Malijet.co

Une forte mobilisation ce matin à Bamako contre la Révision Constitutionnelle

Des milliers de personnes ont marché contre la révision constitutionnelle ce matin à Bamako. Les marcheurs étaient tous vêtus en rouges, noirs et blancs. Une initiative de la plate forme « An tè, A bana, An tè son, Touches pas à ma constitution ». La marche débuté à la place de la liberté et pris fin à la Bourse du Travail.

marche manifestation foule contre referendum constitutionnelle

Un impressionnant dispositif de sécurité composé essentiellement des éléments de la police, de la gendarmerie et de la garde nationale encadrait la marche. Les marcheurs scandaient des slogans comme « Non à la révision constitutionnelle », « Touche pas à ma Constitution », « Pas de référendum le 9 juillet ».

L’opposition fait  parti du front du Non  à la révision constitutionnelle. Selon le chef de file de l’opposition, la marche de ce matin est une série de manifestations qui continuera jusqu’à ce que le Président de la république retire le projet de constitution.
Soumaïla Cissé, président de l’URD et chef de file de l’opposition

La confédération Syndicale des Travailleurs est la première centrale syndicale à rejoindre la plateforme « An tè, A bana, An tè son, Touches pas à ma constitution». Pour son secrétaire général, « le droit syndical ne peut s’exercer dans un État où la constitution est violée ».

Hamadoun Amion Guindo

Depuis son adoption par l’Assemblée nationale, le projet de révision constitutionnelle rencontre une résistance au Mali. Les antirévisionnistes, sont convaincus que le projet va conférer des pouvoirs exorbitants et monarchiques au Président de la République.
Le 8 juin dernier, une  marche du « Mouvement Trop c’est trop » a été violemment, empêchée par les forces de l’ordre. Des centaines de manifestants ont été contraints par la Police à élire domicile dans la cour de la Bourse du Travail.

 

Source: studiotamani

Vous allez aimer lire ces articles

Affaire HUICOMA : Un obstacle pour la réélection du président IBK

Hôpital Gabriel Touré, ce royaume des croque-morts : Les brancardiers exigent 2000 F CFA avant d’emmener un mort à la morgue

Fermeture de la Radio Kayira de Koutiala : Oumar Mariko tire la sonnette d’alarme

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct