La guerre dans l’est de la RDC affecte les enfants

En raison des affrontements entre les rebelles du M23 et l’armée congolaise, beaucoup d’enfants sont séparés de leurs familles et vivent dans l’indigence.

 

De nouveaux combats ont opposé dimanche l’armée congolaise aux rebelles du M23 à une vingtaine de kilomètres au nord de la ville stratégique de Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo. Dans le camp de déplacés de Kayembe, dans la région de Nyiragongo, les enfants isolés sont pris en charge par un collectif de jeunes volontaires, dénommé Goma Actif.

Ceux-ci chantent, des gobelets en plastique à la main, dans l’attente de la distribution de nourriture.

Patrick Mundeke, membre du collectif Goma Actif, explique comment s’organise leur travail bénévole.

“Nous venons tous les matins donner de la bouillie et du pain à environ 2.000 à 5.000 enfants selon les jours et, aujourd’hui, vous l’avez vu, ils seront certainement nombreux lorsque la bouillie sera prête”

Situation alarmante

La situation humanitaire est difficile, selon l’Onu, la reprise des combats entre les rebelles du M23 et l’armée congolaise a provoqué la fuite d’environ 190.000 personnes.

Les Congolais de la région de Rutshuru se sont retrouvés obligés de quitter en toute urgence leurs localités, explique Stéphanie Merida, une déplacée.

“Nous étions dans nos champs en train de cultiver quand nous avons entendu des coups de feu. Après cela tout le monde a fui dans sa propre direction, nous n’avons pas eu la possibilité de retourner dans nos maisons et nous sommes venus ici sans rien. Depuis que nous sommes arrivés, nous n’avons rien reçu. Regardez les abris dans lesquels nous dormons, nous souffrons ici et nous allons mourir de faim.” 

Les conditions de vie dans ce camp temporaire sont difficiles et exposent les plus vulnérables aux maladies. Dounia Dekhili, chef des urgences de l’Unicef pour la région est de la RDC, s’en inquiète.

Selon lui, “Environ 2.000 enfants bénéficient d’un programme de soutien psychologique et des actions de sensibilisation sont organisées pour atténuer les risques d’abus sexuels et d’exploitation de ces enfants qui se retrouvent sans protection.” 

il est donc très difficile là-bas avec ces sols volcaniques de pouvoir construire des latrines de façon rapide. Et tout cela augmente un vrai risque d’épidémie de choléra, explique Dounia Dekhili.

Les premiers soldats kényans sont arrivés samedi à Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC),dans le cadre d’une force régionale Est-Africaine, au lendemain de la contre-offensive militaire contre les positions du Mouvement du 23 mars (M23), la rébellion tutsi, qui a repris les armes fin 2021.

Par ailleurs, des pourparlers de paix sur la situation dans l’est du pays auront lieu à Nairobi à partir du 21 novembre au Kenya.

Médiation

Uhuru Kenyatta, l‘ancien président du Kenya désigné facilitateur du processus de Nairobi par la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC), séjourne à Kinshasa depuis hier. Dans une interview exclusive accordée à  nos confrères de la Radio Okapi, Uhuru Kenyatta a appelé tous les Congolais au patriotisme et les groupes armés, à déposer les armes pour une paix durable.

Source : DW

Vous allez aimer lire ces articles

Le Burkina Faso accorde à une compagnie russe le permis d’exploitation d’une nouvelle mine d’or

A Paris, le Niger convainc ses partenaires de financer son plan de développement économique et social

Côte d’Ivoire : la FAO salue l’institution des agropoles

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct