Burkina Faso : des tirs entendus dans plusieurs casernes, le gouvernement dément un coup d’Etat

Des coups de feu ont été tirés dimanche dans plusieurs casernes du Burkina Faso, dont trois situées dans la capitale Ouagadougou, des tirs reconnus par le gouvernement qui a démenti “une prise de pouvoir par l’armée” et affirmé que les institutions n’étaient pas menacées “pour le moment”.

Ces mouvements d’humeur dans les casernes du Burkina, pays qui a connu par le passé plusieurs coups d’Etat et tentatives de putsch, illustrent la fragilité du pouvoir du président Roch Marc Christian Kaboré face aux violences jihadistes qui s’accroissent dans son pays depuis 2015.

“Depuis 01H00 du matin, des tirs ont été entendus ici à Gounghin provenant du camp Sangoulé Lamizana”, a affirmé un militaire de ce quartier situé à la sortie ouest de Ouagadougou, ce qu’ont confirmé des habitants, parlant de “tirs de plus en plus nourris”.

Le gouvernement dément la tentative de coup d’Etat

Le gouvernement a rapidement réagi en démentant une tentative de coup d’Etat.

“Des informations véhiculées dans des réseaux sociaux tendent à faire croire à une prise de pouvoir par l’armée en ce jour” de dimanche, indique un communiqué du porte-parole du gouvernement, Alkassoum Maiga.

“Le gouvernement, tout en reconnaissant l’effectivité de tirs dans certaines casernes, dément ces informations et appelle les populations à rester sereines”, ajoute-t-il.

“Aucune institution de la République n’a pour le moment été inquiétée”, a de son côté affirmé le ministre de la Défense, le général Barthélémy Simporé, dans une intervention à la télévision nationale. Il a ajouté que les mouvements observés “dans quelques casernes” sont “localisés, circonscrits”, et qu’il était “en train de rentrer en contact avec ceux qui sont à la manœuvre pour comprendre les motivations”.

Le Burkina Faso est pris depuis 2015 dans une spirale de violences attribuées à des groupes armés jihadistes, affiliés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique. Les attaques qui visent civils et militaires sont de plus en plus fréquentes et en grande majorité concentrées dans le nord et l’est du pays.

Les violences des groupes jihadistes ont fait depuis six ans plus de 2.000 morts et contraint 1,5 million de personnes à fuir leur foyer.

Vous allez aimer lire ces articles

Afrique de l’Ouest: les centrales thermiques à l’épreuve de la pénurie de carburant

Tchad : L’opposant Max Loalngar interpellé à N’Djamena

Guinée Bissau : le président annonce la dissolution de l’assemblée nationale

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct