Cameroun : la crise africaine invisible

La communauté internationale s’est endormie au volant face à la crise au Cameroun. Des tueries brutales ont brûlé des villages et des centaines de milliers de personnes déplacées – et la réaction est un silence assourdissant.

En termes d’attention internationale, tous les conflits ne sont pas égaux. Certains, comme la guerre de la Russie contre l’Ukraine, reçoivent la part du lion de la couverture médiatique mondiale et de l’engagement diplomatique. D’autres, malheureusement, sont ignorés par la grande majorité des experts en politique étrangère. La crise au Cameroun, théâtre d’une des guerres mondiales les plus inédites depuis près de six ans, entre dans cette dernière catégorie.

Ce pays d’Afrique centrale de 26 millions d’habitants a été enfermé dans une série de conflits, allant des combats entre le gouvernement central francophone et les séparatistes anglophones dans le sud du Cameroun aux affrontements interethniques dans le nord du pays. Les meurtres, les enlèvements et les déplacements internes de personnes fuyant la violence, s’ils ne sont pas maîtrisés, pourraient conduire à une autre catastrophe de type rwandais.

Plus de 6 000 personnes ont été tuéeset près d’un million de personnes ont déjà été déplacées par la violence en cours dans le pays. La présence de Boko Haram dans le nord, les liens croissants entre le Cameroun et la Russie et l’introduction récente de la société militaire privée liée au Kremlin, le groupe Wagner, ne font qu’ajouter de l’huile à une situation déjà volatile.

Les États-Unis commencent à prendre conscience de l’ampleur du défi au Cameroun. Le mois dernier, le secrétaire du Département de la sécurité intérieure, Alejandro N. Mayorkas, a accordé le 14 avril un statut de protection temporaire aux Camerounais qui résidaient déjà aux États-Unis. Cette action, que le Center for American Progress estimes’appliquera jusqu’à 40 000 personnes, est pour une période de 18 mois. Bien qu’il s’agisse d’un bon premier pas, il reste encore beaucoup à faire pour arrêter la violence avant qu’elle ne devienne incontrôlable.

Le conflit anglophone-francophone dans le sud, combiné à la violence interethnique dans le nord du pays, s’il n’est pas maîtrisé, pourrait très bien se transformer en une catastrophe à la rwandaise qui nécessiterait une intervention extérieure pour empêcher le génocide. Les États-Unis devraient se coordonner avec les Nations Unies, l’Union africaine, les groupements régionaux et les voisins du Cameroun pour encourager toutes les parties au conflit séparatiste à trouver des moyens pacifiques de régler leurs différends. Cela sauverait des vies, empêcherait une catastrophe humanitaire encore plus grande et ferait avancer les intérêts diplomatiques et sécuritaires des États-Unis.

Recul au Cameroun

Le Cameroun était autrefois considéré comme un phare de stabilité en Afrique. Après son indépendance de la France en 1960, le Cameroun a connu une période de paix qui a permis au pays de développer des infrastructures essentielles telles que les routes et les chemins de fer et des industries agricoles et pétrolières rentables. La majorité francophone dominait cependant le gouvernement central. En conséquence, la région anglophone du pays a été marginalisée et exclue du partage du pouvoir. Les tensions entre les deux groupes se sont intensifiées lorsque Ahmadou Ahidjo, le premier président du pays après l’indépendance, a démissionné en 1982 et a été remplacé par Paul Biya, poste qu’il occupe depuis.

 

Les différences entre les Camerounais francophones et anglophones se sont encore exacerbées en 2008, lorsque la constitution a été amendée pour abolir la limitation des mandats présidentiels. Cela a permis à Biya, dont le Rassemblement démocratique du peuple camerounais détient une forte majorité à l’Assemblée nationale, de devenir président à vie.

Depuis plusieurs années, les experts internationaux craignent que le Cameroun ne sombre dans le chaos. En 2016, des avocats, des étudiants et des enseignants de la minorité anglophone du pays ont lancé des manifestations pour protester contre leur sous-représentation et leur marginalisation culturelle par le gouvernement central. L’État a répondu par une répression brutale. La violence qui a suivi a provoqué une dislocation massive.

Selon le US Holocaust Memorial Museum, Les forces de sécurité camerounaises se sont engagées dans une politique de la terre brûlée consistant à raser des villages et à torturer, mutiler et tuer sans discernement des civils avec des tactiques qui frôlent le nettoyage ethnique. Ces actions ont ciblé les habitants du sud du Cameroun, qui abrite la minorité chrétienne anglophone du pays. Genocide Watch a qualifié les actions du gouvernement camerounais dans le sud du Cameroun d’« extermination », la neuvième étape du génocide. La dixième et dernière étape est le déni. Le Conseil norvégien pour les réfugiés a identifié le sud du Cameroun comme la crise de déplacement la plus négligée au monde en 2019.

Les avancées russes dans le golfe de Guinée

Le Cameroun se situe au centre du golfe de Guinée en Afrique centrale. La région représente 60 % de la production pétrolière du continent et contient 4,5 % des réserves pétrolières mondiales prouvées. Le Cameroun produit 66 000 barils par jour et est le cinquième producteur de pétrole en Afrique (le Nigeria est le premier producteur de pétrole du continent). La population du Cameroun devrait atteindre 50 millions d’ici 2050 et près de 90 millions d’ici 2099.

Malgré son importance géopolitique, les États-Unis ignorent systématiquement cette partie de l’Afrique. Washington, par exemple, n’a alloué que 8 % du maigre budget de 2 milliards de dollars du Commandement américain pour l’Afrique en 2020 à la région. Les États-Unis n’ont actuellement qu’une présence nominale dans le golfe de Guinée. Dans le passé, la France était la puissance étrangère dominante.

Mais comme au Sahara, les sables du Golfe bougent, et pas forcément en faveur des intérêts américains, ni même français d’ailleurs. De la République centrafricaine au Mali en passant par la Guinée, on assiste à une évolution nette et spectaculaire de l’abandon du soutien militaire français. À sa place, la Russie et la Chine s’assurent rapidement des positions stratégiques dans la région. La Russie est devenue le partenaire militaire privilégié de la République centrafricaine et du Mali dans leurs combats contre les insurgés. En mars 2022, la France a annoncé le retrait de ses troupes du Mali, la première fois que le Mali sera sans troupes françaises depuis 1892.

La présence militaire étrangère dominante au Mali est désormais la société militaire privée liée au gouvernement russe, le groupe Wagner. Le groupe devient rapidement l’option de soutien militaire préférée des gouvernements de la région, sapant les efforts américains pour promouvoir l’état de droit et le respect des droits de l’homme en Afrique subsaharienne. Avec l’accent mis par le groupe Wagner sur la protection des élites dirigeantes et des infrastructures critiques en échange de concessions commerciales, il est inévitable que le Cameroun soit probablement leur prochaine cible.

Le 12 avril 2022, le ministre camerounais de la défense, Joseph Beti Assomo, a signé à Moscou un accord de coopération militaire avec son homologue russe. Quelques jours plus tard, l’ancien sous-secrétaire d’État américain aux affaires africaines, Tibor Nagy, a tweeté : « Je ne peux pas croire que le gouvernement camerounais, au mauvais moment, ait signé un accord militaire avec la Russie – au plus fort de l’agression en Ukraine ». Lors des votes de l’Assemblée générale des Nations unies condamnant l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le Cameroun, comme de nombreux pays africains, s’est abstenu de voter.

Alors que la Chine n’a pas encore établi une présence significative au Cameroun, il y a eu des spéculations selon lesquelles la marine chinoise travaille avec la Guinée équatoriale pour permettre la construction d’une base navale chinoise dans le port continental de Bata. Peu de détails sur le plan chinois sont actuellement connus, mais si c’est vrai, avoir une présence navale chinoise sur la côte ouest de l’Afrique – placer des navires de guerre à une distance de frappe facile des cibles sur la côte est des États-Unis – a des implications pour la sécurité nationale américaine.

La Chine a également fourni une formation et des équipements militaires au Cameroun, apparemment pour ses opérations contre Boko Haram, mais il y a eu des rapports non fondés selon lesquels une grande partie de l’équipement fourni par la Chine a été déplacé vers le sud pour être utilisé dans la lutte contre les séparatistes anglophones. .

Les liens croissants du Cameroun avec la Russie et sa position aux Nations Unies surviennent malgré une aide américaine importante au pays. Au cours de la dernière décennie, les États-Unis ont fourni une aide militaire importante au Cameroun. Le montant de l’exercice 2020, par exemple, était de 8,4 millions de dollars dans la catégorie de la réduction coopérative des menaces. Cependant, en 2019, le Commandement américain pour l’Afrique a réduit de plus de 17 millions de dollars le financement du Cameroun en raison des « inquiétudes croissantes concernant le bilan du gouvernement en matière de droits humains ».

Selon un rapport PBS de 2012, en 2010, les États-Unis ont fourni 1,5 million de dollars d’aide militaire au Cameroun, et le montant total de l’aide depuis l’indépendance de 1960 à 2010 était de 71,5 millions de dollars. Dans le même temps, des rapports de 2022 suggéraient que les États-Unis soutenaient et employaient toujours une unité camerounaise soupçonnée d’avoir commis des atrocités, notamment des exécutions extrajudiciaires, pour mener des opérations antiterroristes contre des organisations extrémistes violentes, en particulier Boko Haram.

Cela s’est produit huit mois après la réduction annoncée en raison de préoccupations en matière de droits de l’homme. Il y a aussi eu des rapportsque des unités d’élite formées par les États-Unis pour la lutte contre Boko Haram ont été déployées pour lutter contre les séparatistes. Jusqu’au début de 2020, jusqu’à 300 militaires américains auraient été déployés au Cameroun dans le cadre des opérations de lutte contre le terrorisme.

Implications pour la politique américaine

En plus d’accorder un statut de protection temporaire aux Camerounais, le 18 avril 2022, le département d’État américain a émis un avis de voyage de niveau 2 pour le pays, conseillant aux Américains de « faire preuve d’une prudence accrue au Cameroun en raison de la criminalité » et de ne pas voyager vers le nord-ouest et les régions du sud-ouest en raison du conflit armé.

Mais le Cameroun semble être sous le radar, en particulier avec l’accent mis actuellement sur la situation en Ukraine qui retient l’essentiel de l’attention diplomatique américaine. Alors que les deux parties au conflit ont été accusées d’avoir commis des atrocités, c’est le peuple camerounais qui porte le poids de la souffrance. Avec l’introduction de mercenaires russes dans l’équation et le manque d’attention des États-Unis et de la France, la situation risque de s’aggraver. La présence de Boka Haram et de la Chine dans la région ne fait que compliquer les choses pour les États-Unis et leur politique africaine. Tant que le conflit actuel au Cameroun ne sera pas terminé, il sera difficile d’établir le type de relation bilatérale qui serait mutuellement bénéfique entre Washington et Yaoundé.

Outre l’impératif humanitaire de mettre fin au conflit au Cameroun, les États-Unis ont un intérêt sécuritaire légitime à stabiliser le pays. Boko Haram est actif au Cameroun. Le groupe terroriste a tué au moins 80 civils depuis décembre 2020 et pillé des centaines de maisons dans la région de l’Extrême-Nord.

La lutte contre l’extrémisme et les activités terroristes est un objectif important, mais la poursuite de cet objectif ne doit pas conduire à saper l’engagement des États-Unis en faveur du respect des droits de l’homme et de l’État de droit. Le contrôle des personnes et des organisations susceptibles de recevoir une assistance dans le cadre d’opérations antiterroristes doit être exhaustif. Le soutien passé des groupes terroristes doit être examiné et des mesures appropriées doivent être prises pour mettre fin à tout soutien en cours aux auteurs de violations des droits de l’homme.

Il est important que les États-Unis ne soient pas perçus comme prenant parti dans les différends internes du Cameroun. Le gouvernement central et le mouvement séparatiste devraient être tenus pour responsables de toute action entreprise contre la population civile ou de toute violation des droits de l’homme. Les racines du conflit francophone-anglophone actuel se sont développées pendant des décennies, tout comme les conflits ethniques entre d’autres groupes au Cameroun, comme les affrontements de 2021 entre les éleveurs de bétail arabes Shoa et les agriculteurs Massa et les pêcheurs Mousgoum dans le nord du Cameroun. Les tensions intercommunautaires dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun ont été amplifiées par les impacts négatifs du changement climatique, avec une désertification accrue qui a entraîné une pénurie d’eau et un accès réduit aux pâturages.

Il n’y a pas de solutions rapides et faciles à la crise au Cameroun. De même, la capacité des États-Unis à affecter directement les affaires au Cameroun est certes limitée. Mais les États-Unis peuvent poursuivre leurs efforts diplomatiques pour influencer l’Union africaine et les voisins du Cameroun, notamment le Nigéria, à travailler avec toutes les parties au Cameroun pour mettre fin à la violence. En particulier, Washington devrait habiliter l’Union africaine à jouer un rôle plus actif dans la médiation du conflit.

L’ONU a également un rôle à jouer. En octobre 2021, par exemple, malgré les informations faisant état de l’incapacité du gouvernement central à fournir une protection adéquate aux populations civiles, le Cameroun a été réélu au Conseil des droits de l’homme des Nations unies pour le mandat 2022-2024. Cela a été un revers majeur pour la diplomatie internationale et a affaibli tout effort visant à contraindre les parties belligérantes au Cameroun à respecter les droits de l’homme.

Si les États-Unis ne jouent pas un rôle diplomatique actif pour tenter de mettre fin au conflit au Cameroun, la situation ne fera qu’empirer.

Jan Egeland, secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés
Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur seul et ne reflètent pas nécessairement la position de Actu Cameroun, un média non partisan qui publie des articles de façon objective. 

 

Source: actucameroun

Vous allez aimer lire ces articles

Construction de la route Labé-Mali: Quelques précisions sur le coût et la durée du projet

Sahel : le Niger appelle la France et l’Europe à “prendre plus de risques” dans leurs opérations

Mohamed Bazoum, président du Niger : « Le terrorisme est un fléau aussi dangereux que ce qui se passe en Ukraine »

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct