Des bases militaires du Burkina Faso touchées par des tirs nourris

Des tirs à l’arme lourde sont entendus dans plusieurs casernes de Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, et dans une base aérienne voisine.

Le gouvernement dément les informations faisant état d’un coup d’État ou de l’arrestation du président Roch Marc Christian Kaboré.

Le ministre de la défense, Aimé Barthélémy Simporé affirme que la crise est maîtrisée, même si des tirs ont encore lieu dans certaines casernes.

Le gouvernement a fait face à un mécontentement croissant en raison de son incapacité à réprimer une insurrection islamiste qui a dévasté l’État ouest-africain depuis 2015.

Le 11 janvier, il déclare que 10 soldats ont été arrêtés pour un prétendu complot de coup d’État.

 

Le gouvernement a également coupé à plusieurs reprises les services internet, et a réprimé les manifestations publiques contre l’instabilité croissante.

Des habitants indiquent que des coups de feu ont pu être entendus depuis les premières heures de dimanche dans des camps militaires à l’ouest et au sud de la capitale, Ouagadougou, et dans une base aérienne près de l’aéroport principal.

Des soldats condamnés pour une tentative de coup d’État en 2015 sont emprisonnés dans le camp de l’ouest, connu sous le nom de Sangoulé Lamizana.

 

Des tirs sont également entendus dans les bases militaires des villes de Kaya et Ouahigouya, dans le nord du pays.

Dans une allocution télévisée à la nation, le ministre de la Défense, Aimé Barthélémy Simporé, a minimisé les informations faisant état d’une mutinerie.

Il déclare qu’il s’agit d’incidents “localisés, limités”, “dans quelques casernes”, et qu’aucune des “institutions républicaines” n’a été visée.

Les soldats impliqués n’ont pas encore formulé de revendications, et le gouvernement cherche toujours à comprendre leurs motivations, ajoute-t-il.

Le général Simporé exhorte la population à poursuivre ses activités normalement et indique que le gouvernement communiquera de plus amples informations en temps voulu.

L’endroit où se trouve le président Kaboré n’est pas clair, mais le ministre de la défense dément les rumeurs circulant sur les réseaux sociaux selon lesquelles il serait en état d’arrestation.

M. Kaboré, ancien banquier et Premier ministre, est devenu président après avoir remporté les élections en 2015.

Une interview pour retracer le changement des symboles nationaux du Burkina Faso.

Ces élections étaient les premières depuis que le dirigeant de longue date, Blaise Compaoré, s’est exilé un an plus tôt à la suite d’un soulèvement populaire contre son régime.

M. Kaboré a annoncé un remaniement de l’état-major militaire en novembre dans le but de renforcer son emprise sur le pouvoir et de lutter contre les insurgés islamistes qui ont fait des ravages dans toute la région.

Le meurtre de 53 personnes par des djihadistes présumés en novembre 2021 a renforcé l’indignation de l’opinion publique à l’égard du gouvernement, qui n’a pas réussi à mettre fin à l’insurrection, et a fait craindre que l’armée ne prenne le pouvoir, comme elle l’a fait au Mali voisin en mai.

BBC

Vous allez aimer lire ces articles

Afrique de l’Ouest: les centrales thermiques à l’épreuve de la pénurie de carburant

Tchad : L’opposant Max Loalngar interpellé à N’Djamena

Guinée Bissau : le président annonce la dissolution de l’assemblée nationale

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct