Guerre Ukraine – Russie : comment la Russie a déjoué l’engagement de l’Ukraine en Afrique

Les discours du président ukrainien Volodymyr Zelensky devant les parlements du monde entier sont devenus un élément incontournable du calendrier diplomatique de ces derniers mois.

Mais lorsqu’il s’est adressé à l’Union africaine (UA) lundi, seuls quatre chefs d’État du continent l’ont écouté, les autres étant représentés par des subordonnés ou des fonctionnaires.

Cette participation décevante était symptomatique de la lutte inégale que mène Kiev pour faire passer son message dans un continent de 54 pays où il ne dispose que de 10 ambassades, soit un quart seulement de la présence russe.

Ainsi, en essayant de changer les perspectives africaines sur l’invasion du président russe Vladimir Poutine, M. Zelensky ne peut déployer un poids politique ou sécuritaire comparable à celui de Moscou.

L’Ukraine n’est pas une puissance militaire mondiale et n’est pas un membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies, contrairement à la Russie.

En conséquence, de nombreux dirigeants africains ont conclu qu’ils ne pouvaient tout simplement pas se permettre d’imiter la confrontation directe de l’Occident avec Moscou.

C’est d’autant plus vrai que le blocage des exportations de céréales en provenance d’Ukraine contribue à une crise alimentaire déjà grave, en faisant grimper le prix des importations et en mettant en péril l’approvisionnement en blé, en autres céréales et en huile de cuisson des pays africains qui ne sont pas autosuffisants.

Au début du mois, le président sénégalais Macky Sall, qui dirige actuellement l’UA, s’est rendu à Sochi, station balnéaire russe de la mer Noire, pour discuter avec M. Poutine des moyens de lever les obstacles qui freinent les exportations de denrées alimentaires dont la Russie et l’Ukraine ont désespérément besoin.

La semaine dernière, le président sud-africain Cyril Ramaphosa a appelé M. Poutine pour discuter des livraisons de produits agricoles et d’engrais russes à l’Afrique.

Les discussions ont donné lieu à quelques progrès modestes, mais pas à une percée décisive.

Entre-temps, certains indices laissent penser que l’invasion de l’Ukraine pourrait mettre à rude épreuve l’engagement militaire russe en Afrique, des rumeurs non confirmées faisant état du rappel de certaines troupes du groupe mercenaire Wagner en République centrafricaine (RCA).

Cela ne serait guère surprenant, compte tenu des exigences de la campagne militaire intense menée dans la région cruciale de Donbas.

En revanche, rien ne laisse présager une réduction de la présence de Wagner au Mali, où ses hommes ont souvent été vus en opération aux côtés des forces nationales.

Un nouveau contexte international dramatique

En outre, les accords officiels de la Russie en matière de sécurité et de défense en Afrique sont en train de se renforcer.

Le Cameroun est devenu la dernière cible de cette offensive de charme.

 

Le ministre camerounais de la défense, Joseph Beti Assomo, s’est rendu à Moscou le mois dernier pour signer, avec son homologue russe Sergei Shoigu, un accord de coopération militaire de cinq ans.

Cet accord porte sur le renseignement, la formation et le partage d’expertise dans la lutte contre le terrorisme et la piraterie maritime. Des exercices conjoints sont prévus.

Le document ne mentionne pas de livraisons d’armes, mais laisse entendre que d’autres formes de collaboration pourraient encore être convenues.

En fait, un accord de 2015 avait déjà prévu des livraisons russes d’artillerie et de soutien logistique et aérien – utiles pour la campagne contre les djihadistes dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun.

Bien que ce nouvel accord soit moins précis, il semble susciter l’inquiétude des capitales occidentales.

En l’espace de quelques semaines, le directeur Afrique du ministère français des affaires étrangères, Christophe Bigot, s’est rendu à Yaoundé, apparemment pour rassurer le Premier ministre camerounais Joseph Dion Ngute que Paris reste également engagé dans la coopération économique, culturelle et antiterroriste.

L’accord avec le Cameroun a été signé dans un nouveau contexte international dramatique – l’invasion russe à grande échelle de l’Ukraine.

Les dirigeants occidentaux considèrent désormais la Russie comme une menace majeure pour la sécurité, qui remet en cause les fondements mêmes de la démocratie et du système international fondé sur des règles.

Cependant, certains gouvernements africains sont réticents à adhérer à cette perception négative du régime de Poutine. Et cela ne s’applique pas seulement à ceux du Mali et de la RCA.

Les sentiments anti-occidentaux sont forts

Certains partenaires africains de longue date de l’Occident se sont également abstenus de critiquer ouvertement les actions de M. Poutine.

Le Sénégal, par exemple, a choisi de ne pas soutenir la motion de l’Assemblée générale des Nations unies du 2 mars appelant la Russie à cesser de recourir à la force contre l’Ukraine.

Le Cameroun a adopté une position tout aussi équivoque – son ambassadeur auprès des Nations unies a judicieusement pris l’avion pour rentrer chez lui début mars afin de ne pas participer au vote crucial.

Puis, le 7 avril, le pays s’est également abstenu lorsque l’Assemblée générale a voté la suspension de la Russie du Conseil des droits de l’homme des Nations unies.

L’opinion publique nationale joue un rôle dans ces prises de position.

S’aligner sur la France, les États-Unis et le Royaume-Uni n’est pas toujours la position la plus populaire sur le continent et le gouvernement camerounais, comme un certain nombre de ses pairs, semble avoir conclu qu’il devait tenir compte de ces sentiments populaires.

Cependant, le Cameroun va beaucoup plus loin, en prenant la décision proactive de signer le nouvel accord de coopération militaire avec la Russie, alors même que les forces russes continuaient à bombarder les villes ukrainiennes.

Cette position distinctive s’explique probablement par la situation intérieure du Cameroun.

Le président francophone Paul Biya est confronté à des défis sécuritaires sur deux fronts : alors que son gouvernement combat Boko Haram, basé au Nigeria, et l’État islamique en Afrique de l’Ouest dans la région de l’Extrême-Nord, il est également engagé dans une longue lutte pour réprimer la rébellion séparatiste dans les deux régions anglophones du pays, le Sud-Ouest et le Nord-Ouest.

Outre la Russie, le Cameroun a également des accords de coopération militaire avec la France, la Chine, le Brésil et la Turquie – et il avait également un accord avec les États-Unis.

Wagner accusé de torture et d’assassinats

Pourtant, les partenaires occidentaux sont préoccupés par les questions de droits de l’homme et de gouvernance et leur aide est assortie de conditions.

En effet, les préoccupations relatives à la situation dans les régions anglophones du Cameroun ont récemment conduit les États-Unis à suspendre leur soutien militaire.

Les Américains se tenant à l’écart, certains analystes camerounais craignent que le gouvernement n’ait décidé de chercher un autre soutien auprès d’un partenaire ayant moins de scrupules à adopter des tactiques militaires intransigeantes, au détriment de la responsabilité en matière de droits de l’homme.

Les antécédents de Moscou ailleurs en Afrique suggèrent qu’elle est à l’aise dans le soutien d’une approche dure.

En RCA, Wagner forme l’armée depuis 2018 et ses hommes ont aidé les forces gouvernementales à repousser un assaut rebelle sur la capitale Bangui début 2021.

Mais les experts de l’ONU ont accusé Wagner de commettre de graves violations des droits de l’homme contre les civils ; ses combattants auraient récemment tué des villageois civils près de Bria, le centre de l’industrie diamantaire.

Wagner opère également aux côtés de l’armée nationale dans le centre du Mali où, selon Human Rights Watch et la population locale, ces deux forces alliées ont torturé et tué des villageois.

Les forces gouvernementales maliennes et les mercenaires russes auraient tué plus de 300 personnes à Moura en mars.

On voit mal le gouvernement camerounais aller jusqu’à engager l’entrepreneur mercenaire controversé. Il semble beaucoup plus probable qu’il s’en tienne aux liens conventionnels de gouvernement à gouvernement envisagés dans l’accord de Moscou du mois dernier.

Mais le nouveau partenariat avec la Russie pourrait certainement être le signe d’une affirmation militaire renouvelée alors que le gouvernement tente de supprimer les activités résiduelles des rebelles séparatistes dans les régions anglophones et la présence d’islamistes militants dans la région de l’Extrême-Nord.

Source: BBC

Vous allez aimer lire ces articles

Le président du Niger en visite en Côte d’Ivoire

Gabon: l’opposition demande une réforme de la loi électorale

RDC: une dizaine de civils tués dans des affrontements avec le M23 (ONU)

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct