sécurité au stade omnisports Modibo Kéita.

– Alpha a été obligé de tenir les conseils de ministres à 10 h et non à 9 h car IBK ne se réveille pas vite.

– IBK a enfermé les opposants dont le vieux Almamy Sylla et l’auteur de l’Hymne national du Mali Seydou Badian Kouyaté suite à un meeting où le policier a été tabassé et a rendu plus tard la vie dans des conditions encore non élucidées. Ce dernier avait marché devant le public du palais de la culture où se tenait le meeting, pour rentrer dans le véhicule qui l’a transporté au Commissariat du 4ème Arrondissement pour y passer un temps fou au lieu d’être évacué directement à l’hôpital.

– IBK a emprisonné à la Maison Centrale d’Arrêt de Bamako-coura les leaders de l’Association des Elèves et Etudiants du Mali (AEEM) membres du bureau de Zarawana, pour fait de grève, pour soutenir parallèlement un bureau fantoche conformément à sa politique de diviser pour régner, conduisant l’école à une année blanche, et les étudiants aux pratiques de vandalisme et autres scènes de violence. Nouhoum Togo fait partie de ce bureau, Thierno Hass Diallo fait partie de l’une des équipes montées par IBK pour détruire l’AEEM. Suivez notre regard. C’est pourquoi nous ne sommes pas surpris que peuls et dogons s’entredéchirent et que IBK aillent plutôt pleurer sur les morts de pays étrangers. Tout le monde l’a vu marcher pour Charly en France alors qu’il n’a rien dit ni rien fait pour le journaliste malien Bréma Touré disparu depuis plusieurs années déjà.

– IBK a fait tabasser par les ninjas les fidèles pour avoir prié le lendemain de la date retenue par le gouvernement.

– IBK est un jouisseur, il organisait des soirées festives chez lui où le joueur de cora recevait son billet aller et retour USA – Bamako – USA. Alors les billets de banques coulaient à flot.

Ce fainéant à la conscience pervertie ne méritait pas de diriger le Mali. Et nous avions dit que cet illustre destructeur de nos acquis est plutôt le descendant de Dankaratouman et non de Soundiata. Ce qu’il hériterait de Soundiata, c’est 7 ans d’immobilité.

Il ne nous reste qu’à solliciter la clémence du public et des autorités afin que cet ancien président bénéficie du traitement digne de tout homme. Pas de maltraitance, pas de méchanceté, pas de vengeance, mais pas non plus d’impunité. Qu’il réponde de ses actes, avec le maximum de respect qu’il mérite selon son âge et son rang, mais sans complaisance. Afin que plus jamais un président ne se méprenne du peuple, et qu’en même temps notre pays donne une bonne leçon de droiture et de sagesse. Nous devons privilégier la voie de la réconciliation par la justice pour la paix.

Mamadou DABO

Zénith Balé

Vous allez aimer lire ces articles

URGENT : Bakôrè Sylla , le richissime malien est decédé

Jonction syndicale: l’UNTM décide d’intégrer les revendications des Administrateurs civils

Soutien à la transition: Issa Kaou Djim lance Faso Wélé

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct