Christian Ntimbane Bomo sur le Mali : « les manifestations de rue ne sont pas la preuve suffisante de la légitimité »

L’acteur de la société civile critique la grande manifestation organisée ce vendredi 14 janvier 2022 à Bamako au Mali pour dénoncer les actions de la Communauté économique et monétaire des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao).

Grande mobilisation de la population malienne ce vendredi 14 janvier 2022 à Bamako au Mali pour dénoncer les dernières sanctions de la Communauté économique et monétaire des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao). L’initiative du peuple malien est critiquée par Me Christian Ntimbane Bomo   avocat au barreau du Cameroun.

Pour l’homme de droit, il s’agit d’une véritable mise en scène, et que seul le référendum peut indiquer la vraie position du peuple malien sur cette affaire.

Lire ici sa récente sortie :

Seul un referendum peut légitimer la prorogation de la transition au mali  et non pas  des manifestations populaires  organisées par la junte militaire.

Le chef de la junte militaire au pouvoir au Mali, le Colonel ASSIMI GOITA, conscient de la nécessité d’avoir  une  légitimité pour engager le Mali dans son conflit contre la CEDEAO, a invité ce jour, le peuple malien à une grande manifestation de protestation contre les sanctions décidées par cette institution communautaire.

S’il est vrai que des milliers de maliens ont répondu à cette convocation, il n’en demeure pas moins  que, de nombreux autres millions de maliens sont restés chez eux et surtout que, de plus de  voies dissidentes s’élèvent dans le peuple pour appeler à la fin de la transition.

Face à cette dualité dans l’opinion malienne, seul un référendum pourra  décider si, oui ou non, le peuple malien veut ou ne veut pas la prorogation de la transition militaire.

Que la junte permette donc l’organisation d’un référendum au Mali sur cette question.

Les manifestations de rue ne sont pas la preuve suffisante de la légitimité.

Christian Ntimbane Bomo

Société Civile des RÉCONCILIATEURS.

Source: actucameroun

Vous allez aimer lire ces articles

Youssouf Massaman Sangaré, juriste et journaliste écrit à Assimi Goïta et Mahamet Deby à propos de la détention du DG Orabank Tchad : “Mamadou Bass a fortement besoin d’une mise en liberté provisoire sous contrôle judiciaire avant son éventuel jugement”

Le Sénégal répond à la polémique sur l’hôpital Aristide Le Dantec

Côte d’Ivoire: les Etats-Unis équipent le Musée de Grand-Bassam

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct