Aboubacar Sidiki Diakite «Toumba» : L’homme fort du procès du siècle en Guinée

Les Guinéens en particulier, et les Africains en général, ont les yeux rivés sur le procès des massacres de 2009 à Conakry. Ils sont suspendus aux lèvres d’un protagoniste, en la personne d’Aboubacar Sidiki Diakité dit Toumba, véridique à leurs yeux. Est-il pour autant sorti d’affaire ? Mystère et boule de gomme !

Nul ne peut prédire l’issue du procès des événements tragiques du 28 septembre 2009 en Guinée-Conakry particulièrement pour l’ancien aide de camp du président Moussa Dadis Camara. Ce qui est sûr par contre, c’est qu’Aboubacar Sidiki Diakité alias Toumba a jusque-là ravi la vedette à tous.

Alors qu’il n’a pas encore échappé à l’échafaud pour les événements au stade du 28 Septembre où près de 150 manifestants contre le régime de transition dirigé par le capitaine Moussa Dadis Camara ont trouvé la mort sous les balles de la soldatesque à Conakry, il y a un peu plus de 13 ans, l’un des principaux protagonistes de l’affaire, Aboubacar Sidiki Diakité, jouit paradoxalement d’un fort courant de sympathie rarement rencontré dans un procès.

Pendant quasiment deux semaines, toute la presse locale, voire internationale, n’a parlé que de Toumba dont l’audition à la barre s’est étalée sur plusieurs jours. “Brave” pour les uns, “sincère, loyal et véridique”, pour les autres, l’ancien aide de camp du truculent président Moussa Dadis Camara allait tout de suite recouvrer la liberté si ça ne tenait qu’à l’homme de la rue. Quand bien même il a été souvent mis en difficulté sous le feu roulant des questions des avocats de la partie civile.

Néanmoins, les qualificatifs élogieux ne manquent pas pour celui qui a prétendu à la barre avoir tout fait pour l’avènement du président Moussa Dadis Camara à la tête de l’Etat guinéen au détriment de plus gradés que lui, notamment les généraux Mamadouba Toto Camara et Sékouba Konaté.

Moussa Dadis Camara, simple capitaine, ne commandait pas de troupe. Il a fallu l’intervention énergique d’Aboubacar Sidiki Diakité, alors lieutenant “béret rouge”, pour voir les étoilés s’effacer sans combattre.

Mais le pouvoir ne se partage pas. Au fil du temps et des ambitions nourries par les uns et les autres, le clash sera inévitable. Selon l’accusé Toumba, celui qu’il gardait jalousement et dont il était le conseiller spirituel sera peu à peu happé par l’ambition du pouvoir absolu et mettra tout en œuvre pour aller à contre-courant de la Charte de la transition dont la finalité était l’organisation d’élections présidentielle et législatives transparentes et le retour de l’Armée dans les casernes.

Les chants de la sirène auront donc raison de la cohésion et de l’entente entre les deux hommes au point que le faiseur de roi a manqué de peu de devenir un régicide. La raison de la tentative d’assassinat de Moussa Dadis Camara par Aboubacar Sidiki Diakité dit Toumba est bien les événements au stade.

Qui est l’homme ?

Aux dires de Toumba, on a voulu coûte que coûte lui faire porter le chapeau de ce drame national. A la barre, il s’est crânement défendu, démonté ses détracteurs. Des opposants, y compris l’ancien Premier ministre sous le président Lansana Conté, François Fall, ont avoué qu’ils devront la vie sauve à Toumba, qui s’est démené comme un beau diable pour les sortir des griffes de la soldatesque déployée au stade et qui tirait sur tout ce qui bougeait. L’ancien président Sékouba Konaté a confirmé la bonne foi de l’homme. Pour l’ancien aide de camp Toumba, tout a été planifié par le président Moussa Dadis Camara, qui était parvenu à mettre en place une milice à sa solde pour assouvir sa passion du pouvoir.

Selon Wikipédia que nous avons consulté, Aboubacar Sidiki Diakité dit “Toumba”, né le 30 avril 1968, est un médecin militaire, spécialisé en cardiologie. Aide de camp du président Moussa Dadis Camara, il était également chef de la garde présidentielle, les “bérets rouges“. Ces derniers sont justement accusés d’être responsables des massacres perpétrés le 28 septembre 2009 dans le stade du 28 septembre à Conakry.

Le 3 décembre 2009, Aboubacar Diakité a ouvert le feu sur Dadis Camara en le blessant grièvement, alors que le président auto-proclamé semblait rejeter sur lui la responsabilité des massacres. Aboubacar Diakité avait ensuite pris la poudre d’escampette.

Le 16 décembre 2009, il s’exprimait sur Radio France internationale (RFI) pour accuser Dadis Camara d’avoir commandité les massacres et d’avoir voulu en rejeter la responsabilité sur lui, et affirmera avoir aidé des opposants à échapper aux violences, version confirmée par François Fall, ancien Premier ministre. Le rapport de l’ONG Human Right Watch, rendu public le 17 décembre 2009, est beaucoup plus sévère pour Toumba, l’estimant responsable de crime contre l’humanité. Il a été arrêté à Dakar, au Sénégal, en décembre 2016. Extradé en Guinée, il sera incarcéré à la Maison centrale de Conakry. Il participe au procès du 28 septembre 2022. Outre la tentative d’assassinat du président Moussa Dadis Camara, Toumba reconnaît surtout avoir donné la mort à Makambo Loa, alors nouvel homme de confiance du chef de l’Etat, en se prévalant de la légitime défense. Sera-t-il acquitté ? Même les spécialistes en sciences divinatoires se perdraient en conjectures !

El hadj A. B. HAIDARA

Source: Aujourd’hui-Mali

Vous allez aimer lire ces articles

Le Burkina Faso accorde à une compagnie russe le permis d’exploitation d’une nouvelle mine d’or

A Paris, le Niger convainc ses partenaires de financer son plan de développement économique et social

Côte d’Ivoire : la FAO salue l’institution des agropoles

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct