Malijet.co

Vie de couple: Pour le meilleur et non le pire !

Le mariage étant considéré comme sacré dans notre société, devient de plus en plus fragile. Des mariages se célèbrent, mais en réalité, nombreux  sont ceux  qui se marient pour le meilleur et non pour le pire.

Dans nos constats de tous les jours,  nous voyons des mariages se briser à cause de la pauvreté, la maladie ou les deux.  La notion de mariage n’a pourtant pas changé, mais le contexte actuel diffère d’avant. Lors de notre micro trottoir, nous avons recensé des avis différents à ce sujet.

De nos jours, des femmes aussi bien que des hommes ne sont pas prêts à vivre le pire avec leur compagne.  Selon Diatou DIAWARA, la principale cause est due à la pauvreté. “Lorsqu’un homme riche épouse une femme, qui, elle est matérialiste, forcément le jour où il sera pauvre, elle partira.  Les mariages de maintenant ne sont que par intérêt, si le mari n’a plus rien le mariage n’existera plus. ”

À cela Setou ajoute que “les filles de maintenant veulent vivre dans le luxe, et ça sera difficile de trouver celles qui veulent épouser un homme pauvre à sa juste valeur. Si vous voyez des mariages se briser alors qu’il n’y a rien d’anormal, ce qui sous-entend que la pauvreté a gagné du terrain, et que ces femmes ne se sentent plus dans le confort auquel elles sont habituées. ”

En effet, les femmes ne sont pas les seules à blâmer dans cette histoire.  Les témoignages ont révélé des zones d’ombres.

Karim KOITE, nous confie que son ami a abandonné sa femme, suite à un accident dans lequel, elle a perdu l’usage de ses jambes.  Devenue pour lui un poids,  ce dernier a joué toutes ses cartes afin de se débarrasser de sa femme avec qui il a fait 10 ans de mariage.

Aussi l’avis de Siaka CAMARA nous révèle que le mariage de certains n’est basé que sur la procréation. Deux de ses connaissances ont rompu avec leurs femmes pour motive qu’elles ne procréent pas. Ne voulant pas attendre encore des années,  ils ont décidé de s’en débarrasser au profit d’autres femmes.

Pour finir, nous vous livrons le témoignage d’Aguibou, qui a tout perdu en quelques mois, y compris ses femmes et ses enfants. Devenu riche à l’âge de 37 ans,  Aguibou avait deux femmes et était père de 7 enfants. Au fur des ans, il devenait de plus en plus  fortuné. Malheureusement, il a eu une maladie laissant penser qu’il allait y succomber. La pauvreté s’installait, il n’était plus en mesure de prendre en charge les besoins de la famille.  Sa première femme le quitta puis la deuxième avec ses enfants. Il se retrouve ainsi sans famille.

Finalement on pourrait penser que le mariage n’est fait que pour le meilleur et que quand le pire arrive nul besoin de rester.

 

AFANOU KADIA DOUMBIA stagiaire

Vous allez aimer lire ces articles

Association DAAD-Alumni- Mali : La coopération Germano-Malienne renforcée

Réseau international des femmes leaders Rifel’s Mali : Mme Dramé Mariam Diallo investie présidente

ANPE, courant 2020 : Transformer les bonnes intentions en bonnes actions

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct