FIFA : procédure pénale ouverte contre le président Gianni Infantino et le procureur suisse Michael Lauber

Un procureur extraordinaire ouvre une enquête en raison des rencontres informelles, en 2016 et en 2017, entre M. Infantino et le procureur suisse Michael Lauber.

En 2016, lors de son élection à la présidence de la Fédération internationale de football (FIFA), Gianni Infantino avait promis de restaurer la « réputation » de l’instance, alors minée par une longue suite de scandales de corruption. Quatre ans après son intronisation, le président de l’organisation fait l’objet d’une procédure pénale, comme son prédécesseur Sepp Blatter (1998-2015).

Jeudi 30 juillet, le procureur fédéral extraordinaire suisse, Stefan Keller, a décidé d’ouvrir une procédure pénale contre le patron suisso-italien du football mondial, visé par plusieurs plaintes pénales en raison de ses rencontres secrètes, en 2016 et en 2017, avec le procureur général suisse Michael Lauber.

Chargé des enquêtes pénales en lien avec la FIFA de 2015 à 2019, démissionnaire le 24 juillet, M. Lauber est lui aussi visé par une enquête pénale puisque M. Keller a demandé « aux commissions parlementaires compétentes d’autoriser l’ouverture d’une procédure pénale à son encontre ». En mars, M. Lauber avait été reconnu coupable d’avoir violé plusieurs devoirs de fonction par l’Autorité de surveillance du parquet suisse (AS-MPC).

« Eléments constitutifs d’un comportement répréhensible »

Intermédiaire lors de plusieurs rencontres entre M. Infantino et M. Lauber, un ami du président de la FIFA, le premier procureur du Haut-Valais, Rinaldo Arnold, est lui aussi visé par une procédure pénale. « Les infractions concernées sont l’abus d’autorité, la violation du secret de fonction, l’entrave à l’action pénale et l’instigation à ces infractions. D’autres infractions et ouvertures de procédure demeurent réservées », annonce dans un communiqué l’AS-MPC.

Après avoir examiné les quatre plaintes visant MM. Lauber, Infantino et Arnold, Stefan Keller, nommé le 3 juillet comme procureur extraordinaire par l’AS-MPC, « conclut qu’il existe des éléments constitutifs d’un comportement répréhensible en rapport avec la rencontre entre le procureur général Michael Lauber, le président de la FIFA et le premier procureur du Haut-Valais ».

 

Source: lemonde

Vous allez aimer lire ces articles

Sports équestres : Trois étalons pur-sang et la tribune du champ hippique rénovée par le PMU-Mali

Fonds COVID-19 : 184 millions aux clubs de Ligue 1

Que sont-ils devenus… Dramane Danté : Les beaux jours de l’arbitrage malien dans l’arène internationale

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct