Le Ghana est le premier pays à recevoir des vaccins de l’initiative mondiale Covax

C’est le début d’une longue campagne pour vacciner des milliards de personnes.

Le Ghana vient de recevoir ses premières doses de vaccin Covid-19 de Covax, l’initiative mondiale créée pour aider à garantir que tous les pays ont accès aux vaccins.

Un total de 600000 doses d’Oxford / AstraZeneca Le vaccin est arrivé mercredi à Accra, la capitale du Ghana. C’est le début officiel d’une longue campagne mondiale de vaccination.

Le Ghana est le premier pays à recevoir ces vaccins. Il commencera son déploiement la semaine prochaine, en commençant par les travailleurs de la santé de première ligne, les personnes âgées et les personnes souffrant de maladies sous-jacentes. Cependant, les 600 000 doses ne couvriront qu’une fraction des quelque 30 millions d’habitants du Ghana.

La Côte d’Ivoire sera la prochaine à recevoir des doses de vaccin de Covax. Mais les campagnes de vaccination en Afrique ne font que commencer, après que des millions et des millions de vaccins ont été administrés dans des pays plus riches.

Covax, qui est dirigée par l’Organisation mondiale de la santé, GAVI, l’Alliance pour les vaccins et la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies, a été conçue pour garantir un accès équitable aux vaccins dans tous les pays, quelle que soit leur richesse. À l’heure actuelle, l’initiative vise à fournir 2 milliards de doses de vaccin d’ici la fin de 2021, dont la majeure partie ira à 92 des pays les plus pauvres du monde.

Mais l’initiative tarde à se déployer, d’autant qu’elle lutte contre les pays plus riches pour les doses de vaccins.

Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, a déclaré cette semaine que plus de 210 millions de doses de vaccin ont été dispersées dans seulement deux pays, alors que plus de 200 pays n’ont pas commencé à administrer leurs premières doses.

Les pays riches – avec plus de 14 pour cent de la population mondiale – ont acheté plus de 53 pour cent des vaccins les plus susceptibles de réussir grâce à des accords de pré-achat. À l’heure actuelle, la demande de vaccins dépasse l’offre, de sorte que même ces pays les plus riches ne peuvent pas se faire vacciner assez rapidement. Mais ils pourront probablement le faire dans quelques mois – en été, aux États-Unis, par exemple – par rapport à certains des pays les plus pauvres du monde, où cela pourrait prendre des années.

De nombreux pays d’Afrique n’ont pas connu les pics dramatiques de Covid-19 observés dans d’autres parties du monde. Mais un an après le début de la pandémie, certains des 54 pays du continent font face à une augmentation des cas, alimentée par de nouvelles variantes, dont une découverte en Afrique du Sud. Cette semaine, l’ensemble du continent africain a atteint 100 000 décès connus de Covid-19.

Malgré cela, seule une poignée de pays africains ont même commencé la vaccination. Selon l’Union africaine, il faudra 1,5 milliard de doses de vaccin au total pour inoculer 60% des plus d’un milliard d’habitants du continent. Bien que l’Union africaine et les pays tentent de conclure des accords – y compris avec la Russie et la Chine – de nombreux pays auront besoin de l’aide de Covax.

Les États-Unis ont récemment engagé une importante augmentation de 4 milliards de dollars en faveur de Covax pour aider à financer et à fournir des vaccins. Mais si les pays riches continuent à accumuler des stocks de vaccins, le rythme de la vaccination dans les pays les moins riches du monde sera toujours lent.

Au-delà du financement, les efforts mondiaux de vaccination ont simplement besoin de plus de fournitures de vaccins, ainsi que des efforts pour renforcer la capacité de fabrication et de production dans les pays à faible revenu et pour pousser les sociétés pharmaceutiques à renoncer potentiellement aux droits de propriété intellectuelle afin de mieux partager les connaissances et la technologie.

Faire vacciner le monde entier demandera un effort énorme. Ce n’est pas seulement un impératif moral de garantir que toute la population mondiale a accès à des vaccins protecteurs; c’est une nécessité de santé publique. Le coronavirus qui se propage dans un coin du monde continuera d’être une menace pour tout le monde, d’autant plus que de nouvelles variantes émergent.

Vous allez aimer lire ces articles

Communiqué N°432 du Ministère de la Santé et des Affaires Sociales sur le suivi des actions de prévention et de riposte face à la maladie à CORONAVIRUS

RDC: la polémique continue sur la nomination d’anciens rebelles comme gouverneurs militaires

Nigéria : « [ndlr] la violence entre éleveurs et agriculteurs pourrait s’intensifier » (rapport)

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct