Afrique du Sud: enquête ouverte sur la chef de la police

La chef de la police sud-africaine Mme Riah Phiyega, soupçonnée d’avoir livré des renseignements confidentiels à un subordonné visé par un contrôle, va faire l’objet d’une enquête, a-t-on appris auprès de la police des polices (IPID) mercredi.

chef police sud africaine Mme Riah Phiyega

« L’IPID va mener une investigation indépendante et impartiale et nous espérons obtenir la nécessaire coopération de toutes les parties afin de conclure cette enquête », a indiqué Mme Koekie Mbeki, directrice par intérim de l’IPID, citée dans un communiqué. Un enquêteur a été désigné avec pour mission de boucler son enquête d’ici trois mois.

Selon les médias locaux, l’intégrityé de Mme Phiyega est mise en doute car elle aurait informé un commissaire d’un contrôle en cours sur ses relations avec un trafiquant de drogue.

Mme Phiyega est la première femme à la tête de la police sud-africaine.

Dans un communiqué, elle a souligné n’avoir rien à se reprocher, saluant l’enquête de la police des polices et assurant « qu’elle restait concentrée sur ses efforts pour lutter contre la criminalité et assurer que les agents accomplissent leurs tâches avec la plus grande intégrité ».

Elle a été nommée en juin 2012, sans expérience dans la police mais avec un solide CV en matière de responsabilités administratives. Elle a succédé à Bheki Cele accusé d’avoir fermé les yeux sur une opération immobilière louche, lui-même arrivé en 2009 en remplacement de Jackie Selebi, ancien président d’Interpol et condamné pour corruption.

Alors que Mme Phiyega incarnait l’espoir d’une moralisation de la direction de la police sud-africaine ternie par des scandales à répétition, la situation ne s’est pas améliorée.

La confiance des Sud-Africains en leurs policiers (près de 198.000 hommes) est au plus bas, et il y a régulièrement des bavures, notamment lors des opérations de maintien de l’ordre, la plus grave remontant à août 2012 lorsque 34 mineurs en grève ont été abattus.

Plus d’une personne par jour est décédée en moyenne l’an dernier (2012-13) en Afrique du Sud par la faute de l’action de la police, la plupart du temps tuée durant une arrestation, selon l’IPID.

L’affaiblissement de la hiérarchie policière depuis les années 2000 par la présence de dirigeants inexpérimentés ou corrompus est l’une des raisons de ces dérives, selon des experts.

Vous allez aimer lire ces articles

Burkina Faso : Entre doutes et incertitudes

Élections locales au Sénégal : réactions en attendant les résultats

Un vent toxique de restauration autoritaire

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct