Les Casques bleus en Afrique, entre consentement et crise de légitimité

La semaine dernière, au moins 15 personnes dont deux marocains sont mortes dans des manifestations exigeant que les Casques bleus de l’ONU quittent la République démocratique du Congo (RDC). La semaine précédente, la junte militaire au pouvoir au Mali avait interrompu les rotations de troupes pour la mission de l’ONU sur place et éjecté le porte-parole adjoint de la mission. Aujourd’hui, la chasse aux Casques bleus en Afrique sonne comme une réponse à de terribles manquements de l’ONU.

 

La chasse aux Casques bleus met en lumière les crises profondes de consentement et de légitimité qui se déroulent dans ces missions. La mission de l’ONU en RDC – Monusco (Mission de l’Organisation pour la stabilisation en République démocratique du Congo) – a le faible consentement du gouvernement pour opérer et exercer la force, mais elle n’a pas réussi à construire la légitimité et le consentement parmi les gens ordinaires qui sont les plus touchés par le conflit, a rapporté « The global observatory ».

Le gouvernement tente de faire partir la mission depuis 2010, et l’ONU est en train de retirer la mission depuis 2020. Les manifestants, quant à eux, disent qu’ils veulent que l’ONU parte parce qu’elle n’a pas réussi à protéger les civils.

La semaine dernière, des Casques bleus de l’ONU de retour de leur pays d’origine ont ouvert le feu sur une foule, tuant deux personnes et en blessant d’autres – un incident grave qui a suscité l’indignation du Secrétariat de l’ONU et semble susceptible d’accélérer les demandes de départ de la mission.

Au Mali, le consentement du gouvernement à la Mission multidimensionnelle intégrée de stabilisation au Mali (Minusma) qui a débuté en 2013 s’est détérioré à la suite d’un coup d’État militaire en 2020. Un récent renouvellement du mandat a d’abord bloqué sur la liberté de circulation de la mission dans le pays et sur la manière de gérer l’augmentation signalée des violations présumées des droits humains par les forces armées maliennes.

Les manifestations en RDC soulignent à quel point le consentement des peuples, et pas seulement de l’État, est au cœur du travail efficace des opérations de paix de l’ONU, tandis que les troubles liés aux conditions du déploiement de la Minusma soulignent comment les questions politiques, et non l’exercice de la force, restent au cœur des opérations de paix.

Si les États membres de l’ONU veulent que les opérations de maintien de la paix multidimensionnelles survivent aux prochaines décennies, alors ils devraient autoriser des opérations de paix qui renforcent le consentement et le soutien à la paix et à leur présence et à leurs objectifs à plusieurs niveaux – y compris l’État et son peuple – et rédiger des mandats ancrés dans des processus politiques significatifs, sensibles au contexte et centrés sur les objectifs diplomatiques et humanitaires.

La Monusco et la Minusma, ainsi que la Minusca, la mission des Nations Unies en République centrafricaine (RCA), sont de solides opérations de paix avec des mandats de stabilisation. Contrairement aux missions plus anciennes qui se concentrent sur le respect des accords de paix entre les parties, Monusco, Minusma et Minusca sont toutes chargées d’aider le gouvernement de l’État à gérer les contestataires violents et à affirmer sa primauté.

Dans ces missions, l’ONU intervient explicitement du côté de l’État, et les soldats de la paix sont chargés d’utiliser la force pour défendre l’autorité de l’État.

Sur le plan ambitieux, les interventions de l’ONU sont entreprises au service des personnes, pas seulement des États. Selon une interprétation, tout un ensemble d’obligations internationales découle de la déclaration de la Charte des Nations Unies selon laquelle les peuples de l’ONU, et non les États, concluent un pacte pour sauver les générations futures du fléau de la guerre.

Les missions ne peuvent pas faire leur travail lorsque les populations locales ne veulent pas d’elles là-bas, et les opérations de l’ONU sans le consentement du peuple sont des exercices simples pour défendre la souveraineté de l’État, pas des efforts pour construire une paix durable. Et opérer dans des circonstances dangereuses sans le consentement de l’État hôte ou la capacité de protéger les gens de la violence de l’État ou d’une paix claire à maintenir, comme le fait l’ONU au Mali, risque de nuire encore plus à la position de l’ONU en tant qu’organisation de rétablissement de la paix.

Source : Maroc Diplomatique

Vous allez aimer lire ces articles

RDC : 34 morts dans un accident de la circulation

Briser le silence et mieux combattre les violences sexuelles

Affaire 49 soldats/ Simone Gbagbo: » le gouvernement ivoirien manque de sagesse… »

Ecoutez la radio sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Africable en direct