Malijet.co

Réal de Bamako : YELATO SILUé AUX COMMANDES

L’Ivoirien Yelato Silué est le nouvel entraîneur du Réal. Il a signé un contrat d’une année renouvelable et  remplace ainsi  Moussa Keïta « Dougoutigui » sur le banc des Scorpions. Après une saison avec l’Eléphant de Coléah, en première division guinéenne, Yelato Silué quitte la Guinée pour rejoindre le Mali.  Le technicien ivoirien a paraphé un contrat d’un an renouvelable avec l’équipe de Djicoroni-Para. Courtisé par plusieurs clubs de la Côte d’Ivoire, de la Guinée et bien sûr du Mali, notamment l’AS Bakaridjan, il n’a pas hésité à s’engager avec le Réal. « C’est vrai, j’avais des contacts un peu partout que ça soit au pays même, en Guinée où j’étais en poste.

Mais j’ai choisi le Réal, tout simplement parce qu’on m’a présenté un projet qui était hyper intéressant, qui avait aussi son accompagnement intéressant. Je n’ai donc pas hésité », indique le technicien ivoirien qui dit suivre de près le football malien.  « J’ai connu le football malien depuis un certain nombre d’années au niveau des jeunes. C’est un football qui m’a épaté. Je me suis dit qu’il y avait la matière à travailler », ajoute l’ancien entraîneur du Sporting de Gagnoa (Côte d’Ivoire) et de Gomido FC (Togo).

La saison dernière, Silué a fini à la 7è place du classement en ligue 1 guinéenne avec son club qui venait de découvrir l’élite. Au Réal, il aura la lourde tâche de redresser la barre. Le dernier titre des Scorpions remonte à 2010. Ils ont remporté la 50è édition de Dame coupe devant le CSK (1-0). Cette année, le Réal a été éliminé en huitième de finale de la Coupe du Mali par le CSD.  « Les ambitions de l’entraîneur ne peuvent pas être autres que celles du comité directeur. J’arrive au Réal. Je connais l’histoire du Réal. J’ai vu en 1966 cette équipe du Réal jouer avec  Salif Keïta, les frères Fanta Mady même si j’étais jeune », confie Yelato Silué ;

Il poursuit : «  J’arrive à la tête de cette équipe qui est en train de vouloir revenir à ses listes manquantes, cette équipe qui a fait rêver le peuple malien, le continent également. Donc, je m’inscris dans ce projet. On me demande de rester avec le quatuor de devant, il faut pouvoir les titiller, je pense qu’avec ce que je commence à avoir là, on a la capacité, on a la possibilité et les moyens vont suivent pour atteindre l’objectif », indique l’Ivoirien, très optimiste pour la saison.

Yelato Silué a entraîné plusieurs clubs dans son pays. « En dehors de l’ASEC et de l’Africa, il n’y a pas un club en première division de Côte d’Ivoire que je n’ai pas entraîné avec divers résultats », dit-il. « Le résultat, le plus éloquent, c’était en 1999 où j’ai joué et perdu la finale de la coupe nationale avec l’équipe de San Pedro contre l’ASEC, composée majoritairement des Académiciens de Jean-Marc Guillou. C’était très rare, dans cette équipe, de voir une équipe de l’intérieur jouer la finale de la coupe nationale », renchérit Yatelo Silué.

« Après la Côte d’Ivoire, mon premier séjour en dehors a été le Niger où j’ai pris la plus grosse écurie du Niger, la Jeunesse sportive du Ténéré. J’ai dirigé cette équipe pendant une saison en 2002. Je garde quand même un bon souvenir de ce pays. Je me rappelle que lors de la troisième journée, mon club a fait 9-0 à la première mi-temps. L’équipe adverse a refusé de jouer la deuxième période et a préféré payer l’amende de 300.000 Fcfa », se rappelle Yelato Silué. Il a dirigé plusieurs clubs du continent, notamment, l’Union sportive de Ouagadougou (Burkina Faso), le CD Ela Nguema (Guinée Équatoriale).

Boubacar THIERO

L’Essor

Vous allez aimer lire ces articles

Eliminatoires CAN 2019 : L’entraîneur convoque 25 joueurs pour deux matchs décisifs

Eliminatoires de la CAN 2019 : Trois aigles manquent à l’appel

Afrique : Le Sénégal, premier pays à organiser les Jeux olympiques de la jeunesse

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct