Malijet.co

Un imam en République de Guinée suspendu à cause de sa langue (vidéo)

Les autorités religieuses de la ville de Kankan, en République de Guinée, ont sanctionné un imam pour avoir dirigé une prière dans une langue autre que l’arabe, suite à la diffusion d’une vidéo sur les réseaux sociaux. L’imam a affirmé ne rien regretter, considérant que «Dieu comprend toutes les langues».

Un imam de la ville de Kankan, dans l’est de la République de Guinée, a été sanctionné par la ligue islamique régionale pour avoir dirigé durant le ramadan une prière surérogatoire dans la langue locale, le malinké, au lieu de la langue arabe. Une vidéo de la prière en question a été largement diffusée sur les réseaux sociaux.

​Dans un communiqué, la ligue islamique régionale de Guinée annonce que l’imam Nanfo Ismaël Diaby «est suspendu de toutes ses activités religieuses». «L’intéressé ne doit faire ni des prières, ni de prêches, ni d’interprétation du saint Coran dans aucune mosquée de la région administrative et des lieux de cérémonies religieuses de Kankan, jusqu’à nouvel ordre», précise la note.

​Dans un entretien accordé au site Africaguinee.com, M.Diaby affirme avoir commencé à prier dans la langue malinké depuis plusieurs décennies, précisant qu’il continuera à le faire malgré la sanction prise contre lui.

«J’ai commencé la prière en malinké depuis 1997. J’enseigne le N’ko [malinké, ndlr] et j’ai prié avec mes apprenants et amis. C’est donc certains d’entre eux qui m’ont proposé de prier le Laylat al-Qadr [la Nuit du destin correspondant à la 26e nuit du ramadan, ndlr] en N’ko», a-t-il détaillé. «Lors de la prière, quelqu’un est venu filmer et il a partagé sur Facebook pour faire la promotion de cette pratique», a-t-il fait savoir, soulignant n’avoir aucun regret car «Dieu comprend toutes les langues» a-t-il lancé.
Selon des statistiques publiées en 2010 par le Pew Research Center, il y a 1,6 milliards de musulmans sur Terre, présents dans 49 pays, dont environ 322 millions dans les pays arabes, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.Dans la religion musulmane, les prières — notamment celles obligatoires — sont faites dans la langue arabe. Ceci est dû au fait que les docteurs en jurisprudence considèrent que les versions traduites du Coran, révélé en arabe au Prophète de l’Islam, ne peuvent être considérées comme la parole de Dieu. Cependant, rien dans le livre sacré n’interdit la prière dans une autre langue que l’arabe.
Source: sputniknews

Vous allez aimer lire ces articles

Kati Farada : Le Commissariat du 2ème Arrondissement de Kati démantèle un réseau de malfrats et trafiquants de drogue

Nigeria: un “brouteur” serait devenu fou après avoir refusé de livrer sa mère pour un rituel (vidéo)

Pédophilie. Un chirurgien soupçonné de multiples viols et agressions, notamment en Bretagne

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct